Démarrage: HydroShare amène la communauté de partage de motomarines dans le nord de l’État

Brendan Frazier n’avait pas de bateau qui grandissait, mais son grand-père l’avait fait, et Frazier a sauté sur l’occasion pour sortir avec lui sur l’eau. Sa nouvelle entreprise, HydroShare, qui a été lancée le 1er mars, a été conçue pour permettre à chacun de goûter à la vie nautique – sans avoir à effectuer un achat majeur.

HydroShare (hydroshare.com) est une communauté de partage de motomarines qui fonctionne un peu comme Airbnb, mais avec des motomarines au lieu de maisons. Bateaux, kayaks, yachts, planches à pagaie, canoës – les locataires peuvent rechercher en ligne et trouver exactement ce qu’ils veulent et louer pour l’après-midi ou quelques semaines. «Ma mission est de créer la première communauté de partage de motomarines au monde en créant la plate-forme la plus simple, la plus sécurisée et la plus assurée pour le partage des ressources aquatiques», explique Frazier.

Transactions gagnant-gagnant

L’inspiration a frappé lorsque Frazier et un ami ont pensé à quel point ce serait amusant de louer le scooter des mers d’un voisin pour l’après-midi. Cela profiterait également au voisin, car du matériel autrement inutilisé pourrait lui rapporter de l’argent. Une recherche en ligne a montré à Frazier que rien n’existait pour faciliter ce type de transaction gagnant-gagnant, et une idée d’entreprise est née.

Quelques jours après son lancement, les sessions hebdomadaires sur le site ont grimpé en flèche de 800% et les nouveaux utilisateurs ont augmenté de 753%, selon Frazier. Bien qu’aucune transaction n’ait eu lieu au cours des trois premiers jours, plusieurs options de location sont disponibles sur le site, dont un canot en aluminium pour 29 $ par jour et un kayak pour 50 $ par jour. Frazier a fait un marketing minimal et a profité de son vaste réseau de médias sociaux ainsi que de ses vice-présidents exécutifs, Kevin Bidlack et Ryan Hodges, et d’autres amis.

Se préparer au lancement

Frazier, qui détient un diplôme en gestion de l’administration des affaires de l’Université Marshall, a travaillé comme spécialiste des prêts commerciaux à la Banque TD, directeur de division chez Robert Half Finance and Accounting et en production chez BMW Manufacturing. Lorsqu’il a eu l’idée d’HydroShare en 2017, il a réussi à rédiger un plan d’affaires de 25 pages en une seule journée.

Le travail l’a occupé pendant l’année prochaine, mais en novembre 2018, il a décidé de poursuivre son idée, de remanier le plan d’affaires et de réseautage pour rechercher des informations et des investisseurs. Des réunions avec des chefs d’entreprise locaux, dont Mark Farris, John Moore et Toby Stansell, ainsi que Carl Grant de Cooley LLC, un cabinet d’avocats spécialisé en technologie en Virginie, l’ont convaincu de faire plus de progrès sur les écrous et les boulons de l’entreprise avant de rechercher de gros investissements .

« Carl Grant m’a dit: » Retournez-y et commencez-le «  », explique Frazier. «Mon expertise est le réseautage et la création d’entreprise, j’ai donc accepté un emploi avec flexibilité afin que nous puissions nous préparer à lancer.»

Il a actuellement 21 000 $ investis dans la société, Bidlack et Hodges étant des investisseurs minoritaires détenant chacun 10% et Frazier avec 80%. Jusqu’à présent, une grande partie du budget a été consacrée à la collaboration avec Triad Communications, basée à Potomac, dans le Maryland, qui construit le site.

«Nous espérons qu’une fois le mot entendu, si vous avez des kayaks ou des planches à pagaie dans votre garage, vous pourrez les louer et gagner de l’argent avec eux», dit-il.

Il commence par Greenville, avec des plans pour se développer au printemps et en été, résoudre les bugs et améliorer les fonctionnalités. Dans un an ou deux, il espère opérer dans tout le pays et éventuellement dans le monde.

Probabilité de succès

Le prochain défi sur le dossier de Frazier est l’assurance. «Nous y travaillons, mais l’industrie n’a pas rattrapé ce que nous voulons faire», dit-il. «Mais nous travaillons à la mise en place d’un régime d’assurance complet.» À partir de maintenant, il appartient au locataire et au propriétaire de se vérifier mutuellement et de décider si la transaction convient. Une fonction de rétroaction comme celles trouvées sur Airbnb et Uber jouera un rôle. La procédure standard comprendra la présentation d’un permis de conduire et la signature d’exonérations de responsabilité. «Il existe des processus pour protéger nos clients», dit-il.

Avec un emploi à temps plein et une start-up en pleine croissance, Frazier n’a pas beaucoup de temps pour sortir sur l’eau lui-même, mais il se consacre à la construction de son entreprise qui permet à plus de gens de profiter du plein air. Il est fier des progrès que lui et sa petite équipe ont réalisés et voit un brillant avenir pour l’entreprise. «Nous avons essayé de faire en sorte que la probabilité de réussite soit à peu près aussi élevée que possible», dit-il. « Nous sommes extrêmement excités. »

Le rendez vous a commencé: 1 mars 2020Industrie: Technologie grand publicFondateurs: Brandon Frazier PDG / Ryan Hodges ExecVP / Kevin Bidlack ExecVP / Steven Ross CTO /Nombre d’employés: dixCapital initial investi: 21 000 $

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *