«Je suis littéralement stupéfait»: une startup accuse Apple de comportement «mafieux» après le différend sur le rejet de l’App Store

La startup américaine Basecamp s’est retrouvée dans une bataille épique entre David et Goliath avec Apple, le co-fondateur David Heinemeier Hansson accusant le géant de la technologie d’un comportement de «shakedown» et de «mafioso», alors qu’il pousse son application Hey sur l’App Store.

Signalé pour la première fois dans Protocole, le différend porte sur le lancement du nouveau service de messagerie électronique de Basecamp, Hey.

Après avoir été lancée lundi matin aux États-Unis, l’équipe Hey a rapidement publié une deuxième version de l’application, contenant des corrections de bugs. Mais, cette deuxième version a été rejetée pour violation des directives d’Apple.

Les directives indiquent apparemment que si vous voulez que les gens puissent acheter des choses via votre application, ces paiements doivent passer par les systèmes de paiement d’Apple.

Alors que Hey coûte 99 $ par an, ce paiement est pour le service, pas pour l’application elle-même. L’application Hey active simplement ce service. Dans l’état actuel des choses, dit le fondateur, aucun paiement n’est effectué dans l’application.

Recevez les actualités COVID-19 que vous pouvez utiliser dans votre boîte de réception.

Vous recevrez également des offres spéciales de nos partenaires. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Dans une lettre que Heinemeier Hansson a partagée sur Twitter, un représentant d’Apple a déclaré que le problème était lié à la directive 3.1.1 de l’App Store.

« Les applications qui exploitent des services sur plusieurs plates-formes peuvent permettre aux clients d’accéder au contenu, aux abonnements ou aux fonctionnalités qu’ils ont acquis ailleurs, mais ces éléments doivent également être disponibles sous forme d’achats intégrés », a déclaré le représentant.

Cependant, la lettre n’a pas reconnu qu’Apple tire généralement 15 à 30% des revenus des achats intégrés. Inutile de dire que ce n’est pas quelque chose qui a échappé à l’attention de Heinemeier Hansson.

Le fondateur a également affirmé qu’Apple avait déclaré que s’il ne procédait pas au changement, il supprimerait complètement l’application Hey de l’App Store.

Plus tard, Apple aurait prétendu que l’erreur réelle était d’approuver la version originale de l’application en premier lieu.

Selon un rapport de Axios ce matin, l’appel de Basecamp à Apple a été rejeté.

Le sort de Heinemeier Hansson a été accueilli avec le soutien de ses partisans. L’un a appelé Apple «un tyran» et d’autres ont raconté leurs propres essais en traitant avec l’App Store.

Alors que l’histoire explosait, un utilisateur de Twitter a noté que la startup recevait beaucoup d’attention.

« C’est une opportunité de publicité gratuite pendant que vous combattez les forces du mal », ont-ils déclaré.

Cette débâcle survient en même temps qu’Apple fait face à une action en justice antitrust de l’Union européenne, pour régler ce problème.

La Commission européenne examine si les règles relatives aux achats intégrés ne violent pas les règles de concurrence de l’UE. Dans un communiqué, la commission souligne également des restrictions qui ne permettent pas aux développeurs de diriger les clients potentiels vers d’autres options d’achat, en dehors de leur application.

« Il semble qu’Apple ait obtenu un rôle de » gardien « en ce qui concerne la distribution d’applications et de contenu aux utilisateurs d’appareils populaires d’Apple », a déclaré la vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager, dans un communiqué.

Apple est l’une des sociétés les plus importantes au monde, avec une capitalisation boursière actuelle d’un peu plus de 1,5 billion de dollars américains (2,2 billions de dollars).

MAINTENANT À LIRE: Une situation d’otage: pourquoi Apple n’adressera pas sa chaîne d’approvisionnement contraire à l’éthique

LIRE MAINTENANT: Apple rôti après avoir dévoilé un accessoire de 1 500 $ pour son dernier produit

Vous pouvez aider à garder SmartCompany gratuit pour tout le monde à lire

Les petites et moyennes entreprises et les startups n’ont jamais eu plus besoin que jamais d’un journalisme et d’informations crédibles et indépendants.

C’est notre travail chez SmartCompany: vous tenir informé des actualités, des interviews et des analyses dont vous avez besoin pour gérer votre chemin à travers cette crise sans précédent.

Maintenant, il existe un moyen de nous aider à continuer à le faire: en devenant Supporter SmartCompany.

Même une petite contribution nous aidera à continuer à faire le journalisme qui tient les entrepreneurs australiens informés.

Et ce n’est pas tout le trafic à sens unique non plus. Les Super Supporters de SmartCompany peuvent participer à notre réunion mensuelle de l’éditeur et assister à un webinaire mensuel, sur invitation uniquement, avec un grand entrepreneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *