Un retour à l’hôtel à stARTup LA

Loin du hoopla des foires d’Hollywood cette semaine (What’s Frieze?), StARTup, la foire scrappy dirigée par des artistes pour sa cinquième année à L.A., propose une alternative discrète en présentant une gamme d’œuvres ludiques et accessibles.

Ces dernières années, l’emplacement de stARTup en a fait un satellite de l’ALAC dans le Barker Hangar de Santa Monica. Cependant, avec le déménagement de l’ALAC au Hollywood Athletic Club, stARTup a le Westside pour lui-même, lui permettant de se tailler un espace en tant que salon hôtelier pour les artistes émergents.

Fidèle à son emplacement à Venise, stARTup se sent décalé, confortable et individuel. De nombreux artistes ont adopté une approche à la hauteur de leurs expositions et de leurs interactions, offrant des collations et des boissons dans les chambres lumineuses et décorées de pop-art du Kinney qui ne distrayaient qu’occasionnellement les installations.

Richard Krevolin (photo d’Anne Wallentine)

Et fidèle à son nom, les prix abordables du salon et l’accent mis sur l’apprentissage et la conversation lui donnaient l’impression d’être une startup basée dans un garage; une bousculade latérale à plein temps. L’idéal méritocratique de la foire s’est également manifesté par l’inclusion d’un vote public pour l’artiste préféré et la meilleure installation de salle, chacun d’entre eux garantissant sa place pour le spectacle de l’année prochaine.

Mark Wagner a remporté le vote populaire de l’année dernière pour ses imprimés graphiques. Il est venu pour la première fois en tant que visiteur et a tellement aimé le mélange idiosyncratique qu’il a décidé d’exposer. Cette année, Kushlani Jayasinha a été un exposant remarquable, dont les combinaisons attrayantes de couleurs et de mouvements ont créé des œuvres abstraites merveilleusement émotives. Jayasinha apprécie la scène de stARTup, où, dit-elle, elle est «traitée comme une artiste plutôt qu’un vendeur».

stARTup (photo d’Anne Wallentine)

La plupart des artistes ont apporté de l’humour à leurs installations, rangeant des gravures et des peintures dans des positions pertinentes sur les lits ou dans les salles de bains, ou, comme dans le cas de Richard Krevolin, y compris des pommes de pin et du gazon vert pour accompagner ses peintures forestières. Les fantastiques sculptures d’animaux d’Emily Madigan – des pièces de taxidermie récupérées qu’elle a décorées et empaillées – ont également brillé de plaisir. La galerie DAC a montré le travail animé de l’artiste aux besoins spéciaux Sonia Prado, qui montrait son intérêt pour le drame des lutteurs et des divas dans les peintures installées autour d’un lit transformé en anneau de lutte.

stARTup (photo d’Anne Wallentine)

Le partenariat louable de stARTup avec plusieurs musées et organisations à but non lucratif locaux a également fourni des expositions mémorables. Art Share L.A. a présenté une gamme de tirages, le Los Angeles Center of Photography a organisé une exposition de groupe, et le Lancaster Museum of Art and History a montré les peintures expressives de «Lynx McDaniel» «Anxiety Project».

stARTup offre quelque chose pour tout le monde. De l’impression à la peinture en passant par la performance, l’expérience offre un moyen abordable de plonger un orteil dans le monde de l’art sans le drame accru des grandes foires. Les artistes proposant des imprimés, des oreillers et des accessoires tels que des sacs et des écharpes permettent également aux gens de commencer à intégrer l’art dans leur vie quotidienne – même après que toutes les foires aient fait leurs valises et quitté la ville.

stARTup Los Angeles se poursuit au Kinney de Venise jusqu’au dimanche 16 février, de 12 h à 19 h; 20 $. startupartfair.com.

Lynne McDaniel pour MOAH (photo d’Anne Wallentine)

Performance d’Angelbird d’Elizabeth Yochim (photo d’Anne Wallentine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *