Les fondateurs de startups indiennes préfèrent toujours la croissance à la rentabilité

Bombay: Plus des deux tiers des fondateurs qui ont tenté de lever des capitaux l’année dernière ont eu une expérience favorable, même si elle était inférieure à celle de 2019 en raison de la pandémie de Covid-19, selon une enquête d’InnoVen Capital.

La plupart des fondateurs (71%) estiment également que l’environnement de la collecte de fonds sera optimiste en 2021, selon l’enquête menée auprès d’une centaine de leaders de start-up par le fonds de dette à risque.

«L’environnement de financement est très solide, en particulier pour les entreprises qui s’adressent à de grands marchés et qui construisent des entreprises durables grâce à l’innovation dans la marque, le produit et la distribution», a déclaré Aman Gupta, cofondateur et directeur marketing de Boat, le fabricant de casques et d’écouteurs.

Le fonds, dans son rapport sur les perspectives de démarrage 2021 partagé exclusivement avec ET, a constaté qu’il existait un biais continu en faveur de la croissance par rapport à la rentabilité, environ 77% des fondateurs classant la croissance supérieure à la rentabilité comme domaine prioritaire pour 2021.

Sur les 100 startups interrogées, 62% en étaient au stade initial, 28% en phase de croissance et environ 10% étaient des entreprises en phase de développement.

Malgré une grave brèche causée par la pandémie et le verrouillage qui en a résulté, il y a eu une forte reprise de la demande après quelques mois de graves perturbations induites par Covid-19, a-t-il montré.

«Il peut sembler un peu surprenant que les fondateurs privilégient davantage la croissance à la rentabilité. Mais mon sentiment est que la plupart des apprentissages et de l’austérité ont été pris en compte et mis en œuvre au début de la pandémie et au moment où la saison des fêtes a repris, les revenus étaient revenus aux niveaux d’avant Covid-19 et le sentiment des investisseurs était devenu positif et les fondateurs ont rapidement pivoté pour se concentrer sur la croissance », a déclaré Ashish Sharma, directeur général et PDG d’InnoVen Capital India.

Le fonds a soutenu des startups telles que Byju’s, Swiggy, Oyo Rooms, Dailyhunt, CureFit, FirstCry, Eruditus, Snapdeal, PharmEasy, boAt, Licious, Myntra, Blackbuck, Rebel Foods, BharatPe, Pepperfry, Infra.Market et Zetwerk.

Environ les deux tiers des entreprises ont dépassé le taux d’exécution des revenus d’avant Covid-19 en décembre 2020. Des secteurs tels que le commerce électronique, la logistique (e-com), les plates-formes B2B, les logiciels d’entreprise et les marques grand public D2C ont connu la plus forte reprise. Près de 23% de tous les répondants interrogés étaient déjà rentables avec Ebitda et environ 42% des répondants visent à devenir rentables au cours des deux prochaines années.

Certains analystes, cependant, ont déclaré que les startups ne pouvaient pas se permettre de détourner les yeux de la rentabilité.

«Alors que les startups continuent de rebondir en mettant davantage l’accent sur la croissance, la voie de la rentabilité est désormais bien plus ciblée, car les entreprises cherchent à rentabiliser le revenu net à court terme, car la croissance à tout prix n’est plus un modèle viable. financé », a déclaré Ankur Pahwa, leader national du commerce électronique et de l’Internet grand public chez EY Inde.

L’étape d’évolution d’une entreprise a également joué un rôle majeur dans ses performances financières. Environ 27% des entreprises en phase de croissance étaient Ebitda rentables, contre 23% en 2019. Cependant, seules 19% des entreprises en phase de démarrage avaient atteint la rentabilité Ebitda, selon l’enquête.

Compte tenu d’une croissance plus élevée que prévu au second semestre 2020, environ 72% des fondateurs s’attendent à ce que le rythme des embauches s’accélère en 2021.

Les entreprises de secteurs tels que les médias numériques, le commerce électronique, la logistique et la technologie profonde étaient les plus optimistes en matière de recrutement. Pour les fondateurs, la gestion des talents était également l’un des plus grands défis.

Compte tenu des problèmes géopolitiques avec la Chine, le sentiment anti-chinois est à la hausse.

Selon l’enquête, la préférence pour les investisseurs chinois est considérablement réduite à seulement 3% en 2021 contre 29% en 2020. Il y a également eu un intérêt accru pour les investisseurs japonais. Près de 23% des répondants (contre 13% l’année précédente) ont déclaré qu’ils préféreraient lever des capitaux auprès de fonds basés au Japon.

Bien qu’il y ait eu d’abondantes liquidités pour investir dans ces entreprises, les sorties ont continué d’être un problème critique pour la plupart des fondateurs.

Environ 47% des fondateurs ont déclaré qu’ils pensaient que les offres publiques initiales étaient un scénario de sortie réaliste (contre 42% l’année dernière). Cela s’explique par la vigueur des marchés des capitaux et la préparation aux introductions en bourse de certaines des sociétés matures de l’écosystème, avec 70% de la croissance et les fondateurs en phase finale envisageant les sorties du marché public.

Les répondants du secteur de la logistique étaient les plus optimistes quant à une introduction en bourse en Inde, tandis que ceux de la marque de consommation au détail (47%) et de l’hôtellerie-voyage (50%) ont privilégié les fusions-acquisitions comme mode de sortie le plus probable.

La Fintech était le seul secteur où la majorité des répondants ont choisi une vente secondaire comme la voie la plus probable pour fournir une sortie aux investisseurs, selon le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *