Cette startup botswanaise a construit un chatbot mobile qui connecte les utilisateurs aux emplois

La start-up botswanaise Mohiri a développé un service d’alertes d’emploi personnalisé basé sur l’IA qui connecte les abonnés aux offres d’emploi via leur téléphone portable.

Lancé en novembre 2018, Mohiri est un chatbot basé sur les réseaux sociaux qui permet aux utilisateurs de s’inscrire à des alertes personnalisées, afin de lutter efficacement contre le chômage au Botswana.

La startup, qui a récemment remporté l’étape Gaborone du concours Seedstars World, s’était réunie auparavant, avec l’équipe de création de chatbots pour les entreprises et les agences gouvernementales sans obtenir beaucoup de traction.

Le directeur Thato Kasongo a déclaré que cela l’avait forcé à changer d’approche.

« Nous avons commencé à chercher des cas d’utilisation alternatifs et nous avons décidé que, comme les entreprises ne se soucient pas beaucoup, nous commencerions simplement à créer des chatbots pour servir la société », a-t-il déclaré. «Nous nous sommes installés à Mohiri parce que le chômage est un si gros problème au Botswana, et comme beaucoup de Botswanais consomment de plus en plus de services en ligne, cela est devenu un bon choix.»

Au lieu de lancer avec un site Web et une application mobile, l’équipe a plutôt décidé de créer un chatbot sur les réseaux sociaux.

« C’est simplement parce que les médias sociaux sont la partie la moins chère d’Internet pour la plupart des Africains, parce que les opérateurs de réseaux mobiles subventionnent le coût », a déclaré Kasongo. «Par conséquent, nous pourrions toucher plus de personnes sans les limitations des coûts de données onéreux.»

Cette décision semble avoir porté ses fruits, l’approche d’abord sociale de Mohiri portant à 20 000 abonnés assez rapidement. Quelques centaines d’emplois ont déjà été sécurisés grâce à ce service, et Kasongo prévoit une forte croissance au cours de la prochaine année.

«Une fois que nous aurons finalisé notre transition vers l’USSD et établi un partenariat avec des opérateurs de télécommunications locaux, ce nombre montera en flèche car ils feront la promotion de ce service auprès de leurs utilisateurs également via leur propre réseau mobile. Il s’agit d’un potentiel de plus de 400 000 personnes au cours des prochains mois », a-t-il déclaré.

La start-up autofinancée, qui faisait partie du programme d’entrepreneuriat Tony Elumelu (TEEP) de cette année, compte également sur ces étapes pour sa monétisation éventuelle. Comme le dit Kasongo, Mohiri est actuellement un «centre de coûts».

«Nous avons décidé d’ignorer la monétisation à court terme dans l’intérêt de la croissance et de l’acquisition d’utilisateurs. Il faut beaucoup de courage pour faire un tel sacrifice sans fonds d’investisseurs pour vous soutenir, mais d’une manière ou d’une autre, nous nous sommes convaincus que nous survivrions à la tempête, et nous l’avons fait », a-t-il déclaré.

«Pour 2020, nous lancerons quelques produits et nous prévoyons une rétroaction très positive sur le marché. J’espère que cela nous permettra alors de réinvestir dans l’amélioration du produit et le renforcement de notre équipe. »

Donc, si les utilisateurs s’y sont habitués alors qu’il est gratuit, comment prévoient-ils retourner les gens? Kasongo dit que Mohiri redéfinira «gratuit» et introduira de nouveaux niveaux payants pour des choses telles que des alertes illimitées sur une base mensuelle.

«Les paiements d’abonnement peuvent être effectués via un chatbot connecté à l’opérateur de réseau mobile. Cela signifie que les utilisateurs pourront acheter un plan, directement via le chatbot, en utilisant leur temps d’antenne mobile », a-t-il déclaré.

«Pour la plupart des pays africains, c’est une stratégie qui fonctionne car là où les opérateurs de réseaux mobiles ont une présence dominante et les prix des données sont élevés, l’USSD est généralement la méthode de transaction la plus courante et la plus simple. Cela est vrai pour le Botswana ainsi que pour de nombreux autres pays de la région. Les gens utilisent l’USSD pour payer les services publics et accéder à leurs comptes bancaires pour s’envoyer de l’argent. »

Au-delà de ses espoirs, Mohiri prévoit également d’utiliser ces partenariats avec des opérateurs de réseaux locaux pour accéder à un public plus large et élargir sa base d’utilisateurs.

«Grâce à un accord d’intéressement, nous inciterons nos partenaires à commercialiser Mohiri en tant que service auprès des utilisateurs sur leurs réseaux», a déclaré Kasongo.

La start-up ne fonctionne actuellement qu’au Botswana, ce qui, selon Kasongo, est un endroit idéal pour construire et tester en raison de la petite population du pays.

« Cependant, nous envisageons d’étendre la Namibie et la Zambie au cours des 24 prochains mois – la Namibie parce qu’elle est très similaire au Botswana en termes de démographie, et à la Zambie pour la population, ce qui, à mon avis, sera un bon défi pour nous en tant qu’entreprise,  » il a dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *