La startup Qdesq, soutenue par JLL, agrège des espaces de travail flexibles pour les utilisateurs de Zomato, Flipkart, Walmart

Paras Arora a passé plus de 15 ans dans l’immobilier commercial, avec des séjours chez Colliers et d’autres, jusqu’à ce qu’il se rende compte que le secteur était prêt à être perturbé. En 2015, dans un monde post-WeWork, espaces de coworking gagnaient rapidement l’acceptation.

En Inde, cependant, des bureaux ont continué à être loués dans le méthode conventionnelle basée sur les pieds carrés dans la plupart des métropoles. Le coworking n’était pas encore un slogan.

Même si des propriétaires individuels souhaitaient louer leurs espaces à des demandeurs, il était presque impossible de localiser ou découvrir leur. Pour résoudre ce problème de base, Paras a commencé Qdesq fin 2015.

Co-fondateurs de Qdesq Paras Arora (à gauche) et Lavesh Bhandari

Il encordé en technophile Lavesh Bhandari en tant que co-fondateur et CTO. La startup a lancé ses opérations depuis Gurugram début 2016.

Co-fondateur et PDG Paras raconte Ton histoire,

«Nous voulions créer un nouveau modèle pour les espaces de travail et perturber l’équation traditionnelle de l’offre et de la demande de location de bureaux. L’objectif était de changer la langue de la réservation d’immobilier commercial depied carré à par siège par bureau.  »

Construire le «Booking.com pour les espaces de travail»

Qdesq est une technologie agrégateur d’espace de travail flexi et plateforme de location. La startup répertorie les espaces de coworking, les bureaux partagés, les bureaux virtuels, les bureaux privés et les salles de réunion et de formation pour les utilisateurs. découvrir, réserver, louer, et utilise.

Il s’agit d’une plate-forme de bout en bout que le co-fondateur décrit comme le «Booking.com pour les espaces de travail».

L’analogie peut sembler un peu farfelue, étant donné que Qdesq regroupe même de petits espaces de travail sans marque dans les villes de niveau II, ce qui le rend plus semblable à OYO.

La startup fonctionne sur un modèle léger. Comme les autres acteurs de l’économie du partage WeWork, Airbnb et Uber, il ne possède aucun bien immobilier. En conséquence, Qdesq a pu réduire le fardeau des coûts sur les demandeurs d’espace de travail en éliminant les concepts immobiliers traditionnels de baux à long terme, périodes d’immobilisation, frais de courtage, etc.

Paras élabore,

«Notre plateforme technologique aide également améliore la visibilité et la découvrabilité des espaces, en particulier pour les petits opérateurs sans marque et maman-et-pop, qui n’ont pas le marketing comme WeWork ou un 91Springboard. Nous avons également pu réduire le pourcentage d’espaces inutilisés parce que notre solution est offerte à la demande et répond aux exigences actuelles du client. »

Les utilisateurs peuvent également prendre un visite visuelle, comparer les prix, et planifier une visite dans un espace de travail avant réservation et paiement. Qdesq a déployé des gestionnaires de comptes clés et des avis dans des emplacements sélectionnés pour guider les chercheurs d’espace de travail.

le espaces de travail plug-and-play répertoriés sur la plate-forme sont équipés d’équipements tels que des bureaux chauds, une connexion Internet 24h / 24 et 7j / 7, des kiosques à thé / café, un service de ménage à la demande, la sécurité, des installations de vidéoconférence, des services d’impression, de télécopie et de conciergerie occasionnels.

Qdesq promet de ferme les réservations en quelques jours et semaines – même pour les besoins d’occupation des grandes entreprises. En comparaison, les baux conventionnels peuvent prendre jusqu’à six mois pour être conclus et ont une transparence limitée dans le processus.

Croissance opérationnelle et modèle économique

Lorsque Qdesq a commencé en janvier 2016, il ne répertoriait que 15 espaces de travail à Delhi-NCR.

En quatre ans, la startup prétend avoir étendu son réseau à 2800 espaces couvrant 48 villes indiennes, y compris les centres de niveau I et II. Son inventaire est passé à 600 000 bureauxet Qdesq pointe actuellement 1800 réservations un mois.

«Les réservations mensuelles ont augmenté de 3,5 fois au cours des 12 derniers mois», révèle le co-fondateur.

Ses revenus ont également augmenté de 4 fois au cours de la dernière année. Actuellement, la startup ARR s’élève à Rs 15,5 crore, et il affirme être devenu positif en espèces en 2019.

Les espaces de travail de marque Qdesq peuvent être utilisés n’importe où entre Rs 9,000 à Rs 10,000 par bureau par mois. C’est 20 à 30 pour cent de moins que ce que les opérateurs d’espace de travail premium comme WeWork, CoWrks, Regus, Smartworks et autres facturent.

Compte tenu de la montée du travail à distance dans toutes les industries et de la forte augmentation de la demande d’espaces de travail flexi, la startup s’attend à plus que doubler son chiffre d’affaires à Rs 38 crore d’ici 2021. D’ici là, il espère faire de la corde dans 3 700 espaces de travail dans 64 villes et enregistrer plus de 2 800 réservations par mois.

Paras partage: «Nous avons réalisé que les chercheurs recherchent deux choses à la fin de la journée: how magnifiquement un espace est conçu et l’efficacité de sa gestion. Il y a une nette différence entre les espaces de coworking et les bureaux traditionnels, que les travailleurs new-age trouvent ennuyeux et ennuyeux. « 

« Et ils ne veulent pas travailler à domicile soit parce que cela plonge leur productivité « , ajoute-t-il.

Fait intéressant, Qdesq ne facture pas directement ses utilisateurs. Au lieu de cela, le démarrage prend un commission de ses fournisseurs d’espace de travail chaque fois qu’un prospect est généré. Les fournisseurs d’espace de travail facturent à leur tour le client final sur une base bureau par mois.

Les clients de la startup sont Empowerers, Cooffiz, Workafella, Stirring Minds, Nucleus, ABL, Karya Space, et plus. Il fonctionne également avec clients grandes entreprises tel que Walmart, Zomato, Flipkart, Expedia, et plusieurs autres.

«Nous facturons un gros frais de conseil pour fixer leurs besoins d’espace de travail qui dépassent 50 bureaux. Mais pour les petits clients, les fournisseurs d’espace sont facturé une réduction basée sur l’occupation», Explique le co-fondateur.

Financement et paysage industriel

Amorcé pendant quatre ans, Qdesq a levé des capitaux non divulgués auprès de JLL Spark, la branche de capital-risque de la société de conseil en immobilier JLL basée dans la Silicon Valley, en septembre 2019. Il s’agissait du premier investissement du fonds axé sur la technologie en Inde.

À l’époque, Ramesh Nair, PDG et chef de pays – Inde, JLL, a déclaré dans un communiqué,

«L’investissement dans Qdesq exploite l’opportunité de croissance qu’offre le segment des espaces de travail flexibles. Les solides relations commerciales de JLL à travers le monde, combinées à la plate-forme technologique de Qdesq et à des partenariats privilégiés avec des opérateurs spatiaux flexibles, nous aideront à fournir une solution plus complète à nos clients. »

La startup prévoit d’utiliser le capital dans expansion panindienne, mises à niveau technologiques et CRM, et entrée sur les marchés internationaux. Il devrait être lancé dans toutes les villes passerelles de l’Asie du Sud-Est au cours des prochaines années.

Qdesq, basé à Gurugram, est passé de 19 à 65 personnes en un an

«Nos volumes de transactions ont augmenté de plus de 400% en glissement annuel et grâce à notre vision commune avec JLL, le L’opportunité est d’étendre la plateforme à travers l’Asie», Avait déclaré le co-fondateur au moment du financement.

La startup est en concurrence avec des acteurs établis comme WeWork, Regus, Awfis, 91 Springboard, Innov8 et même des acteurs émergents tels que Skootr, Workfella, GoHive, GoWork et d’autres dans ce qui est Le marché de l’espace de travail flexi à la croissance la plus rapide d’APAC.

Selon une étude JLL, environ 15% de l’immobilier commercial en Inde est occupé par des espaces de coworking – doubler sa part en 2016 – signe à la fois de croissance et d’opportunité.

Paras résume: «Nous connaissons les secrets des espaces de travail qui sont difficiles à découvrir, et c’est là que nous pouvons avoir un réel impact… sur les opérateurs locaux et locaux.»

À l’heure actuelle, un énorme marché inexploité attend que Qdesq fasse sa marque.

(Édité par Saheli Sen Gupta)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *