La start-up Blockchain FQX nomme un professionnel expérimenté de la finance d’entreprise James Courtenay …

Démarrage de la blockchain FQX élargira son conseil d’administration avec un professionnel expérimenté de la finance d’entreprise.

La société Fintech basée à Zurich nommera James Courtenay à son conseil. Courtenay était auparavant responsable des entreprises internationales à la banque d’investissement de Standard Chartered.

Basée à Singapour, Courtenay a également travaillé pour ABN Amro en tant que responsable du financement à haut rendement et à effet de levier de l’institution et dans des postes de haute direction pour la Banque Canadienne Impériale de Commerce en Europe.

FQX vise à permettre le transfert de fonds via des billets à ordre numériques sur des réseaux de blockchain ou de technologie de registre distribué (DLT). La société s’est également associée à la société de télécommunications suisse Swisscom et à la banque spécialisée dans la cryptographie Sygnum.

L’année dernière, FQX a confirmé qu’elle avait traité deux autres financements pour un négociant en matières premières sans nom basé en Suisse (la transaction était évaluée à 500 000 $). La solution de l’entreprise utilisait la Swiss Trust Chain, qui est l’infrastructure blockchain mise en œuvre par Swisscom et la Poste.

En particulier, la Suisse possède l’un des plus grands marchés de négoce de matières premières au monde.

Ces transactions avaient servi à financer deux expéditions internationales de métaux. Au lieu de passer par une banque traditionnelle, le financement des billets à ordre électroniques était assuré par une société d’investissement privée.

Frank Wendt, PDG de FQX, avait expliqué (l’année dernière):

«Les billets à ordre électroniques rendent les liquidités disponibles là où elles sont nécessaires pour les entreprises, tout en offrant également des opportunités d’investissement intéressantes pour les institutions financières. Chaque eNote émis via FQX se voit attribuer un numéro ISIN, ce qui le rend facilement transférable à d’autres investisseurs. »

Comme l’a noté sa direction, FQX fournit «une infrastructure sécurisée, efficace et conforme pour l’émission et le transfert d’instruments négociables électroniques (eNI)». La plate-forme de l’entreprise «combine des instruments hautement éprouvés avec la législation la plus récente». FQX permet le transfert standardisé et «globalement évolutif des promesses de paiement inconditionnelles, facilitant radicalement la chaîne d’approvisionnement et le financement des entreprises.»

FQX est un partenaire de Swisscom pour l’utilisation de signatures électroniques qualifiées. Tous les eNI sont «stockés dans l’infrastructure bancaire Consensus-as-a-Service de Swisscom et de la Poste».

Comme expliqué sur le site officiel de FQX, les processus de financement traditionnels complexes «entravent souvent la croissance des entreprises». Ces barrières ont entraîné un déficit de financement du commerce mondial de plus de 2 billions de dollars.

Les billets à ordre électroniques offrent «un remède», affirme la société. Les billets à ordre sont «un instrument financier traditionnel largement répandu qui permet aux entreprises et aux particuliers d’obtenir un financement sur la base d’une promesse de paiement inconditionnelle».

La direction de FQX a en outre noté:

«Sous forme électronique, comme eNotes, ils offrent une flexibilité et une efficacité sans précédent dans le commerce et la finance d’entreprise. En stockant l’eNote dans la Swiss Trust Chain de Swisscom et de la Poste Suisse, les transactions sont entièrement numériques et le risque de fraude est minimisé. La liquidité est directement dirigée vers les entreprises qui ont besoin de financement sans qu’il soit nécessaire d’impliquer d’autres intermédiaires. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *