La startup française des technologies de la santé Alan n’a pas de réunions de plus de 3 personnes, révèle les salaires des employés et …

  • La startup française des technologies de la santé, Alan, a levé 86,5 millions de dollars à ce jour, devrait en augmenter davantage et a augmenté ses clients de 180% en 2019.
  • Alan est une startup logicielle qui propose une assurance santé aux salariés des grandes entreprises.
  • Malgré sa croissance rapide, le PDG Jean Charles Samuelian affirme que l’entreprise a réussi à préserver sa culture et a assuré un faible roulement de personnel. Il a parlé à Business Insider de la culture positive de l’entreprise.
  • « Les choses vont vite, nous grandissons et avons de l’argent à dépenser, nous devons donc gérer cela pour nos employés et nous assurer qu’ils ressentent toujours un sentiment d’appartenance », a déclaré Samuelian à Business Insider dans une interview.
  • Cliquez ici pour plus d’histoires BI Prime.

Le temps d’un PDG de startup est souvent occupé par l’embauche, l’expansion, le financement et le maintien à flot de l’entreprise, mais il est tout aussi important de se concentrer sur la rétention et la culture.

C’est la leçon de Jean Charles Samuelian, PDG à lunettes et cofondateur de la startup française des technologies de la santé Alan. Alan est une startup logicielle qui propose une assurance santé en ligne, face à des opérateurs historiques tels que Axa, Allianz et Generali, et a été fondée en 2016.

Alan croît rapidement d’année en année, augmentant ses clients de 180% de 25 à 70 jusqu’en 2019 et atteignant 50 millions d’euros (54 millions de dollars) de revenus récurrents annuels. La start-up a levé 86,5 millions de dollars à ce jour, et Business Insider comprend que la société en lève plus.

Samuelian se dit fier que la startup ait conservé sa culture intacte grâce à sa croissance rapide. L’entreprise n’a perdu en moyenne que trois employés par an, malgré la croissance et l’augmentation significative des effectifs. Au total, il a perdu 12 employés en quatre ans.

Samuelian insiste sur ce qu’il appelle la «propriété distribuée» dans la prise de décision.

« En tant que leader, vous avez besoin de personnes en qui vous avez confiance pour prendre les bonnes décisions et vous assurer que tout le monde dans l’entreprise fait confiance à son voisin pour prendre la bonne décision », a-t-il déclaré à Business Insider dans une interview. « Les choses vont vite, nous grandissons et avons de l’argent à dépenser, nous devons donc gérer cela pour nos employés et nous assurer qu’ils ressentent toujours un sentiment d’appartenance. »

La startup opère selon une politique de transparence extrême, ce qui signifie que les salaires, la rémunération, les primes et les actions des employés sont entièrement disponibles pour les employés. Les décisions de l’entreprise sont expliquées lors de réunions mensuelles à mains levées.

Tout cela a été la clé du faible taux de désabonnement de l’entreprise, a déclaré Samuelian.

«Les gens doivent se sentir valorisés et je pense que les employés restent parce que nous leur expliquons les décisions et nous soucions de leur santé mentale.»

Les employés remplissent chaque semaine des auto-évaluations dans le but de mieux comprendre si leurs objectifs de travail sont conformes aux objectifs de l’entreprise. Alan n’a pas de réunions de plus de trois personnes, et le personnel est encouragé à utiliser des outils internes en ligne pour communiquer des idées et discuter des idées.

À sa création, Alan est devenu la première compagnie d’assurance maladie agréée en France depuis 1986. Samuelian estime que le marché français vaut à lui seul jusqu’à 50 milliards de dollars.

Une partie du plan de cette année comprend une expansion supplémentaire hors de France avec l’Espagne et la Belgique à côté de la liste, ce que Samuelian s’attend à voir d’ici la fin de 2020. Cette expansion verra une autre cohorte importante, environ 80 personnes, rejoindre cette année.

« Nous définissons notre culture dans notre processus d’embauche et le disons clairement aux candidats, nous ne voulons pas de personnes qui veulent travailler pour nous parce que nous sommes une startup cool, nous avons besoin de personnes qui adhèrent à la mission », a déclaré Samuelian.

Business Insider comprend que la startup est en train de lever des fonds. Quand on lui a demandé, Samuelian a répondu: « Nous n’avons pas besoin d’argent mais nous le prendrions si nous trouvions le bon partenaire pour nous aider. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *