La start-up suisse de capture de carbone lève 76 millions de dollars en financement

(Bloomberg) –

Climeworks AG, une start-up climatique suisse, a levé 73 millions de francs suisses (76 millions de dollars) lors d’un financement privé.

Climeworks construit des machines qui captent le dioxyde de carbone de l’air et le stockent à l’état solide sous terre. Il prend également le CO2 et le livre à des clients industriels, comme The Coca-Cola Co., qui peuvent ensuite l’utiliser pour mettre des bulles dans les boissons.

La levée de fonds représente le plus gros investissement privé dans une entreprise de capture directe d’air à ce jour, a annoncé mardi la société.

Les gros pollueurs sont soumis à une pression croissante pour empêcher une augmentation dommageable des températures, et la capture du carbone attire de plus en plus les investisseurs comme un outil pour réduire les émissions. Qu’il soit tiré de l’échappement des cheminées ou de l’air libre, le CO2 peut être enfoui sous terre ou utilisé pour extraire le pétrole.

Outre Climeworks, la startup canadienne Carbon Engineering et la startup américaine Global Thermostat cherchent à étendre la technologie de capture directe de l’air. Comme avec la plupart des technologies à un stade précoce, il coûte cher – coûtant souvent plus de 250 $ par tonne métrique de dioxyde de carbone capturé.

Climeworks offre des abonnements compensatoires aux particuliers à 1 euro (1,12 $) par kilogramme de dioxyde de carbone capturé, ce qui équivaut à environ 1100 $ par tonne métrique.

Il n’existe aucun moyen de limiter le réchauffement climatique à des niveaux sûrs qui n’envisage pas une certaine utilisation de la technologie. Des entreprises, comme Occidental Petroleum Corp et ExxonMobil Corp., envisagent la capture directe d’air pour fournir du CO2 pour une récupération améliorée du pétrole sur des sites éloignés.

«Nous prévoyons de développer davantage notre technologie et de la rendre accessible à encore plus de clients, y compris les particuliers», a déclaré Christoph Gebald, co-directeur général de Climeworks. «Nous utiliserons les bénéfices pour construire une nouvelle usine d’une capacité d’environ 100 000 tonnes.» Les opérations pourraient commencer dès 2022.

L’entreprise emploie plus de 100 personnes en Suisse, en Allemagne et aux Pays-Bas, où elle a acheté l’an dernier le développeur de technologies de captage d’air direct Antecy BV.

« Des investisseurs privés et des family offices de Suisse et des pays germanophones voisins ont participé au tour de financement », a déclaré Gebald, sans divulguer le nom des investisseurs. Selon Gebald, une première introduction en bourse est une option pour Climeworks à l’avenir.

Le prêteur suisse Zuercher Kantonalbank a également participé à un premier cycle de financement et détient une participation dans Climeworks. La somme totale investie dans Climeworks s’élève à 120 millions de francs.

(Mises à jour tout au long)

© 2020 Bloomberg L.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *