38% des startups manquent de fonds alors que les appels au sauvetage restent sans réponse

BENGALURU: Les petites startups indiennes ont épuisé leurs fonds moins un plan de sauvetage spécifique du gouvernement, deux mois après que leurs entreprises ont été touchées en raison du verrouillage induit par la pandémie de Covid-19. Environ 38% des startups et des petites et moyennes entreprises se sont asséchées, contre 27% en avril, selon une enquête de la plateforme communautaire LocalCircles. Environ 4% des startups ont déjà signalé leur fermeture.

Le nombre d’entreprises avec 3-6 mois de piste de trésorerie est tombé à 16%, contre 23% une semaine après le verrouillage en avril, selon l’enquête.

L’enquête a reçu 28 000 réponses de 8 400 startups, PME et entrepreneurs. «De multiples appels au gouvernement pour faciliter le renflouement des startups sont restés sans réponse», a déclaré un capital-risqueur qui a transmis les demandes de démarrage au gouvernement.

« Faciliter l’obtention de prêts pour les MPME était super pour eux, mais pas pour les startups auxquelles les banques ne prêtent pas », a déclaré la personne sous couvert d’anonymat. « Il est perplexe que le gouvernement ne veuille pas soutenir les startups qui peuvent créer des emplois, ce qui est la plus grande exigence à l’heure actuelle. »

Certes, les startups ont continué à obtenir des fonds grâce au verrouillage, mais l’épidémie de virus a provoqué un ralentissement.

Selon des données provenant du collecteur de données de démarrage Tracxn, seulement 79 transactions au stade d’amorçage d’un montant de 47 millions de dollars ont été conclues entre début avril et le 5 juin, contre 188 transactions d’une valeur de 154,5 millions de dollars conclues par les entreprises entre avril et juin de l’année dernière.

Jusqu’à présent, le nombre de transactions de série A conclues au cours du trimestre d’avril à juin n’est que de 36, contre 103 au trimestre correspondant de l’année précédente. Bien que certaines transactions soient encore en cours d’annonce avant la fin du mois, il est peu probable que le financement du trimestre d’avril à juin de cette année dépasse l’objectif de l’année dernière.

Nikunj Bubna, PDG de TheWishBox, une start-up qui aide les sociétés FMCG à commercialiser et à échantillonner de nouveaux produits auprès des consommateurs, n’a enregistré aucun revenu depuis le verrouillage.

«Nous travaillions sur notre accord de financement d’avant la série A depuis décembre de l’année dernière et maintenant cela est suspendu. Nos clients sont des sociétés FMCG, et les grands acteurs de cet espace ont reporté de nouveaux lancements, les petits acteurs ont réduit leurs budgets, donc nous n’avons eu aucun revenu », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *