La candidature furtive de la start-up Astra pour remporter le défi de lancement DARPA de 12 millions de dollars prend fin la semaine prochaine

Astra est sur le point de sortir de l’ombre dans une lumière assez brillante.

Le constructeur de fusées basé en Californie avait fonctionné en mode furtif jusqu’à il y a quelques semaines à peine, et il est prévu de tenter sa première mission orbitale mardi 25 février à partir d’un port spatial en Alaska, dans le cadre de la DARPA (Defense Advanced Research Research Projects Agency ) Lancer le défi.

En cas de succès, ce vol initial rapportera à Astra 2 millions de dollars et préparera la société à gagner 10 millions de dollars supplémentaires, si elle peut réussir un deuxième lancement à partir d’une autre plate-forme au port spatial de l’Alaska d’ici le 18 mars.

En relation: Les armes spatiales les plus dangereuses de tous les temps

Astra, une société basée à Alameda, en Californie, vise à lancer de petits satellites à moindre coût, efficacement et très fréquemment. (Crédit d’image: Astra)

La rapidité d’exécution fait partie intégrante du Launch Challenge, qui vise à stimuler le développement de fusées capables de faire voler de petits satellites militaires de manière efficace et à bref délai.

« Nous essayons vraiment de changer radicalement notre façon de penser à utiliser l’espace grâce à l’exécution de ce défi », a déclaré Todd Master, le responsable du programme DARPA pour la compétition, lors d’une téléconférence avec des journalistes mardi 18 février.

Historiquement, les satellites militaires américains ont été des engins très performants et très coûteux qui mettent des années à se développer. Mais les choses changent; le ministère de la Défense (DOD) recherche désormais une présence spatiale plus agile et plus réactive, ont souligné à plusieurs reprises des responsables militaires.

« Ce que nous envisageons vraiment, c’est un avenir où nous utilisons des systèmes en réseau – en utilisant beaucoup, beaucoup de petits vaisseaux spatiaux en mode réseau, chacun étant remplaçable, évolutif et tactique », a déclaré Master.

« Et une grande partie de cela est de pouvoir les mettre en orbite, au moment et à l’endroit de notre choix, sur des délais qui sont pertinents pour les utilisateurs », a-t-il ajouté. « Et c’est vraiment ce que nous essayons de démontrer ici au cours du défi. »

DARPA a annoncé le lancement du défi il y a deux ans. Le concours a initialement suscité l’intérêt de 18 entreprises, dont trois – Astra, Virgin Orbit et Vector Launch – ont avancé pour devenir des participants à part entière. Vector Launch a abandonné en septembre 2019 (et a déclaré faillite quelques mois plus tard). Virgin Orbit est sortie en octobre 2019, laissant Astra seule.

Et la société Bay Area aura bientôt l’occasion de montrer ses trucs. Le lanceur de petits satellites d’Astra, Rocket 3.0, décollera du complexe du port spatial du Pacifique sur l’île Kodiak, au large de la côte sud de l’Alaska, au cours d’une fenêtre qui ouvrira le 25 février et se poursuivra jusqu’au 1er mars (même si Astra aura plus de temps en cas de mauvais temps). intervient).

La fusée de 38 pieds de long (11,6 mètres) transportera quatre charges utiles différentes: une 3,3 lb. (1,5 kilogramme) cubes de communication DOD appelés Prométhée; deux 3,3 lb des embarcations construites par l’Université de Floride du Sud qui feront la démonstration des communications cubesat to cubesat; et Space Object Automated Reporting Systems (SOARS), une charge utile fournie par la société basée en Virginie Tiger Innovations qui testera une balise pour la gestion du trafic spatial et la connaissance de la situation spatiale.

Les trois cubesats seront déployés en orbite, mais SOARS restera attaché à l’étage supérieur de la fusée, a déclaré Master.

En relation: Cubesats: de minuscules charges utiles, d’énormes avantages pour la recherche spatiale

Astra n’a appris l’identité de ces charges utiles que le 22 janvier et ne mettra les yeux sur l’engin que quatre jours avant le décollage au plus tôt, ont déclaré des responsables de la DARPA. Cela fait également partie du Launch Challenge, qui exige que les fournisseurs de lancement soient flexibles et adaptables.

L’orbite cible pour le premier lancement est à 277 miles (445 kilomètres) au-dessus de la surface de la Terre, a déclaré Masters. Mais les responsables de la DARPA considéreront la mission comme un succès si elle atteint l’orbite à au moins 150 kilomètres, a-t-il ajouté.

Si cela se produit, Astra gagnera 2 millions de dollars et commencera à se préparer pour ce deuxième lancement potentiel de 10 millions de dollars, qui ciblera une orbite légèrement différente. La mission de suivi décollera également d’une plate-forme différente au Pacific Spaceport Complex, un autre aspect clé du défi de lancement DARPA.

« Que nous ayons parcouru 5 000 miles ou 1 000 pieds, les défis techniques qui y sont associés et les avantages de ce que nous essayons de démontrer du point de vue des objectifs restent les mêmes », a déclaré Master.

Il n’y a aucune garantie que la prochaine mission (ou les missions) sera réussie, bien sûr. Bien qu’Astra ait testé Rocket 3.0 sur le terrain en Californie, la société n’a pas encore procédé à un lancement orbital.

En effet, les représentants de l’entreprise ont souligné qu’un échec ne serait ni choquant ni particulièrement préjudiciable aux perspectives d’Astra à l’avenir. Le PDG de la société, Chris Kemp, a déclaré qu’il avait toujours fallu quatre fusées orbitales avant de réussir une mission.

« Donc, au pair quatre, nous serions ravis, mais ne nous attendons pas à atteindre pleinement tous les objectifs ici », a déclaré Kemp lors de la téléconférence de mardi.

« Mais la nation dispose désormais d’un système de lancement entièrement portable », a-t-il ajouté. (Rocket 3.0 a été conçu pour s’adapter à l’intérieur d’un conteneur d’expédition.) « Et nous sommes capables et nous allons, au cours des mois à venir, lancer et lancer et lancer à nouveau, potentiellement à partir de différents sites. Et maintenant, nous avons la capacité que DARPA voulait voir l’Amérique mise au défi de créer. « 

Le livre de Mike Wall sur la recherche de la vie extraterrestre, « Là-bas« (Grand Central Publishing, 2018; illustré par Karl Tate), est sorti maintenant. Suivez-le sur Twitter @michaeldwall. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom ou Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *