Une startup eVTOL soutenue par le cofondateur de Google Larry Page vient de licencier environ 70 travailleurs pour se concentrer …

  • La startup aérienne Kitty Hawk va tout faire sur son nouvel avion, un décollage vertical électrique monopilote et un avion terrestre Heaviside dans le but de libérer le monde du trafic.
  • Le passage à Heaviside ne se fera pas sans ses inconvénients, comme initialement rapporté par Tech Crunch, Kitty Hawk licenciant environ 70 employés.
  • Kitty Hawk a été fondée en 2010 avec le soutien du cofondateur de Google, Larry Page.

La start-up aérienne Kitty Hawk va tout faire sur son nouvel avion, un avion à décollage vertical et un avion électrique monopilote qui vise à aider l’entreprise à atteindre son noble objectif de libérer le monde du trafic.

Kitty Hawk a été fondée en 2010 avec le soutien du cofondateur de Google Larry Page, dont la valeur nette est estimée à près de 65 milliards de dollars, selon Forbes et son entreprise bien connue était Flyer, un eVTOL à 10 hélices. Bien que certains le qualifient de voiture volante, Flyer était essentiellement connu comme un drone qui pouvait être piloté par quelqu’un qui montait dessus.

Flyer de Kitty Hawk eVTOL.Kitty HawkPublicité
Bien qu’un succès dans la mesure où l’avion pouvait voler en tant que «drone humain», ses vols étaient limités à environ 10 pieds au-dessus de l’eau à 20 miles par heure. Selon l’entreprise, environ 111 avions ont été construits au cours des cinq années du programme et environ 75 personnes ont été formées pour y voler.

Mais maintenant, le nouveau centre d’intérêt sera le projet Heaviside, selon un blog de l’entreprise, un eVTOL qui peut voler au-dessus et entre les villes. Tout comme Flyer, un élément de base du programme consiste à faire entrer des non-pilotes dans ces avions pour ouvrir l’accessibilité aux eVTOL et étendre la mobilité aérienne urbaine aux masses.

Le projet de Kitty Hawk Heaviside eVTOL.Kitty Hawk

Publicité

Kitty Hawk a commencé le projet en secret, selon Tech Crunch, et il reste peu de choses sur le projet aujourd’hui, sauf qu’il peut survoler les villes plutôt que simplement au-dessus de l’eau. Et contrairement aux startups telles que Joby Aviation, Archer et Jaunt, Kitty Hawk crée l’avion à piloter pour un usage personnel, avec la possibilité de voler manuellement ou de manière autonome.

Tout comme Flyer, Heaviside sera un avion monopilote. Pour l’aider à atteindre l’objectif ambitieux d’éliminer le trafic, huit moteurs lui permettront de décoller et d’atterrir verticalement tout en permettant un vol traditionnel vers l’avant. Kitty Hawk affirme que l’avion peut parcourir environ 100 miles sur une seule charge, soit à peu près la distance entre New York et Philadelphie ou Charleston, Caroline du Sud, et Savannah, Géorgie.
Heaviside devrait voler à des vitesses allant jusqu’à 180 miles par heure et ses créateurs disent qu’il peut voler de San Francisco à San Jose, une distance d’environ 50 miles, en 15 minutes. Plus petit que la plupart des avions d’aviation générale, selon Tech Crunch, les exploitants n’auront même pas besoin d’un aéroport ou d’un vertipad pour en atterrir un, juste une petite zone d’espace ouvert.

Au cours d’une démonstration médiatique, Kitty Hawk a volé à Heaviside à une altitude d’environ 600 pieds, comme le rapporte Tech Crunch, et du matériel promotionnel pour l’eVTOL le montre à une hauteur de 1 500 pieds. Heaviside devrait également être plus silencieux que les hélicoptères traditionnels avec près de la moitié du nombre de décibels en survol.

Le passage à Heaviside ne se fera pas sans ses inconvénients, comme initialement rapporté par Tech Crunch, Kitty Hawk licenciant la plupart de son équipe Flyer. Environ 70 employés quitteront l’entreprise, dont certains passeront à l’équipe Heaviside, a confirmé l’entreprise à Business Insider dans un e-mail.

Les employés qui partent recevront 20 semaines de salaire avec des semaines supplémentaires clouées en fonction de la durée d’une personne dans l’entreprise. Ils recevront également une assurance maladie jusqu’en 2021, garderont leurs ordinateurs portables, recevront leurs bonus et se verront proposer des services de placement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *