Attention à l’avenir: un rapport de démarrage prédit une sécheresse et des licenciements de capital-risque alors que la crise du COVID-19 s’intensifie

Un nouveau rapport de la National Venture Capital Association indique que les startups auront plus de mal à trouver de nouveaux capitaux au cours des prochains trimestres. (Photo GeekWire / John Cook)

Attachez vos ceintures, ça va être un parcours cahoteux.

C’est ainsi que la National Venture Capital Association lance un nouveau rapport détaillant l’impact du coronavirus sur les startups au cours des prochains trimestres, les auteurs écrivant que l’investissement en capital-risque devrait «chuter considérablement».

Cette crise du financement aura un impact négatif sur de nombreuses startups, avec des projections selon lesquelles les 30 000 licenciements dans les rangs des startups au cours des six dernières semaines ne sont «probablement que la pointe de l’iceberg».

Alors que de grandes entreprises sont nées dans l’incertitude économique dans le passé, les auteurs Maryam Haque et Justin Field de la NVCA écrivent que «la force et la vitesse de la crise COVID-19 et son impact et sa durée incertains ne sont pas comparables aux ralentissements passés».

Déjà, plus de 300 startups à travers le pays ont réduit leur personnel, et un investisseur en capital-risque cité dans le rapport a prédit que 80% des startups réduiront entre 10% et 50% de leurs effectifs au cours des quatre prochains trimestres.

Un certain nombre de startups soutenues par des entreprises de la région de Seattle ont déjà réduit leurs effectifs, notamment ExtraHop, RealSelf, Textio et Lighter Capital.

Certains pronostiqueurs affirment que d’autres mesures devraient suivre, d’autant plus que les liquidités se détériorent à la lumière des réglementations du gouvernement américain qui ont empêché de nombreuses entreprises financées par des entreprises de demander le récent programme de protection des chèques de paie.

L’argent est certainement roi, mais la douleur actuelle infligée aux startups dépend également de l’industrie dans laquelle ces entreprises opèrent.

Par exemple, Rover, basé à Seattle – qui gère un marché en ligne de garde d’animaux et de promenades pour chiens – a licencié 41% de son personnel alors que les gens réduisaient leurs plans de voyage et passaient plus de temps à la maison au milieu de la pandémie.

À l’inverse, des startups fortement financées comme Remitly, qui facilite les transferts d’argent mobile, et Karat, qui aide les entreprises à réaliser des entretiens vidéo avec des recrues technologiques, connaissent un boom commercial alors que COVID-19 accélère l’adoption de leurs technologies numériques. Les startups dans des domaines tels que la télésanté, le streaming vidéo ou l’éducation en ligne pourraient également trouver de nouveaux clients au milieu de la crise.

Et cela dépend également de la date à laquelle les entreprises ont levé des capitaux pour la dernière fois – par exemple, une entreprise qui a levé un grand tour de financement juste avant l’épidémie de coronavirus pourrait mieux résister à la tempête qu’une entreprise qui prévoyait de lever son prochain tour ce printemps ou cet été.

À cet égard, COVID-19 ne traite pas toutes les startups de la même manière.

Néanmoins, les auteurs du rapport NVCA ne brossent pas un tableau optimiste.

D’une part, alors que les capital-risqueurs sont assis sur une pile de 120 milliards de dollars de capital inutilisé – ce qu’on appelle la «poudre sèche» dans la langue vernaculaire de l’industrie du capital-risque. Une grande partie de ce trésor de trésorerie record historique est réservée aux sociétés de portefeuille existantes, et les auteurs écrivent que ce «capital ne sera presque pas suffisant pour atténuer l’impact négatif de la crise du COVID-19».

Les capital-risqueurs peuvent également avoir du mal à lever des fonds, ce qui signifie moins de liquidités pour les jeunes startups. Lors de la crise financière de 2008 à 2009, les capitaux à risque levés ont chuté de près de 60%, selon le rapport.

Et avec moins de capitaux disponibles, les investisseurs en capital-risque peuvent inverser tout progrès réalisé pour diversifier les portefeuilles en soutenant les femmes fondatrices, les entrepreneurs de couleur ou celles qui vivent dans des régions plus éloignées.

«Les investisseurs se tournant vers les sociétés de portefeuille existantes et étant moins susceptibles de voyager ou de tenir des réunions en personne, cela apportera de nouveaux défis aux fondateurs qui n’ont pas déjà de relations avec les investisseurs en capital de risque», écrivent les auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *