Le PDG d’une start-up retrouvé assassiné et démembré dans son appartement de New York

Par Michael Gold, William K. Rashbaum et Daniel E. Slotnik

NEW YORK: Le tueur, entièrement vêtu de noir et portant un masque noir, a suivi le jeune entrepreneur technologique de l’ascenseur de son immeuble de condos de luxe dans son appartement.

Il a ensuite utilisé un pistolet électrique pour immobiliser l’entrepreneur, Fahim Saleh, croient les détectives. Quelque temps après, l’assaillant a tué Saleh, l’a décapité et a démembré son corps avec une scie électrique.

L’enquête n’en était qu’à ses débuts, mais c’était le récit effrayant qu’un responsable de l’application des lois a donné à l’enquête mercredi, alors que les détectives continuaient d’examiner les preuves du meurtre choquant de Saleh, 33 ans. Ses parties du corps ont été retrouvées mardi dans des sacs à ordures en plastique à son appartement dans le Lower East Side de Manhattan.

Mercredi, la police a poursuivi son enquête dans le bâtiment et à l’intérieur de l’appartement de Saleh, une unité du septième étage qu’il a achetée l’année dernière pour 2,25 millions de dollars, selon les archives publiques, et pour laquelle il a exprimé son affection sur Instagram.

L’enquête a inclus un examen de la vidéo de surveillance de l’immeuble de Saleh et une interview avec sa sœur.

Les enquêteurs pensent que le travail du tueur pour démembrer le corps a été interrompu lorsque la sœur de la victime est entrée dans l’appartement pour le surveiller après ne pas avoir eu de ses nouvelles pendant une journée, a déclaré un autre responsable de l’application des lois.

Les détectives pensent que l’agresseur s’est enfui par la porte arrière de l’appartement et dans la cage d’escalier de l’immeuble à son arrivée, a déclaré le responsable.

Un porte-parole du département de police a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter comment le tueur est entré dans le bâtiment. La société de gestion de l’établissement a déclaré que le bâtiment ne disposait pas d’un portier mais qu’il disposait d’une grande sécurité.

La société de gestion, dans un communiqué, a déclaré que Saleh était un membre actif du conseil de copropriété. « Les propriétaires d’unités, les résidents, le conseil d’administration et la direction sont tous très contrariés », indique le communiqué.

Mardi, un responsable de l’application des lois a déclaré que la scie électrique était toujours branchée sur une prise électrique lorsque la police est arrivée et que le tueur avait laissé des produits de nettoyage. Il est apparu que des efforts avaient été faits pour nettoyer les preuves.

Le responsable qui a pris la parole mercredi a déclaré que le meurtre « ressemblait à un travail professionnel », le qualifiant de « coup sûr ». Un porte-parole du département de police a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter un motif possible ou si des suspects avaient été identifiés.

Mardi soir et mercredi matin, des détectives parcouraient le quartier à la recherche de vidéos de surveillance depuis l’extérieur des magasins locaux, des bâtiments résidentiels et commerciaux et des caméras de circulation pour voir si des caméras avaient capturé le tueur qui allait ou venait ou attendait sa proie, ont déclaré plusieurs responsables de l’application des lois. .

La mort macabre a attiré l’attention de la communauté internationale étant donné les relations mondiales de Saleh. Fils d’immigrants bangladais, Saleh a fondé des entreprises de covoiturage au Bangladesh et au Nigéria ainsi qu’un fonds de capital-risque basé à Manhattan qui a investi en grande partie dans des entreprises des pays en développement.

Reuters

Des agents du NYPD sur les lieux du crime, où Fahim Saleh, a été retrouvé mort dans l’immeuble à New York.

Mercredi, le ministre des technologies de l’information et de la communication du Bangladesh, Zunaid Ahmed Palak, a exprimé ses condoléances et a déclaré sur Twitter que la mort de Saleh était une grande perte pour le pays. La famille de Saleh a refusé de parler à la presse.

Sumeet Rametra, qui a rencontré Saleh à l’université et est en communication étroite avec sa famille depuis sa mort, a décrit son ami comme quelqu’un qui se livrait à des gestes aimables, comme acheter une maison et une Tesla à ses parents.

Récemment, Saleh a demandé à Rametra de se joindre à lui pour une partie de tennis, mais Rametra a déclaré qu’il n’avait pas de raquette, se souvient-il. « Il était comme, » je vous en ai déjà un, allons-y «  », a déclaré Rametra en pleurant. « Je n’ai jamais pu jouer avec lui. »

Rametra, 31 ans, a également salué le sens des affaires de Saleh, affirmant que son ami était un visionnaire qui était toujours à la recherche de sa prochaine idée. « Il était une machine, mec, il n’a jamais arrêté », a déclaré Rametra. « Il essayait toujours de gagner de l’argent. »

Saleh a grandi près de Poughkeepsie, New York, selon les archives publiques. Adolescent, il a appris à coder et a commencé à développer des sites Web, ont déclaré ses amis. Il est diplômé de l’Université Bentley, un petit collège de Waltham, Massachusetts, en 2009 avec un diplôme en systèmes informatiques, selon son profil LinkedIn.

Après l’université, Saleh a transformé son amour pour les blagues pratiques en une application de farce nommée PrankDial, qui a permis aux utilisateurs d’acheter des appels préenregistrés à envoyer à des amis.

Écrivant des années plus tard à propos de l’entreprise, Saleh a déclaré qu’elle avait finalement généré des millions de dollars et l’avait amené à réaliser qu’il pouvait continuer à transformer ses passions – dans ce cas, pour des blagues pratiques – en gros sous.

« Si vous vous lancez dans un projet entièrement axé sur l’argent, vous allez être déçu », écrit-il dans un article sur Medium. Pourtant, PrankDial a eu ses trébuchements. Sur son profil LinkedIn, Saleh se vantait que même si son entreprise comptait des millions de téléchargements, elle avait également attiré plus de 100 assignations.

Au moment de la mort de Saleh, PrankDial et ses propriétaires ont fait face à une action en justice engagée par un employé de prison du New Jersey qui avait été reconnu coupable en 2015 d’avoir utilisé le site pour mettre illégalement sur écoute ses collègues.

Après PrankDial, Saleh s’est tourné vers le Bangladesh, où il a cofondé la société de covoiturage Pathao en 2015. L’entreprise, que Saleh a quittée en 2018, a commencé comme une entreprise de partage de vélos mais propose désormais le transport, la livraison et la logistique commerciale.

« Fahim croyait au potentiel de la technologie pour transformer des vies au Bangladesh et au-delà », a déclaré Pathao dans un communiqué. Fort de son succès au Bangladesh, Saleh a tenté de lancer une entreprise similaire au Nigeria. Cette entreprise, Gokada, a commencé à fonctionner comme une entreprise de transport de motos à Lagos, la ville la plus peuplée du Nigéria, en 2018.

Les taxis motos, appelés okada au Nigéria, sont depuis longtemps populaires à Lagos et dans de nombreuses autres villes africaines comme moyen de contourner les embouteillages. Gokada a levé 5,3 millions de dollars en capital-risque en juin 2019, selon le site Web TechCrunch.

Mais les affaires de Saleh ont touché une pierre d’achoppement majeure en février, lorsque les responsables de l’État ont interdit aux motos taxis de circuler dans les principales zones commerciales et résidentielles de Lagos.

En février, Gokada a rapidement évolué vers un service de livraison de nourriture et de colis. Après le changement, Saleh a sonné une note optimiste. En avril, alors que la pandémie bouleversait New York et le Nigéria, il a noté sur Twitter que son entreprise était bien positionnée pour s’adapter au changement économique.

« Il semble maintenant que nous ayons une longueur d’avance de deux mois dans l’un des rares secteurs d’activité florissants », a-t-il déclaré.

Le responsable de l’application des lois a déclaré que les enquêteurs cherchaient mercredi si le meurtre de Saleh pouvait être lié à son entreprise, notant les indications que sa société avait souffert. Même si sa startup a connu des revers, Saleh est resté à la fois plein d’espoir et persistant. « Ayez une très bonne impression pour 2020 », a-t-il déclaré sur Twitter le 2 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *