Cette start-up belge utilise des plantes pour fabriquer des blocs de construction de viande à base de cellules rentables

3 minutes de lecture

Basée à Bruxelles, Tiamat Sciences a pour mission de faire des protéines cultivées une réalité. Actuellement, les technologies alimentaires à base de cellules ont développé des prototypes de viande cultivée en laboratoire, des fruits de mer au bœuf, mais n’ont pas encore surmonté un obstacle majeur dans la course pour mettre ces produits sur le marché – un milieu de culture rentable. Avec sa technologie d’agriculture moléculaire à base de plantes, la startup belge espère résoudre ce problème.

Le milieu de culture cellulaire, les facteurs de croissance et d’autres ingrédients de base pour développer des protéines cultivées en laboratoire représentent actuellement jusqu’à 80% du coût de production. Fondée en 2019 par France-Emmanuelle Adil et Clément Carlier, Tiamat Sciences souhaite réduire ce coût, ce qui constituera un grand pas en avant pour aider les entreprises à passer à la production de masse et à rendre les viandes de culture compétitives sur le marché par rapport à leur animal homologues.

En utilisant une technologie d’agriculture moléculaire à base de plantes pour fabriquer des ingrédients protéiques recombinants, tels que des enzymes, des anticorps, des échafaudages et des facteurs de croissance, la startup affirme que leur solution coûte jusqu’à 60 fois moins que leurs concurrents actuels, qui s’appuient actuellement sur des technologies de bioréacteur de fermentation coûteuses avec des coûts énergétiques élevés en raison du nettoyage et de la stérilisation de ces infrastructures.

Surnommée «PlanTech», la solution de Tiamat Sciences est créée avec un vecteur végétal personnalisé et un agent pathogène qui infecte naturellement les plantes puis cultive ses protéines. Après quelques jours, les plantes peuvent être récoltées et les protéines extraites et purifiées pour obtenir les ingrédients nécessaires à la culture des viandes cultivées.

Ils ont l’intention de concéder des licences sur leur technologie et d’aider à gérer les installations de production internes à d’autres technologies alimentaires, avec 6 partenariats avec des entreprises cultivées déjà en préparation. D’ici 2040, la start-up espère être en mesure de fournir la moitié des milieux de culture cellulaire et d’autres ingrédients du marché et vise à lancer son installation de production l’année prochaine.

Cela pourrait être une avancée majeure pour aider à étendre ces produits à la préparation du marché. Aux côtés des substituts à base de plantes, qui sont déjà devenus très populaires auprès des consommateurs du monde entier, les protéines cultivées sont l’une des technologies alimentaires de base qui aideront à instaurer un système alimentaire plus durable, éthique et sûr.

L’élevage de bétail pour la viande et les produits laitiers génère environ 18% des émissions mondiales de gaz à effet de serre – plus que tous les transports combinés – et utilise environ 70% des terres agricoles, ce qui conduit à des pratiques destructrices telles que la déforestation délibérée, et contribue à la perte de biodiversité et pollution de l’eau.

Tiamat Sciences n’est pas la seule équipe de la catégorie émergente des protéines cultivées à exploiter des plantes pour le développement de viandes de laboratoire. Dans une étude récente, des chercheurs en sciences alimentaires ont découvert que la protéine de soja texturée, le sous-produit bon marché de l’extraction de l’huile de soja, peut être un élément clé de l’échafaudage 3D pour aider à recréer la texture d’une bouchée de viande dans le bœuf cultivé en laboratoire. Cela représentait une étape clé vers le remplacement de l’échafaudage dérivé de la gélatine qui avait généralement été utilisé par les développeurs de viande de laboratoire dans le passé.

Alors que les préoccupations en matière de sécurité et de sûreté alimentaires deviennent des priorités clés dans le contexte de la pandémie de coronavirus, les gouvernements envisagent désormais les protéines cultivées comme une solution non seulement pour réduire les émissions de carbone, mais aussi pour protéger les chocs d’approvisionnement externes.

En juin, l’organe consultatif national chinois a discuté du développement de la viande à base de cellules comme une clé potentielle pour assurer l’avenir de l’approvisionnement en protéines de la Chine, tandis que les autorités japonaises ont annoncé leur intention d’introduire une législation pour l’industrie, en vue de faire avancer l’industrialisation de masse et la production de protéines alternatives dans le pays.

Il a suivi les initiatives du gouvernement de Singapour, qui a récemment annoncé un fonds de 30 millions de dollars singapouriens (21 millions de dollars américains) pour stimuler la production alimentaire locale, qui soutiendra les entreprises de technologie alimentaire travaillant sur des fermes locales sur les toits et des startups à base de plantes et cultivées.

Toutes les images sont une gracieuseté de Tiamat Sciences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *