Peace of Meat: une start-up belge vise à transformer une industrie de 163 milliards de dollars avec des graisses de culture

© Peace of Meat

Avec seulement 20 grammes de matières grasses, la startup Peace of Meat montre comment transformer une industrie de plusieurs milliards de dollars et comment la nutrition se développera à l’avenir. La cofondatrice Eva Sommer prédit que la production de masse de viande d’élevage sera bientôt une réalité et en réponse a développé ses premiers produits – la graisse animale et le foie d’élevage.

Dans un marché de plus en plus encombré, Peace of Meat a déjà surmonté le premier obstacle avec son produit. Ils sont les premiers fabricants en Europe à pouvoir produire une lignée de cellules souches sans OGM permettant la production des volumes prévus. Peace of Meat a produit 20 grammes de gras comme preuve de concept en laboratoire dans le cadre de la mission de créer des viandes hybrides.

«Avec cela, nous pourrions produire environ 200 grammes de viande hybride. Mais le laboratoire n’est pas suffisant pour de plus grandes quantités. » Les 20 grammes devraient être transformés en 100 000 tonnes en seulement dix ans. Pour la startup, il ne s’agit donc plus de réaliser un prototype. Il s’agirait de construire des usines de production de taille industrielle pour approvisionner les acteurs existants du marché en matières grasses – une activité B2B.

© Peace of Meat

Afin de souligner son point de vue, la co-fondatrice von Heinrichshorst cite l’étude de A. T. Kearney intitulée «  Comment la viande cultivée et les alternatives à la viande vont-elles perturber l’industrie agricole et alimentaire?  ». Les prévisions de l’étude ne suscitent pas seulement l’enthousiasme des fondateurs de Peace of Meat. Les attentes sont élevées. Pas moins de 60 pour cent du marché de la viande est en jeu, que les produits cultivés et à base de plantes devraient représenter ensemble d’ici 2040.

Si Peace of Meat parvient à concrétiser sa vision d’un marché de la viande hybride, ils envisageront une entreprise rentable. «Les graisses comestibles représentent un marché de 163 milliards de dollars», explique von Heinrichshorst. Selon le trio, une grande partie de ce marché est alimentée par les monocultures et l’élevage industriel. Raison suffisante pour que les fondateurs se mettent à remplacer le système en grande partie. Même aujourd’hui, ils envisageraient un marché de sept milliards de dollars s’ils ne considéraient que le gras pour les substituts de viande.

© Peace of Meat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *