Guide de démarrage Tokyo: comment ce hub technologique mondial se réinvente pour une nouvelle vague d’entrepreneurs

le Guide de démarrage série de livres, lancée en 2014 par un éditeur basé à Copenhague Sissel Hansen, couvre plus de 20 villes comme Londres, Stockholm, Lisbonne, Oslo et Miami. Voir nos critiques des guides pour New York, Berlin, Munich, Zurich, Paris, Johannesburg, Caire, et Singapour.

Guide de démarrage Tokyo est répartie sur 210 pages et offre une lecture informative et divertissante, avec des profils de fondateurs, des espaces de coworking, des accélérateurs et d’autres acteurs de l’écosystème. Supporté par JETRO et IPA en tant que partenaire, le livre comprend également un glossaire de trois pages sur les termes de l’entrepreneuriat.

« L’une des villes les plus densément peuplées du monde, la capitale du Japon est un charmant mélange d’ancien et de nouveau, de calme et d’agitation, d’ordre et de chaos », commence Sissel.

Les attitudes à l’égard de l’entreprenariat deviennent également plus progressives, et le programme gouvernemental J-Startup stimule l’écosystème local et accueille les nouveaux arrivants de l’étranger. En 2018, le Premier ministre japonais Shinzo Abe déployé une stratégie qui vise à produire au moins 20 licornes technologiques d’ici 2023.

« Les géants qui étaient à l’honneur dans les années 1990, tels que Sony et Honda, n’ont pas encore été remplacés au niveau mondial par une ligne d’avant-garde de licornes japonaises », observe Aryssa Isuyama, qui dirige les opérations de démarrage à Slush Tokyo.

«Les braves, sensibles à la culture et résilients verront certainement leurs graines porter leurs fruits dans les années à venir», ajoute-t-elle.

« Pour le Japon, la prochaine décennie sera un moment historique pour créer une nouvelle société prospère, et les startups seront les acteurs centraux du défi », selon Takuya Hirai, Ancien ministre d’État. Les grandes entreprises adoptent l’innovation ouverte en plus de leur propre R&D et de la commercialisation des connaissances universitaires.

Aperçu

Avec un PIB de 5 000 milliards de dollars, le marché japonais est la troisième économie du monde. Les clients japonais sont connus pour être sophistiqués et exigent des normes élevées de preuve de concept. Le Grand Tokyo – avec une population de plus de 14 millions d’habitants – représente une part importante du PIB du Japon.

Le Japon était le sixième marché en termes d’investissement en capital-risque en 2017, et l’Université de Tokyo a diplômé environ 250 startups cette année-là. Les startups notables de ces dernières années incluent Réseaux préférés, Nihon Kotsu, CrowdWorks, Mercari et Ligne.

Bien qu’il existe des préférences sociétales pour travailler dans de grandes sociétés prestigieuses plutôt que dans des startups, le mouvement entrepreneurial se redresse. Les atouts technologiques du Japon résident dans la fabrication, l’électronique, la robotique, les soins de santé, l’agritech et l’intelligence artificielle (IA). Cependant, la réglementation a entravé la montée en puissance des services de covoiturage comme Uber.

Tokyo a une excellente infrastructure de transport et de communication et un environnement sûr, et ses citoyens sont très appréciés pour leur politesse et leur culture respectueuse des lois. Les longues heures de travail sont la norme, ainsi que la socialisation autour des boissons après les heures de bureau.

Profils de démarrage

Une section du livre décrit neuf startups basées à Tokyo. Ils incluent le fournisseur de solutions de drone Aeronext, avec des services de sécurité, de mobilité, d’inspection et de livraison. Infostellaire aide les opérateurs de satellites à partager les services de communication avec les stations au sol et les opérateurs d’antennes.

Clarté est une plate-forme où les femmes et les communautés minoritaires peuvent trouver le meilleur lieu de travail pour répondre à leurs besoins. Il fournit des informations qui peuvent aborder les choix de vie professionnelle des femmes, ainsi que des évaluations anonymes par des employées.

Empath a développé l’IA des émotions vocales, pour des cas d’utilisation tels que la compréhension de la dépression via des signaux vocaux, visuels et biométriques. Hacobu est une plateforme logistique B2B avec des fonctionnalités d’identification numérique. Soramitsu dispose d’une plateforme basée sur la blockchain pour les solutions d’identité numérique et de paiement dans le système financier.

TableCross a également développé une application de réservation de restaurant à vocation sociale. Pour chaque repas réservé via l’application, Tablecross finance un déjeuner scolaire pour un enfant d’un pays pauvre.

TELEXISTENCE offre des interfaces de contrôle de robot pour que les gens accèdent et gèrent les robots à distance. Zehitomo est un marché pour les services locaux tels que les plombiers, les entraîneurs personnels, les pigistes et les instructeurs de karaoké.

Beaucoup de ces startups ont bénéficié de le financement d’Airbus Ventures, Sony Innovation Fund, 500 Startups Japan, DNX Ventures, Mizuho Capital, Slush Japan’s pitch contest, KDDI, Global Brain Corporation, Innovation Platform of the University of Tokyo, and Ministry of Internal Affairs and Communications (MIC).

Écosystème de démarrage

Deux sections du livre décrivent le système de soutien aux startups, allant des espaces de coworking aux programmes dans les incubateurs et les accélérateurs. Par exemple, EGG JAPAN fournit des espaces de bureaux et de réseautage à plus de 600 startups ainsi qu’aux grandes entreprises.

JETRO IBSC (Invest Japan Business Support Center) aide les entreprises souhaitant pénétrer le marché japonais. Global Business Hub Tokyo (GBHT) prend en charge de nombreuses startups informatiques, dont la plupart sont en dehors du Japon.

Création de Mitsubishi Estate et SAP Japan Inspired.Lab s’attaquer aux problèmes sociaux liés au vieillissement de la population japonaise et à la diminution de la population active qui en résulte, ainsi qu’aux problèmes environnementaux et sanitaires. LINK-J (Life Science Innovation Network Japan) facilite l’innovation collaborative dans les sciences de la vie.

Le gouvernement métropolitain de Tokyo Startup Hub Tokyo soutient un éventail d’entrepreneurs. Nous travaillons possède environ 19 sites dans cinq villes du Japon.

Incuber le camp est géré par Incubate Fund et a organisé plus de 12 camps. Créé par l’Office japonais des brevets (JPO), le Programme d’accélération IP pour les startups (IPAS) propose des cours sur la propriété intellectuelle.

J-Startup a été créé par le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI), l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO) et l’Organisation de développement des nouvelles technologies énergétiques et industrielles (NEDO) pour créer des startups japonaises de pointe. Il a fourni un soutien via des VC, des accélérateurs, des entreprises et des services gouvernementaux à des startups comme Sansan, une société de solutions de gestion des contacts qui est devenue publique en 2019.

Open Network Lab (Onlab) fait partie du groupe Digital Garage. Le programme d’accélération des semences se termine par une journée de démonstration pour les startups dans des secteurs tels que l’immobilier, le mode de vie et la santé. Les startups notables incluent WHILL (véhicules électriques), Fond (plateforme SaaS qui consolide les processus de récompense des employés) et mobingi (fournisseur de cloud computing).

Plug and Play Japan propose un programme d’accélération pour les startups et le conseil en stratégie d’innovation ouverte pour les entreprises, dans des secteurs comme l’IoT, la fintech, la mobilité et le commerce de détail. Sekai Creator offre un programme d’incubateur éducatif.

Zeroth.AI a un programme d’accélérateurs à Hong Kong, en Inde et au Japon. Ses startups incluent Calm, l’application de relaxation (considérée comme la première startup licorne axée sur la méditation).

Les dirigeants de ces institutions de soutien en énumèrent plusieurs facteurs de réussite des entrepreneurs, telles que l’originalité, le sens de l’objectif, un bon timing sur le marché et la capacité de travailler avec des partenaires et d’accepter des conseils externes. Les fondateurs doivent avoir une idée claire de la valeur de leur propriété intellectuelle et être disposés à apprendre en continu.

Perspectives d’experts

Une section du livre fournit des conseils de experts représentant des accélérateurs, des géants de la technologie et des initiatives de soutien aux startups dans la ville. Les conseils couvrent la technologie, les finances, les questions juridiques et la mission globale.

«De notre point de vue, l’un des plus grands défis lors de la croissance d’une startup est de concevoir une architecture technique qui puisse s’adapter à son activité au fur et à mesure de sa croissance», explique Tatsuya Ishiwatari de Amazon Web Services (AWS) au Japon.

«Les grandes entreprises japonaises à Tokyo sont désormais très ouvertes à travailler avec des startups mondiales. L’essentiel est de tendre la main à la bonne personne au sein de l’organisation », dit Hiroshi Hata d’AWS Japan. AWS Loft Tokyo fournit un espace de coworking et un bureau de consultation appelé Ask an Expert. Il organise AWS Startup Day à Tokyo et propose AWS Activate pour des crédits techniques.

« Même s’il est encore très courant de travailler pour une entreprise pendant de nombreuses années, les jeunes commencent à penser le travail différemment », selon Kiyoshi Nakazawa de JETRO. Il exécute des programmes appelés Global Acceleration Hub et Innovation Hot Spot.

«Gérer la barrière de la langue et trouver les bonnes personnes pour démarrer une entreprise peut souvent être difficile au début», prévient Futoshi Chiba de Mitsubishi Estate. L’entreprise gère des espaces de coworking comme EGG JAPAN, Global Business Hub Tokyo, Inspired.Lab et FINOLAB.

Travailler avec les entreprises aide les startups à renforcer leur crédibilité et à accéder à un large éventail de clients, conseille Koichi Noguchi de PwC. À leur tour, les entreprises gagnent en restant au fait des changements technologiques et en restant innovantes. La Global Innovation Factory (GIF) de PwC Japan propose des approches de transformation numérique aux entreprises et parraine des événements tels que Slush Tokyo et TechCrunch Tokyo.

SAP Japan relie les startups de Tokyo aux clients des grandes entreprises, comme l’explique Sinead Kaiya, responsable de l’innovation, SÈVE Asie Pacifique Japon. Elle croit fermement que la transformation numérique et la collaboration sont des impératifs pour les entreprises japonaises.

«Le Japon a une forte culture de faire équipe face à l’adversité et de ne pas abandonner jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Les gens ici ont une ingéniosité incroyable dans la résolution de problèmes, l’amélioration continue et l’itération pour trouver une solution unique », ajoute Sinead.

SAP Japan vise à être un «phare de l’innovation» pour les clients et développe le Business Innovators Network. Il gère également le programme d’accélérateur SAP.iO Foundry Tokyo et SAP Leonardo Experience Center.

« Assurez-vous d’adopter un état d’esprit axé sur les objectifs et de lier la mission de votre startup aux ODD », conseille Ann Rosenberg, vice-présidente directrice des partenariats avec l’ONU chez SAP, et responsable mondiale SAP Next-Gen et SAP University Alliances. Elle préconise également de mettre l’accent sur la société 5.0 (‘Imagination Society’) et son alignement sur la durabilité environnementale.

Ces experts proposent une gamme de conseils aux fondateurs, comme développer une familiarité avec la culture japonaise, assister à des événements de réseautage, être ouvert à la collaboration et comprendre le style de travail des grandes entreprises partenaires.

Conseil du fondateur

Le livre présente des interviews de fondateurs de quatre startups, bien qu’il aurait été formidable de profiler au moins une douzaine d’entrepreneurs pour la variété et la profondeur. Les fondateurs profilés retracent leurs parcours entrepreneuriaux, les conseils reçus, les enseignements tirés et des conseils pour la prochaine vague d’entrepreneurs en herbe.

Akiko Naka a travaillé chez Goldman Sachs et Facebook avant de lancer sa startup, allant même à l’encontre des conseils parentaux. Elle a fondé Wantedly, une plate-forme d’embauche sociale qui relie les individus aux entreprises en fonction de la mission et des valeurs partagées plutôt que du salaire et des avantages.

Ses clients sont Sony, Panasonic, Uber et Dropbox. Akiko souligne l’importance d’avoir un processus d’embauche approprié et attribue sa créativité comme l’un de ses facteurs de réussite.

Selon Akiko, la communauté des entrepreneurs japonais n’est pas aussi libérale ou innovante qu’à San Francisco. Étant donné que les produits locaux doivent être très spécifiques à la culture japonaise unique, ils peuvent ne pas bien évoluer à l’étranger, prévient-elle.

Emi Takemura a travaillé pendant plus de 25 ans dans le secteur de la technologie dans des entreprises comme Disney et Amazon. Elle a ensuite fondé Peatix, une plateforme d’événements communautaires qui compte plus de 3,5 millions d’utilisateurs.

«L’embauche de designers UI et UX est particulièrement difficile au Japon», prévient-elle. Elle conseille aux fondateurs de constituer une équipe aux compétences complémentaires, de ne pas attendre trop longtemps avant de lancer un produit et de nourrir une solide culture d’entreprise.

«La culture est quelque chose qui est très difficile à reconstruire une fois qu’une entreprise est établie, donc c’est vraiment bien d’y investir tôt», insiste Emi.

Yuki Ito a fondé Zest, une solution de planification pour les agences de soins à domicile et de santé à domicile. «Gérer une entreprise, c’est comme surfer. Lorsque vous débutez, même les petites vagues vous renversent », explique-t-elle. «Au fil du temps, vous réalisez que bien que chaque vague soit un peu plus grande et plus douloureuse, aucune ne vous tue», plaisante-t-elle.

Yuzo Kano, un ingénieur de l’Université de Tokyo, est également co-fondateur de bitFlyer Holdings, l’une des plus grandes bourses Bitcoin du Japon. Les premiers défis comprenaient l’éducation des gens sur l’utilisation des monnaies virtuelles.

«Un entrepreneur devrait faire quelque chose de nouveau que les gens ne comprennent pas. En effet, la plupart des entrepreneurs pensent à l’avenir », explique-t-il. « Si les gens comprennent ce que vous faites, vous êtes probablement trop tard », ajoute-t-il.

Il souligne également l’importance de mission, vision et valeurs (MVV) pour les équipes fondatrices. Les valeurs de sa startup sont résumées par «PEN» (passion, exécution, chiffres). « Votre seul but ne devrait pas être de créer une entreprise », insiste Yuzo.

Écoles

Une section du livre décrit les initiatives de soutien à l’éducation pour les startups à Tokyo. Par exemple, Code Chrysalis est une école de codage à Tokyo qui apporte les normes d’ingénierie logicielle de la Silicon Valley au Japon. Certains de ses diplômés sont maintenant sur Google, Quoine et PlayStation.

École de gestion Eirene propose le cours de gestion de l’innovation et la masterclass Design Thinking. La Graduate School of Management de Université GLOBIS a des programmes en leadership entrepreneurial, stratégie de capital-risque et capital-risque. Hitotsubashi ICS se spécialise dans la création, la gestion et la diffusion des connaissances.

Les écoles exhortent les aspirants entrepreneurs à adopter une attitude proactive, un état d’esprit de croissance, des compétences de narration efficaces et des capacités créatives. Avoir un mission supérieure, approche axée sur la société et concentration humaine aide à aligner les objectifs personnels et professionnels.

Les investisseurs

La dernière section de l’ouvrage présente les perspectives de six sociétés d’investissement. Par exemple, 31VENTURES est un département de co-création d’entreprise au sein du promoteur immobilier Mitsui Fudosan. Il finance des startups en proptech, greentech, fintech, mobilité, énergie et IA.

Ses structures de financement comprennent le Global Innovation Fund et le Growth I Project. Ses startups incluent SiteAware, une société de drones qui opérait sur les chantiers de construction de Mitsui Fudosan.

Abies Ventures se concentre sur les technologies de pointe. Il fait également partie de Mistletoe, une société d’investissement à impact social et un studio de démarrage créé par l’entrepreneur Taizo Son.

Au-delà de Next Ventures cible les startups ayant des racines dans les universités, dans des domaines tels que les technologies médicales, les biotechnologies et les sciences de la vie. Il héberge deux programmes d’accélération: BRAVE (le plus grand programme d’accélération de semences au Japon) et Blockbuster TOKYO (pour les startups de distribution de médicaments). Les startups notables incluent Cyberdyne (combinaison d’exosquelette robotique pour les travailleurs d’usine) et Spiber (biomatériaux tels que la soie d’araignée synthétique).

D4V (Design for Ventures) est une société de capital-risque qui s’est associée à la société de conception mondiale IDEO. Ses startups incluent ExaWizards (impact social via AI) et AirCloset (service d’abonnement pour les vêtements de boutique).

DEEPCORE, une filiale de SoftBank Group Corp, est un incubateur et un investisseur dans les startups de l’IA. Ses partenaires comprenaient l’Université de Tokyo et l’Institut des sciences et technologies d’Okinawa. Il dispose également d’un espace de coworking appelé KERNEL.

DNX Ventures se concentre sur les startups B2B et dispose d’un vaste réseau mondial d’entreprise. Ses startups incluent Cylance (entreprise de cybersécurité).

Les dirigeants de ces fonds expliquent qu’ils sont à la recherche de startups qui font preuve de différenciation, d’offres transformatrices, d’une excellente communication, d’un leadership motivé et d’une exécution efficace.

Le livre se termine par un répertoire de ressources utiles pour les startups, les groupes de rencontres et les événements. Il s’agit notamment de rencontres entre expatriés comme GaijinPot, Internations Tokyo et TEN (Tokyo Expat Network). Les événements notables pour les startups incluent B-Dash, Industry Co-Creation (ICC) et Slush Tokyo.

Venture Café Tokyo est la première succursale locale en Asie du Global Venture Café Global Institute. C’est également une organisation sœur du Cambridge Innovation Centre (CIC). VCT organise un événement hebdomadaire de signature appelé Jeudi Rassemblement.

En résumé, le livre fournit des informations informatives et divertissantes sur l’écosystème des startups de Tokyo, ainsi qu’un cadre utile pour que d’autres villes réfléchissent et améliorent leurs propres écosystèmes de startups.

(Édité par Saheli Sen Gupta)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *