La start-up de soins primaires One Medical retarde certaines ouvertures de bureaux en raison de Covid-19

La start-up de soins primaires One Medical envisage de transférer davantage de ses services en ligne à la suite de la pandémie de Covid-19. L’entreprise, qui est devenue publique en janvier, a vu le nombre de visites au bureau chuter en mars et avril avec l’entrée en vigueur des ordonnances de séjour à domicile. Bien que la pandémie n’ait pas affecté ses résultats du premier trimestre, elle s’attend à en pâtir au deuxième trimestre.

« Alors que Covid-19 a commencé à émerger, nous avons immédiatement réduit la plupart des dépenses discrétionnaires », a déclaré le directeur financier de One Medical Bjorn Thaler lors d’un appel de résultats mercredi.

Il a ajouté que la société avait cessé d’embaucher pour presque tous les postes non cliniques et examinait son empreinte immobilière clinique. Cette année, il prévoit d’ouvrir 20 à 25 nouveaux bureaux, repoussant certaines ouvertures prévues à l’année prochaine.

La société mère de One Medical, 1Life Healthcare, vient de devenir publique en janvier pour 245 millions de dollars. L’entreprise de soins primaires directs avait connu une croissance rapide, ajoutant de nouveaux membres, embauchant plus de médecins et construisant plus de cliniques physiques. La société compte actuellement plus de 60 bureaux aux États-Unis.

Mais bien sûr, tout cela entraîne des coûts supplémentaires.

Au cours du premier trimestre de 2020, One Medical a vu ses effectifs et ses revenus croître au-delà des attentes. L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 78,8 millions de dollars, en hausse de 25% par rapport à l’année dernière. Il a également vu son nombre de membres atteindre 455 000, une augmentation de 25% d’une année à l’autre. Mais la société a également vu son ballon de perte nette passer de 7 millions de dollars en 2019 à 34,6 millions de dollars au premier trimestre.

Grâce à son modèle de soins primaires directs, One Medical tire une partie de ses revenus des services facturés à l’assurance et une partie des frais d’adhésion annuels de 200 $ qu’elle facture.

Thaler a déclaré que la société n’a pas vu une augmentation significative des dépenses à la suite de la pandémie, mais a vu une réduction des revenus en mars. Pour compenser cela, la société a lancé fin mars des visites de télésanté qui ont permis de compenser une partie de la perte de volume de patients.

«Nos volumes en bureau ont continué de baisser début avril avant de se stabiliser. Cependant, nous avons lancé des visites à distance facturables fin mars et nous avons constaté une accélération de l’adoption d’une semaine sur l’autre », a-t-il déclaré.

En avril, la société a vu environ 55% des volumes de patients qu’elle voyait avant la pandémie. Ces niveaux ont augmenté en mai. Mais même si les assureurs remboursent les visites à distance, elles sont toujours moins rentables que les visites en personne, car les médecins ne peuvent pas administrer certains services ou procédures.

Les groupes de médecins et les cabinets de soins primaires ont été durement touchés par la pandémie de Covid-19, et One Medical ne fait pas exception. Mais la startup espère qu’en se penchant vers la télésanté, elle pourra récupérer une partie de ces coûts.

« Un résultat positif du lancement de visites à distance et de l’évolution des modèles de demande de soins en personne est que nous avons la possibilité d’optimiser davantage notre empreinte de bureau et notre modèle de dotation en personnel », a déclaré Thaler. «Au fil du temps, nous pouvons augmenter le nombre de prestataires que nous employons par bureau, les prestataires travaillant à certains postes et à distance.»

Crédit photo: One Medical

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *