Comment les startups de drones en Inde prévoient de lutter à distance contre les urgences

Les drones sont l’une des pièces les plus en vogue de la technologie grand public à venir. La capacité de faire l’expérience du vol et d’explorer les environs dans le confort de votre jardin a un attrait clair. Cependant, ces minuscules robots volants ont également beaucoup d’objectifs non récréatifs – dont certains peuvent même aider en cas d’urgence.

L’Inde n’a commencé que récemment à se familiariser avec l’idée des véhicules aériens sans pilote (UAV). Cette adoption plus lente est compréhensible compte tenu des questions de confidentialité et de sécurité qui se posent. Alors que les passionnés n’ont pas encore de chance avec eux, la pandémie de Covid-19 en cours pourrait bien être le catalyseur dont les drones avaient besoin en Inde.

Un drone fait principalement référence à un véhicule aérien sans pilote. Ils sont livrés en petits emballages et peuvent être contrôlés via un smartphone ou un contrôleur de drone dédié. Ils deviennent une entreprise sérieuse en Inde et les startups du pays sont à la pointe de l’adoption des dernières technologies.

Les drones peuvent être utilisés dans plusieurs scénarios. Au-delà des fins récréatives évidentes, ils peuvent être utilisés pour fournir des articles essentiels, du matériel médical et pour une variété d’utilisations dans la pandémie actuelle. Ils peuvent être utilisés pour la surveillance publique, les annonces, l’analyse de la situation ponctuelle, la surveillance, etc.

En fait, c’est dans le délai de verrouillage que nous avons vu la première vague de surveillance et de contrôle entrer en action. Voici comment les startups indiennes envisagent d’utiliser des drones dans les situations d’urgence, et ce que nous pouvons en attendre à l’avenir.

Pourquoi des drones lors d’une urgence?

Les drones nécessitent une interaction humaine minimale. Un pilote peut naviguer dans l’UAV à différents endroits et terminer la tâche tout en restant en sécurité et en étant à des kilomètres des zones rouges.

Dans certaines situations d’urgence telles qu’une catastrophe naturelle ou le verrouillage, les drones peuvent sauver des vies. Ils peuvent fournir une prise de conscience rapide, aider les pompiers à localiser le point chaud en cas d’incendie, peuvent être utilisés dans des opérations militaires, dans le transport d’organes, la surveillance publique, la livraison d’articles essentiels et de médicaments. Et, tout cela peut être réalisé sans aucun contact humain, réduisant encore plus le risque de vie.

Pourquoi les drones ne deviennent-ils pas courants en Inde?

La réglementation relative aux drones en Inde est une zone grise. Il existe plusieurs lois qui se chevauchent, et d’autres sont en préparation. Cela rend la possession de drones une affaire assez compliquée. Selon la dernière politique sur les drones de l’Aviation civile, les pilotes en Inde doivent obtenir un CNO à partir d’un portail Web pour entreprendre des levés aériens avec l’autorisation finale de la DGCA.

Tous les drones du pays doivent être enregistrés sur ce portail. Des informations telles que les dimensions et le poids du drone, la carte Aadhar du propriétaire et d’autres éléments essentiels sont enregistrées. Une «plaque d’immatriculation numérique» unique sera créée pour suivre le drone en cas d’incident.

Mis à part les aspects juridiques, plusieurs autres facteurs entravent également l’adoption des drones. Premièrement, les drones réparables ne sont pas abordables. Tout ce qui a une portée décente et un appareil photo fiable brûle un très grand trou dans la poche. Et plus ils sont capables, plus cela devient prohibitif. Il y a très peu de détaillants autorisés de drones en Inde qui continuent d’augmenter les prix des unités importées.

Heureusement, même les opérateurs de drones assument leurs responsabilités en utilisant des clôtures géographiques et des zones de marquage où une personne peut les faire voler. Dans certaines zones proches des aéroports ou des zones de défense, les drones sont limités.

Une fois que vous avez réussi à mettre la main sur un drone, il n’y a pas beaucoup d’établissements d’enseignement disponibles dans le pays qui peuvent apprendre à optimiser leur utilisation à des fins professionnelles.

L’une des autres principales raisons pour lesquelles les opérations à distance des drones n’ont pas décollé sont les lois régissant les opérations du BVLOS. BVLOS signifie Beyond Visual Line of Sight. Cela signifie que les drones volent au-delà de la ligne de vue visuelle de l’opérateur. Selon le dernier projet de politique 2.0, le Règlement de l’aviation civile 2.0 (RAC 2.0) peut autoriser des opérations dépassant la limite actuelle de 400 pieds.

BVLOS concerne essentiellement les pilotes autorisés à contrôler les drones à distance, même s’ils ne peuvent pas le voir activement via le GPS avancé, le suivi de localisation et les commandes intelligentes. De nombreux pays à travers le monde modifient leurs politiques en matière de drones afin qu’ils puissent être autorisés à piloter des drones au-delà de la ligne de visée visuelle pour atteindre une efficacité maximale dans les opérations. Le BVLOS permettra aux véhicules aériens sans pilote (UAV) de voler au-delà et de parcourir plus de distance.

Dans les situations d’urgence, il n’est pas pratique de pouvoir utiliser des drones dans les zones à traiter. Ces scénarios mettent en évidence l’importance du BVLOS. Bien sûr, il est livré avec son propre ensemble de défis comme l’utilisation abusive des drones, la violation de la vie privée et la sécurité. Bien qu’il soit toujours sûr de faire voler des drones autour de vous, dans certains cas, vous devrez le faire voler au-delà de votre champ de vision, ce qui en fait une sorte d’épée à double tranchant.

Startups pour prendre le premier vol

Il y a quelques startups de drones de premier plan en Inde qui travaillent avec le gouvernement pour créer une technologie pour le plus grand bien-être de l’humanité.

Alternative Global en fait partie et commencera bientôt ses traces. À l’heure actuelle, il fait un travail préparatoire. Dans une prochaine étape, un atelier HIRM (Identification des risques et atténuation des risques) sera organisé et les essais en vol commenceront 15 jours après. Cet atelier a pour but d’informer les autorités sur la façon dont les essais se dérouleraient et les briefings de sécurité autour des essais.

Parlant de l’utilisation des drones pour la désinfection, M. Ankit Kumar, fondateur d’Alternative Global, a déclaré: «à l’échelle mondiale, de nombreux pays utilisent des drones à des fins de désinfection et les drones ont trouvé de nombreux cas d’utilisation tels que l’analyse thermique pour identifier les points chauds, les cas potentiels de coronavirus, la désinfection par la pulvérisation de désinfectant et annonce publique de diffusion de la sensibilisation. Les drones ne sont pas autorisés à l’heure actuelle pour le vol autonome, mais avec le BVLOS à l’avenir, le vol autonome sera possible, ce qui sera d’une grande importance pour la prestation médicale. »

Il a également révélé que la société travaillait sur la conduite de 100 heures d’essais, après quoi, de nombreux essais autour du BVLOS seraient lancés, certains avec le gouvernement central et d’autres avec les gouvernements des États dans différents cas d’utilisation. Après les essais, ils s’attendent à une opération de déploiement commercial à grande échelle au milieu de 2021 une fois que le RAC 2.0 sera publié et que le règlement sera clairement mis en œuvre.

Une autre startup, Droneman est déjà en direct à Mysore et prévoit de s’étendre à Mangalore et à Mumbai très bientôt. Bien que la société ne livre aucun élément essentiel à l’aide de drones, ils le feront vivre dans un proche avenir.

À Mysore, ils travaillent pour soutenir l’administration locale dans le suivi et la publication d’annonces publiques. Il a été impliqué dans la surveillance des mouvements pour assurer la distanciation sociale en plus de travailler en étroite collaboration avec les services de santé pour diffuser des informations par le biais d’annonces.

La situation présente

La Direction générale de l’aviation civile (DGCA), l’organisme faîtier de surveillance de l’espace aérien indien, avait sollicité des entreprises pour participer à des bacs à sable pour le BVLOS et tester ses drones. Il a reçu 34 demandes mais en a rejeté 27, faute d’informations complètes.

Les sept sociétés présélectionnées étaient – Swiggy, Zomato, Dunzo, Tata Advanced Systems, Honeywell, Zipline et Rewarding. Le comité leur a également demandé de fournir des détails techniques supplémentaires concernant le BVLOS.

Ces sept entreprises effectueront des tests de drones, suivis de plusieurs séries de consultations. Et, c’est la raison pour laquelle nous ne verrons pas de drones fournir des services ou des packages essentiels de si tôt en Inde.

Kumar a expliqué pourquoi BVLOS est le besoin de l’heure et est plus pratique, «BVLOS ouvre une énorme opportunité pour l’industrie d’adopter des drones pour de multiples applications telles que l’arpentage, l’inspection, la livraison, le transport, etc. Aujourd’hui avec VLOS, seulement un niveau mineur des activités d’inspection et d’arpentage est possible, ce qui entraîne une participation limitée de l’industrie. Il existe de nombreuses options pratiques qui vont vers la commercialisation, telles que la livraison et le déploiement à grande échelle de drones pour la sécurité et la surveillance. »

Un drone modifié avec un mégaphone, pour faire des annonces (Crédit image: droneman)

Pour que cela devienne une réalité, beaucoup de choses doivent être réunies – Normes de navigabilité dans la politique Drone 2.0, normes matérielles spécifiques à l’Inde et contrôle bimodal qui permet au trafic aérien de prendre le contrôle du drone en vol BVLOS.

Pour réaliser le contrôle bimodal, chaque drone doit disposer d’un logiciel et d’un matériel de communication et de navigation adéquats qui permettent l’échange de données avec UTM (Unmanned Aircraft System Traffic Management). De plus, les drones doivent permettre le transfert du commandement opérationnel à l’UTM à tout moment pendant le temps de vol.

Il ne fait aucun doute que les drones joueraient un rôle majeur car ils réduisent l’interface humaine directe dans plusieurs opérations, allant de la surveillance, la livraison à l’espionnage. Il peut être utilisé dans les régions où la sécurité des travailleurs de première ligne pourrait être compromise. De nombreux pays à travers le monde utilisent déjà des drones pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Les drones sont utilisés pour faire des annonces, livrer et appliquer le verrouillage.

Modification des drones

Les drones doivent être modifiés avant de les utiliser en cas d’urgence. Cependant, un problème clé est que les drones existants ont des contraintes de portée importantes, et toute modification peut nuire à ses capacités de vol. Droneman travaille avec des fabricants pour construire des drones polyvalents prêts à aider les autorités. Ils utilisent la technologie pour effectuer les modifications et la personnalisation requises en fonction du besoin de l’heure, qu’il s’agisse de l’installation d’un haut-parleur, d’une caméra ou d’un scanner thermique.

Bien que vous ayez besoin d’un drone spécifique pour avoir un scanner thermique, Droneman y travaille actuellement et vise à l’apporter bientôt.

«La surveillance thermique a besoin d’un drone spécifique, nous y travaillons.» Droneman vise à être la plate-forme unique pour tout ce qui concerne les drones et les pilotes de drones, et espère être la plate-forme incontournable pour aider le gouvernement et les fonctionnaires de police à travers le pays dans des moments difficiles comme ceux-ci, et également être la force étendue pour aider le gouvernement de toutes les manières possibles, que ce soit les livraisons, la surveillance, l’imagerie thermique, la gestion des inondations et plus encore », a déclaré Aditya Kothari, cofondatrice et PDG de Plixr Technologies, qui dirige l’initiative des drones au sein de l’initiative Startup Vs Covid-19.

«Jusqu’à présent, nous avons réussi à mettre en œuvre des solutions à Mysore et à Mumbai. Nous prévoyons bientôt de déménager à Mangalore. Nous avons discuté avec divers États et gouvernements centraux pour s’associer et les aider de diverses manières à l’aide de drones. Sur la base de l’exigence, nous sommes ouverts à l’expansion à plus de géographies »

Droneman prévoit d’utiliser des drones pour se désinfecter en cas d’urgence. Comme cette méthode n’aurait aucune intervention humaine, elle peut couvrir de vastes étendues de terre, ce qui la rend rentable. Récemment, Garuda Aerospace, basé à Chennai, a fait quelque chose de similaire à Bhubaneshwar, Odisha, pour assainir les zones généralement surpeuplées telles que les marchés ou les lieux publics.

Au cours des prochains mois, le domaine des services sera axé sur la surveillance et les annonces publiques, la livraison de la charge utile, y compris les médicaments et les produits essentiels, la cartographie de la température corporelle et l’analyse et la surveillance de la situation ponctuelle.

Avoir hâte de

Il y a certainement beaucoup de travail à faire avant que les drones deviennent une grande partie de nos efforts de gestion des catastrophes. La situation actuelle a vraiment contribué à mettre en évidence l’impact que les drones peuvent avoir.

La DGCA travaille actuellement à la création d’un cadre plus robuste pour les drones ainsi que pour les pilotes afin de créer un système où ils peuvent être déployés facilement et efficacement en cas de besoin. Celles-ci relèveront de la réglementation CAR 2.0. La proposition peut inclure les termes suivants:

  • Opérations BVLOS – fonctionnant au-delà de la limite actuelle de 400 pieds
  • Opérations autonomes – utilisation d’algorithmes de vol avec principe de sûreté, de sécurité et de confidentialité
  • Couloir des drones – Un espace aérien dédié aux drones
  • Navigabilité – de nouveaux principes qui incluent la sûreté, la sécurité et la confidentialité dès la conception
  • Gestion du trafic UAS – Une gestion du trafic aux États-Unis devrait être responsable de la gestion du trafic induit par les UAS dans le couloir des drones
  • Fournisseurs de services DigitalSky(DSP) – permet de fournir des services aux opérateurs UAS, à la plate-forme DigitalSky, aux autorités répressives compétentes et / ou à toute autre partie prenante.
  • Formation de pilote – une formation avancée et améliorée pour répondre aux exigences professionnelles
  • Droneports – zones désignées pour faciliter le décollage et l’atterrissage
  • Charge utile – des opérations commerciales pour livrer les colis et les essentiels
  • Faire en Inde – 100% d’IDE pour dynamiser l’initiative
  • Assurance – assurance responsabilité professionnelle pour couvrir les frais de justice et les dommages et intérêts accordés à ces opérateurs

La crise de Covid-19 a montré à quel point la technologie peut être instrumentale en cas d’urgence. La création de canaux plus solides pour mieux les exploiter devrait être une priorité à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *