Comment cette start-up EdTech est devenue rentable en 2 ans en se développant lentement

La dernière fois que vous avez décroché un appel d’un numéro inconnu, pour découvrir que c’était votre alma mater qui appelait pour demander un don, avez-vous répondu? Ou avez-vous inventé une excuse pour quitter le téléphone le plus rapidement possible?

Si vous avez fait ce dernier, vous n’êtes pas seul. Moins de huit pour cent des diplômés des collèges font un don à leur alma mater, selon une étude du Conseil pour l’avancement et le soutien à l’éducation (CASE).

C’est peut-être parce que vous êtes toujours endetté – plus de 44 millions d’Américains le sont – et que vous n’avez pas envie de donner encore plus d’argent à votre collège.

En 2013, Kestrel Linder et Michael Kong ont réalisé que beaucoup de gens pensaient de cette façon à propos de faire un don à leur alma mater. Les deux amis de l’université se sont reconnectés à un mariage et, tout en se remémorant, ils ont tous deux admis qu’ils n’avaient jamais fait de don à leur université, Johns Hopkins, depuis leur diplôme. Après avoir fait des recherches, Linder et Kong ont constaté que beaucoup de gens disent qu’ils feraient un don à leur école si le processus n’était pas si compliqué – surtout parce qu’il semble qu’un étudiant de 19 ans joyeux appelle toujours pour demander des dons pendant que vous  » au volant, au gymnase ou en réunion.

Sept ans plus tard, cette idée est devenue GiveCampus, une plate-forme de collecte de fonds sociale qui vise à augmenter les dons versés aux collèges américains et aux écoles K-12. La société a des bureaux à Washington D.C. et à San Francisco, bien qu’ils aient déménagé pour être complètement éloignés début mars pour aider à prévenir la propagation de COVID-19.

L’équipe GiveCampus travaillant à distance

Un peu plus d’un an après son lancement, GiveCampus est devenu rentable – une réalisation impressionnante dans le secteur de la technologie où de nombreuses sociétés de pointe ne réalisent toujours pas de bénéfices et dans le secteur des technologies de l’information, qui peut être un domaine complexe en matière de rentabilité.

La plateforme propose une suite d ‘«outils de plaidoyer» qui permettent aux gens de demander des dons sur les réseaux sociaux, puis de suivre directement l’impact de leur message. « Vous publiez sur les réseaux sociaux et vous pouvez voir combien d’amis cliquent sur ce message et font un don via la plate-forme en temps réel », a déclaré Linder, PDG de la société. L’année dernière, 17% de l’argent donné via GiveCampus provenait de personnes qui avaient cliqué directement sur un message sur les réseaux sociaux d’un ami.

Étant donné que de nombreuses écoles à travers le pays ont dû passer à l’apprentissage à distance en raison de la pandémie de coronavirus, GiveCampus a commencé à offrir à toutes les écoles un accès gratuit à leur produit Giving Forms pour aider à augmenter le financement et à répondre aux besoins des élèves. Ils ont également créé une plateforme de fonds d’urgence sur leur site Web qui permet de trouver facilement des campagnes scolaires qui collectent des dons pour les élèves confrontés à des difficultés en ce moment.

Lorsque GiveCampus se préparait à lancer, Linder a déclaré que Kong et lui avaient été répétés à maintes reprises à quel point le marché de l’éducation pouvait être difficile – que les écoles étaient des clients notoirement difficiles et peu disposés à adopter la technologie. Pourtant, la société a rapidement atteint sa rentabilité, en partie en adoptant une approche très non-Silicon Valley pour leur entreprise – une croissance réfléchie mais lente.

Vendre aux clients les plus exigeants

Les avertissements selon lesquels les écoles sont difficiles à vendre n’étaient pas totalement infondés, a déclaré Linder. « Nous avons entendu dire que les cycles de vente sont très longs lors de la vente aux collèges et universités, ils sont limités par leur budget et ils ont une aversion au risque. »

Alors qu’ils ont commencé à tendre la main aux écoles à travers le pays, Linder et Kong ont constaté que cela était largement vrai. «La plupart des établissements d’enseignement sont peu enclins à prendre des risques», a déclaré Linder. «Mais nous étions vraiment enthousiastes à l’idée de trouver un moyen de surmonter ces obstacles.»

Cela a pris du temps et beaucoup de réunions, mais Linder revenait toujours à la même idée. Si GiveCampus pouvait allumer un feu petit mais intense en signant une poignée d’écoles prêtes à prendre le risque avec une entreprise inconnue, elles pourraient faire fonctionner l’entreprise.

«Nous avons trouvé quelques écoles et nous avons vraiment investi pour répondre à leurs besoins», a déclaré Linder. « Nous nous sommes penchés en arrière pour nous assurer que nous les avons sortis du parc pour eux. »

Cette technique a été couronnée de succès parce que ces premières écoles sont devenues des ambassadeurs de GiveCampus, indiquant aux autres collèges et écoles K-12 à quel point la plateforme a stimulé leurs efforts de collecte de fonds. Leurs histoires sont devenues une partie de l’argumentaire de vente GiveCampus.

via Shutterstock

Rendre edtech rentable

Dès le début, il était important pour Linder et Kong que leur entreprise puisse financer sa propre croissance. Ils ne voulaient pas faire face au stress constant de lever des fonds tous les deux ans. Leur objectif était d’atteindre le seuil de rentabilité le plus tôt possible et ils l’ont atteint dans les 9 à 10 mois suivant le lancement de leur premier produit.

GiveCampus a pris moins d’un million de dollars de financement au tout début. Ils disent qu’ils n’ont pas eu besoin de lever de capital-risque supplémentaire depuis leur passage chez Y Combinator en 2015, et ils sont rentables depuis quatre ans maintenant.

« Il s’agit de discipline pour nous », a déclaré Linder. La société n’a jamais reçu une injection d’argent en une seule fois, alors elle n’a jamais fait l’erreur de la dépenser trop rapidement, a-t-il ajouté. « Au cours des cinq dernières années, nous avons construit notre propre montagne de liquidités en réfléchissant à la manière, au moment et à l’endroit où nous investissons », a déclaré Linder.

Garder les effectifs bas est une façon pour GiveCampus de générer rapidement des bénéfices. Ils n’ont fait leur première embauche qu’un an après le lancement du produit, et ils n’ont embauché personne d’autre que six mois après.

Aujourd’hui, GiveCampus est une équipe de 34 personnes avec une parité hommes / femmes, ce qu’ils ont réalisé en donnant la priorité à la diversité dans l’embauche, a déclaré Linder. En plus des facteurs de diversité comme la race et le sexe. Linder considère que les antécédents de quelqu’un sont également importants – où ils ont grandi, leurs expériences de vie et leur niveau d’éducation.

GiveCampus ne paie pas non plus intentionnellement les meilleurs salaires du marché. Leur objectif est de bâtir une entreprise durable qui soit durable et rentable, ce qui serait difficile à faire s’ils offraient des systèmes de rémunération plus compétitifs, fait valoir Linder.

L’équipe GiveCampus 2020

Un service pour faire progresser l’éducation

Qu’il s’agisse d’universités, de collèges communautaires ou d’écoles de la maternelle à la 12e année, Linder et Kong considèrent GiveCampus comme un pont entre les personnes qui peuvent et veulent donner de l’argent et les écoles qui ont besoin de ces dons.

« La mission de notre entreprise est de rendre l’éducation plus accessible », a déclaré Linder. «Nous nous considérons comme un service pour faire progresser l’éducation.»

L’éducation publique aux États-Unis est constamment sous-financée. La philanthropie privée joue un rôle important pour combler cette différence, a déclaré Linder, mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’elle comble l’écart entre les besoins budgétaires d’une école et le financement dont elle dispose. GiveCampus vise à permettre à un plus large éventail de personnes de faire des dons afin que l’ensemble du système ne dépende pas uniquement du financement public et des dons de milliardaires.

L’entreprise ne travaille pas régulièrement avec des écoles publiques de la maternelle à la 12e année, mais c’est l’un de leurs objectifs d’aller de l’avant. Les écoles publiques de la maternelle à la 12e année ont tendance à avoir le plus de besoins de financement, mais elles manquent également d’opérations de collecte de fonds professionnelles, comptant plutôt sur les enseignants et les parents bénévoles pour superviser ces efforts.

GiveCampus a récemment signé sa 800e école partenaire et prévoit atteindre 1 000 écoles partenaires cette année. La société continue de croître, même si elle est intentionnellement plus lente que de nombreuses autres startups technologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *