TECH TALK: une startup immobilière tout-en-un

Les co-fondateurs de Graana, Arslan Javed, Shafiq Akbar et Farhan Javed.

Avez-vous déjà redouté l’idée d’acheter une maison à un agent immobilier juste pour découvrir que le projet était illégal? Les journaux et les tribunaux sont remplis de telles listes et affaires, allant de la construction sur des terres illégales aux bons vieux schémas de ponzi directement sortis d’un film. Et prétendant apporter de la transparence à cela, c’est Graana.

Graana.com est une startup proptech basée à Islamabad qui vous permet de découvrir l’immobilier. Il vous suffit d’ouvrir l’application / le site Web, de choisir votre ville, votre localité, le type de propriété et si vous souhaitez acheter ou louer, et lancer la recherche. Il vous montrera toutes les listes pertinentes que vous pouvez ensuite ouvrir pour plus de détails tels que le nombre de chambres ou la fourniture de services publics et remplir un formulaire de demande pour aller plus loin. Après cela, un membre du personnel reviendra avec plus de détails et vous guidera tout au long du voyage.

Si vous souhaitez publier quelque chose à vendre ou à louer, remplissez un formulaire avec des détails comme l’adresse. Vous pouvez également rechercher des agents, des développeurs ou même des projets dans lesquels investir, ce qui en fait une plate-forme tout-en-un pour l’immobilier qui essaie de couvrir la plupart des extrémités de l’équation. Actuellement, une écrasante majorité des inscriptions proviennent de Lahore et des villes jumelles, avec des plans pour s’étendre ailleurs bientôt.

Chaque annonce montre une affiche (généralement l’agent immobilier), incitant le client à contourner l’intermédiaire, Graana dans ce cas. Ce dilemme a troublé à peu près tous les marchés, mais comment ces gars-là prévoient-ils de contenir de telles fuites? «Ils resteront toujours, mais ce que nous proposons est un parcours client de bout en bout qui garantit un niveau de confiance qui ne peut être atteint si vous traitez directement avec l’agent», explique le fondateur Arslan Javed.

Quoi qu’il en soit, quoi de si nouveau sur Graana? Zameen.com, l’un des plus anciens acteurs de la scène technologique du pays, a lancé quelque chose de similaire en 2006 et s’est depuis étendu à plusieurs marchés tout en récupérant quelques millions de dollars en cours de route. En nombre également, ils sont bien en avance avec les propriétés et les agents répertoriés. Alors, comment la startup se positionne-t-elle sur un marché où l’opérateur historique a plus d’une décennie d’avance?

« Je ne pense pas que la classification soit vraiment un domaine où des années d’ancienneté ajoutent beaucoup à votre avantage, à part peut-être en termes d’indexation de Google et de classement des pages. Le chiffre d’affaires est assez élevé, donc ce qui compte le plus, c’est la moyenne mobile, le nouvel inventaire, les algorithmes, etc. », explique le cofondateur Farhan.

La startup a été fondée en 2016 par Arslan Javed, Farhan Javed et Shafiq Akbar, avec le portail Web finalement lancé en octobre 2018. «Le secteur immobilier manque ici de confiance, nous avons donc voulu résoudre ce problème en construisant tout l’écosystème autour de lui, de la construction à l’image de marque. Le marché en ligne n’en était qu’un petit aspect et Graana.com est devenu ce visage », se souvient le PDG Shafiq Akbar. Les sociétés affiliées comprennent notamment le promoteur immobilier Imarat Group et Propsure – qui numériserait les unités planifiées à travers le Pakistan urbain – entre autres.

Graana compte déjà près de 200 employés, ce qui semble être un nombre énorme pour une startup du marché qui n’a pas encore acquis le type d’empreinte numérique que vous attendez de cette main-d’œuvre. Comment se soutiennent-ils?

«Les entreprises classées ne génèrent pas vraiment le type de volume requis pour gérer les choses si tôt, nous avons commencé à gagner par les canaux conventionnels, en vendant nos propres projets en utilisant la technologie», explique Farhan. «L’immobilier est un secteur de grande valeur avec de bonnes commissions, donc plus l’équipe est grande, plus l’argent est important, c’est pourquoi une grande partie de notre personnel est dans les ventes», ajoute Arslan.

Pour l’instant, Graana n’a pas introduit de canal de monétisation basé sur la technologie. «Une fois que nous aurons lancé notre bureau de Karachi (dans un mois), nous commencerons à facturer une commission de 1% au client», explique Farhan. Et pour des raisons d’indépendance, la société n’a pas choisi la voie du financement externe.

Cela nous amène à un autre débat. La vague technologique de la dernière décennie était principalement basée sur l’idée de connecter directement les acheteurs aux vendeurs, les épargnant des multiples couches et des coûts qui l’accompagnent. Mais avec de tels portails immobiliers, nous obtenons un autre ajout. Au lieu de donner un mois de loyer en tant que commission à l’agent immobilier, comme c’est la norme dans le modèle traditionnel, il y a maintenant une commission à payer également sur la plateforme en ligne, ce qui alourdit encore le client final.

«Ce problème découle de la nature opaque de notre secteur immobilier, où les agents peuvent souvent doubler en imposant des tarifs différents à la demande et à l’offre. Mais avec la technologie, cela peut être changé en assurant la transparence (par le biais de la vérification) et en faisant ainsi baisser les taux », estime le directeur marketing Omar Abedin.

L’auteur est membre du personnel: [email protected]

Twitter: @MutaherKhan
Publié dans Dawn, le 29 mars 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *