1 milliard de dollars pour 2800 startups: comment Clearbanc utilise l’IA pour éliminer les biais d’investissement

Argent comptant symbolisant l’investissement de démarrage.

Photo d’Omid Armin sur Unsplash

Chaque voyage de mille kilomètres commence par une seule étape. Pour le plus grand investisseur de commerce électronique au monde, cela s’est produit dans un Uber.

C’était la définition d’un public captif.

«Notre premier produit était au service des conducteurs Uber et nous avons pris Ubers et nous avons présenté notre produit», m’a confié Michele Romanow, fondatrice et présidente de Clearbanc. « En tant que fondateur, vous devez présenter votre propre produit. »

La société a pivoté à quelques reprises, mais 350 millions de dollars de capital-risque plus tard et avec plus d’un milliard de dollars investis dans 2 800 entreprises de commerce électronique, Romanow est toujours à la recherche de techniques de marketing innovantes. Comme pour une entreprise de transactions quotidiennes antérieure, Buytopia, où elle et d’autres anciens employés ont signé les accords du lendemain sur les trottoirs de tous les grands bâtiments du centre-ville de Toronto.

Cependant, un défi majeur pour de nombreux entrepreneurs et fondateurs de startups est le biais.

Les fondateurs peuvent ne pas ressembler à des investisseurs en capital-risque typiques. Ils peuvent ne pas avoir la même couleur de peau ou le même sexe. Ils ne sont peut-être pas allés dans les mêmes écoles. Ils peuvent ne pas parler avec le même accent. Et ils ne vivent probablement pas non plus dans les mêmes États.

Ou même du pays.

J’ai récemment eu la chance d’interviewer Romanow sur ses conseils pour les fondateurs de startups lors de Covid-19. En tant que «dragon» sur Dragon’s Den au Canada (pensez à Shark Tank) et fondatrice d’une nouvelle entreprise de financement de startups, elle est plus en phase avec ce dont les startups ont besoin que la plupart.

Une chose qui était évidente: Clearbanc a une façon différente de décider comment investir que la plupart des sociétés de capital-risque. C’est automatisé, c’est rapide, il est basé sur les données et il est aveugle à quoi ressemblent les fondateurs des startups.

«Nous avons commencé par penser que nous allions créer une banque pour la nouvelle économie», m’a expliqué Romanow dans un chat qui est désormais disponible sur le podcast TechFirst. « Le fait d’investir, c’est que lorsque vous faites des erreurs, ils sont très gros, ils sont très chers. »

Clearbanc a donc construit une technologie pour se connecter à tous les logiciels utilisés par les entreprises pour gérer leur marketing et leurs opérations et comprendre en quelques minutes ce qui prend traditionnellement des mois, voire des années: si une startup est prête pour le carburant de fusée.

AKA, en espèces.

Michele Romanow

Michele Romanow

Ce qui est intéressant, c’est qu’en construisant une meilleure souricière pour investir, ils ont peut-être aussi construit une meilleure façon d’éliminer les biais inhérents au secteur de l’investissement.

« Un fondateur doit connecter un tas de sources de données différentes … son processeur de paiement, son compte bancaire, où il achète des publicités, donc, vous savez, Google, Facebook, etc. », dit Romanow. «Et puis nous prenons cela et nous utilisons l’IA pour déterminer efficacement le même type de diligence que les VCs faisaient auparavant. Quel est votre retour sur les dépenses publicitaires? Quelle est l’économie de votre unité? « 

L’ancien monde de l’investissement était avant tout une affaire de personnes. Qui tu connaissais. Qui vous connaissiez qui connaissait quelqu’un d’autre. Et bien que les relations humaines soient bonnes et nécessaires, elles sont également très vulnérables aux biais.

Un aspect de cela est un simple biais géographique: 80% des dollars de capital-risque sont investis dans quatre États, explique Romanow: Californie, New York, Texas, Massachusetts. Neuf États ne comptaient aucune entreprise ayant reçu des dollars de capital-risque. À moins que ces quatre États aient en quelque sorte un verrou sur tous les talents humains dans tout le pays, il y a quelque chose qui ne va pas avec cette image.

Un autre aspect de cela est le préjugé sexiste.

Si 91% des décideurs en capital-risque sont des hommes, cela aura probablement un impact sur qui ils financent et sur les types d’entreprises dans lesquels ils investissent. Et c’est peut-être la raison pour laquelle, en 2017, les femmes fondatrices n’ont obtenu que 2% des fonds tous les financements VC. Des réalités similaires s’appliquent à l’endroit où les VCs sont allés à l’école. Selon une étude, 40% des VCs ont fréquenté Harvard ou Stanford. Les fondateurs de startups vont cependant à l’école partout dans le monde. Et, dans le même ordre d’idées: si seulement 3% des fonds de capital-risque emploient des professionnels noirs ou d’autres minorités, pouvons-nous vraiment être choqués que les fondateurs noirs et les fondateurs latinos rencontrent des obstacles plus importants au capital-risque?

« Nous avons vu qu’en utilisant simplement des données pour prendre ces décisions, nous avons soutenu huit fois plus de femmes que la moyenne de l’industrie du capital-risque, dont je suis vraiment fière », m’a dit Romanow. «Nous avons soutenu des fondateurs dans les 50 États américains.»

Ce qu’elle dit essentiellement, c’est qu’en dépit des barrières traditionnelles à l’investissement pour les fondateurs de startups qui ne correspondaient pas au moule, que ce soit par la couleur, le sexe ou l’emplacement ou le contexte socioéconomique, une stratégie d’investissement impartiale basée sur les données conduit plus d’investissements aux fondateurs traditionnellement négligés .

Le vieux monde de l’investissement – qui est encore très répandu – est biaisé vers les fondateurs qui croisent les VC à de nombreux niveaux différents: sociaux, raciaux, économiques, etc.

Le nouveau monde est orienté vers le succès: vos chiffres sont-ils bons? Votre entreprise est-elle viable?

Cela ne résout pas tous les problèmes d’égalité des startups – une meilleure éducation et des opportunités pour tous les jeunes pourraient aider ceux qui pensent même pouvoir réussir à démarrer une entreprise en premier lieu – mais c’est un début.

Les fondateurs qui souhaitent collecter des fonds connectent leurs systèmes d’entreprise à Clearbanc, et le logiciel de Clearbanc détermine s’il y a un bon ajustement. Romanow l’appelle la «feuille de durée de 20 minutes», soulignant que les décisions d’investissement dans l’ancien monde prennent souvent de trois à six mois de connexion, de schmoozing et de narration.

L’IA, cependant, est rapide.

« Nous voyons la même chose … avec les fondateurs de minorités », dit Romanow. Il y a tellement d’obstacles systématiques que si nous pouvons utiliser les données pour éliminer le biais de la prise de décision, je pense que dans des années, nous verrons des entreprises qui continueront de changer le paysage. »

Élargir qui peut être un fondateur et qui peut accéder au financement est une bonne chose pour tout le monde.

Théoriquement, cela se traduit par de meilleures décisions: moins axé sur les biais et plus axé sur les chiffres. Il valorise également les idées et l’exécution plus que l’emplacement, permettant aux entreprises innovantes de se développer où qu’elles se trouvent. Et il valorise le dynamisme et la détermination par rapport à la généalogie, permettant aux fondateurs de toutes sortes de réussir.

Une bonne nouvelle pour ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère en argent?

« Parfois, lorsque votre vie a été beaucoup plus difficile et beaucoup plus difficile, vous êtes un bien meilleur fondateur parce que vous avez construit beaucoup plus de résilience dans votre vie », dit Romanow.

Obtenez la transcription complète de notre conversation ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *