Une start-up israélienne de supermarchés en ligne lève 14 millions de dollars alors que Shoppers Shun fait ses magasins au milieu de la crise du coronavirus

L’épidémie de coronavirus a joué entre les mains de la start-up israélienne de supermarché en ligne Quik. La société avance son plan d’affaires de deux ans et a obtenu un investissement de 50 millions de shekels (13,6 millions de dollars), a appris TheMarker.

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ordonne des directives de plus en plus strictes sur le maintien à la maison et que beaucoup hésitent à se rendre dans leur supermarché local, Quik est devenu la startup du moment. Il exploite ce qu’il dit être la seule épicerie en ligne d’Israël, ramassant les produits commandés par les clients dans une trentaine de magasins partenaires à travers le pays.

«La société utilise des stéroïdes. C’est fou. Au cours des deux dernières semaines, 30 000 personnes se sont inscrites sur notre site, soit 10 fois le taux normal d’inscription. Il y a une augmentation de centaines de pour cent des commandes. Le taux de vente annuel de la société avait dépassé 100 millions de shekels avant [the epidemic] et c’est actuellement 200 millions », a déclaré le PDG Aviram Ganot à TheMarker.

Le cycle, qui valorise Quik à 200 millions de shekels, a été financé par ses investisseurs existants, dont Central Bottling Company (la franchise israélienne Coca-Cola); la chaîne de pharmacies Super-Pharm; et Union Tech Venture, la branche d’investissement de l’homme d’affaires George Horesh.

Quik a été formé il y a trois ans sous le nom de BringBring et a été relancé sous son nom actuel en janvier 2019. Les trois investisseurs du cycle en cours détiennent chacun 20% dans la startup, le reste des actions étant contrôlé par les fondateurs Ofir Steinberg, Alon Zamir, Haniel Elmekies, Shay Bejerano, Yosef Gabbay et Avi Yaakov. Il emploie 350 personnes.

«Même si une petite partie de notre croissance est due au coronavirus, même avant, nous n’avions pas été en mesure de répondre à la demande pour le service que nous fournissons. De janvier 2019 à janvier 2020, nos revenus ont augmenté de plus de 700% et maintenant, avec le coronavirus, les chiffres sont fous. Même en temps ordinaire, le public veut faire ses achats en ligne dans les supermarchés – il y a plus de demande que d’offre », a déclaré Ganot. «Je peux faire quelques milliers de commandes par jour et si je pouvais en faire 20 000, il y aurait des clients pour cela.»

Quik a une concurrence en ligne, notamment de Shufersal, le plus grand détaillant alimentaire israélien, et de la chaîne de supermarchés discount Rami Levy, a déclaré Ganot. Mais les autres chaînes sont loin derrière. « De leur point de vue, c’est une entreprise qui perd de l’argent qui … est bloquée à des revenus de 20 millions à 40 millions de shekels par an », a-t-il déclaré.

Articles Liés

Un livreur du service « Super Quik » par la startup de supermarché israélienne Quik, le 23 mars 2020. Rafi Delouya

Nous avons plus de newsletters que nous pensons que vous trouverez intéressantes.

Cliquez ici

Veuillez réessayer plus tard.

Réessayer

L’adresse e-mail que vous avez fournie est déjà enregistrée.

Fermer

Pour Quik, l’accent est mis sur la croissance de l’entreprise.

«C’est un segment qui nécessite beaucoup d’investissement dans la technologie, les opérations, l’expansion, le marketing et le service client. Nous construisons l’entreprise maintenant », a déclaré Ganot. «Dans un petit moment, par exemple, nous allons commencer à utiliser des scooters électriques avec des caisses de la taille. Le recrutement de clients en ligne est quelque chose qui coûte beaucoup d’argent. Notre opération est aujourd’hui à l’équilibre, mais si vous prenez en compte les gros investissements, ce n’est pas le cas. L’entreprise n’est toujours pas rentable.  »

Ganot a prédit que Quik deviendrait rentable l’année prochaine. Pour l’instant, il a doublé le nombre de membres du personnel chargés de la préparation des commandes d’épicerie et pour la livraison a embauché des personnes dans les secteurs du tourisme et de l’habillement qui ont été mises en congé sans solde à cause du coronavirus. Quik prévoit un centre de service téléphonique et d’ajouter d’autres supermarchés partenaires, a déclaré Ganot.

Les employés sont-ils soucieux de faire leurs courses dans les supermarchés bondés?

«Ce n’est pas facile pour les gens de faire un travail comme celui-ci. Si la plupart gagnent 31 shekels de l’heure et quatre de plus s’ils atteignent leurs objectifs, le salaire de base est aujourd’hui de 35 shekels de l’heure », a-t-il déclaré. «Il s’agit d’un groupe composé principalement de jeunes dont les parents s’inquiètent pour eux.

«Tout le monde parle d’équipes médicales, mais nos employés ne sont pas moins en tête. Ils sont autour des clients des supermarchés toute la journée », a déclaré Ganot. « Bien qu’ils aient des gants, tout le monde est à la maison et ils sont dans les supermarchés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *