Une startup basée à Bengaluru devient le point de départ de la crise COVID-19

Service de nouvelles express

Acheter local, être vocal est le buzz en cette période de crise corona. Madhu Kargund (32 ans) n’avait aucune idée que ce serait l’affaire à venir lorsqu’il a quitté son emploi d’entreprise il y a quelques mois pour poursuivre sa start-up, Tengin, qui transforme chaque partie de la noix de coco en quelque chose d’utile.

De l’huile de noix de coco vierge pressée à froid, des frites déshydratées, des bols en coquille, une bougie de cire végétalienne, des savons, des épurateurs de plats en fibre de coco, la liste est infinie. « Il y a quelques années, j’ai pris une partie de cette huile de noix de coco au travail et j’ai trouvé de nombreux preneurs. En outre, les avantages de l’huile en tant que rappel de l’immunité ont fait le tour », explique Kargund, qui a pris son élan pour ces remarques.

Originaire d’Arsikere, Hassan, mais qui a élu domicile à Bangalore au cours des huit dernières années, Kargund a ressenti le besoin pour les agriculteurs de son village d’intégrer des pratiques ancestrales pour les nouveaux consommateurs. « Ragi est vendu à Rs 10 dans les villages, mais les biscuits ragi coûtent ici Rs 40. Une légère valeur ajoutée peut faire une énorme différence », explique Kargund qui possède cinq acres de terres agricoles à la maison.

« Quelque chose comme le bol de noix de coco peut être utilisé pour mélanger la couleur des cheveux. Habituellement, un récipient en acier est utilisé dans lequel l’acier réagit avec le colorant, ce qui ne se produit pas dans ce cas », explique Kargund, dont l’unité appartenant à un groupe d’agriculteurs, fabricants 400 litres d’huile de coco vierge pressée à froid. En moyenne, environ 300 litres sont vendus.

Maintenant, s’approvisionnant auprès des agriculteurs de son village, la mission de Kargund est également de conserver les travailleurs qualifiés dans sa ville natale. « J’ai remarqué que plusieurs jeunes agriculteurs se déplaçaient vers les villes pour de meilleures opportunités. Au lieu de cela, avec des produits biologiques semblant être la chose à faire, j’ai pensé qu’il était nécessaire d’employer des agriculteurs », dit-il, ajoutant que les femmes sont employées dans la création de produits comme la coquille du bol de noix de coco.

« Mes parents se coordonnent avec les agriculteurs pendant que je m’intéresse à la recherche et au marketing », explique Kargund qui a investi plus de 2 roupies lakh dans l’entreprise. Ayant quitté son emploi dans une multinationale française au milieu de cette pandémie, Kargund se demande parfois s’il a pris la bonne décision. Mais avec des plans comme organiser des visites de la noix de coco quelque chose sur le modèle d’une tournée des vins et travailler avec d’autres cultures, Kargund espère faire une différence tant en termes de création de produits respectueux de l’environnement que d’autonomisation des femmes et des agriculteurs ruraux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *