Une université de Londres crée une start-up pour stimuler la chasse aux vaccins

L’Imperial College London met en place une nouvelle entreprise pour distribuer un vaccin potentiel Covid-19 à un prix inférieur.

L’université britannique, en collaboration avec son partenaire Morningside Ventures, ne renoncera pas aux redevances et ne facturera que des «prix modiques à prix majoré» pour soutenir le travail de l’entreprise, a-t-elle déclaré dimanche.

L’entreprise s’appellera VacEquity Global Health.

Une autre société, VaXEquity, est également lancée pour accélérer la production du vaccin.

«Ces nouvelles entreprises sont le moyen le plus efficace pour nous de livrer les vaccins Covid-19 rapidement, à moindre coût et à l’international, tout en préparant les futures pandémies», a déclaré le professeur Robin Shattock, responsable des infections et de l’immunité à l’Impériale et co-fondateur des deux sociétés .

L’Imperial College affirme avoir reçu plus de 40 millions de livres sterling (186,3 millions de dirhams / 50,7 millions de dollars) d’argent public pour développer le vaccin contre le coronavirus, et 5 millions de livres sterling de donateurs.

Le vaccin doit entrer dans une nouvelle phase d’essais humains le 15 juin.

S’adressant au Sommet mondial sur les vaccins la semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé à un «vaccin populaire».

Des dirigeants de 50 pays se sont réunis à Londres et ont levé 8,8 milliards de dollars de fonds supplémentaires lors d’une conférence d’annonces de contributions organisée par Gavi, la Vaccine Alliance, jeudi.

Lors de la réunion, le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé à une « nouvelle ère de coopération mondiale en matière de santé » pour « unir l’humanité dans la lutte contre la maladie », en particulier dans les pays les plus pauvres.

Depuis son apparition en Chine à la fin de l’année dernière, le coronavirus a infecté près de 7 millions de personnes, tué plus de 400 000 personnes et ravagé l’économie mondiale en forçant des millions de personnes à rester à l’intérieur de leurs maisons.

_______________

Un travailleur de la santé portant un équipement de protection individuelle (EPI) parle à un résident de la maladie des coronavirus (COVID-19) dans un camp de contrôle à Dharavi, l’un des plus grands bidonvilles d’Asie, à Mumbai, en Inde. REUTERS

Les fans de Bohemians Prague se tiennent sur des échelles alors qu’ils se préparent à regarder le match de football de première ligue tchèque entre Bohemians Prague et Sparta Prague derrière une clôture à Prague, en République tchèque. La ligue de football tchèque a repris le jeu après le verrouillage national en raison de la pandémie de coronavirus COVID-19, mais les supporters ne peuvent pas être autorisés dans le stade. EPA

Un prêtre chrétien nettoie la zone de l’église car les lieux de culte ont été autorisés à rouvrir avec des directives strictes à partir du 08 juin dans le pays, pendant le verrouillage en cours au cours de l’alerte coronavirus covid-19 à Bhopal, en Inde. EPA

Un employé portant un masque protecteur vérifie la température d’un visiteur à l’entrée d’un restaurant le long d’une rue piétonne du centre de Tbilissi, alors que le pays tente de freiner la propagation du COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus. La semaine dernière, des cafés et des restaurants ont rouvert dans la capitale géorgienne. AFP

Les hôtes et les entraîneurs de chevaux portent des masques faciaux lorsqu’ils pratiquent la distance sociale lors d’une course de chevaux à l’hippodrome de Beyrouth, alors que le Liban a rouvert ses pistes de courses de chevaux au milieu du verrouillage de la maladie à coronavirus (COVID-19) avec de nouvelles mesures de sécurité, à Beyrouth, au Liban. REUTERS

Des musiciens se produisent à côté des peintures de l’artiste espagnol Diego Velazquez alors que le musée du Prado rouvre au milieu de l’épidémie de la maladie du coronavirus (COVID-19), à Madrid, en Espagne. REUTERS

Les gens apprécient un toboggan à Yongin, en Corée du Sud, alors que les mesures visant à éviter la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) se poursuivent. REUTERS

Une infirmière travaille à l’unité de soins intensifs (USI) où les patients infectés par le nouveau coronavirus, COVID-19, sont traités à l’hôpital public Docteur Ernesto Che Guevara dans la ville de Marica, dans l’État de Rio de Janeiro, au Brésil. AFP

Un homme portant un tapis de prière et portant un masque comme mesure préventive contre le coronavirus COVID-19 fait vérifier sa température à l’entrée de la mosquée Nizamiye avant la prière du vendredi à Midrand, Johannesburg, alors que les activités religieuses ont repris en Afrique du Sud depuis 1er juin avec l’introduction du règlement de verrouillage de niveau 3 visant à freiner la propagation de la maladie COVID-19. AFP

Mis à jour: 8 juin 2020 00h34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *