Cette startup logicielle cloud utilisée par l’US Air Force vient de lever 30 millions de dollars auprès de VCs …

Les co-fondateurs de Coder Kyle Carberry, John Entwistle et Ammar Bandukwala

Fourni

Comme l’épidémie de coronavirus oblige les travailleurs à rester à la maison, les ingénieurs logiciels ont eu du mal à accéder à des réseaux sécurisés qu’ils n’utilisaient généralement qu’au bureau. L’U.S. Air Force ne fait pas exception.

Pour résoudre le problème, l’Air Force s’est récemment tourné vers une startup basée à Austin appelée Coder. Le portail cloud de l’entreprise résout le problème d’accès sécurisé pour les ingénieurs travaillant sur le code. À l’Air Force, cela peut signifier un logiciel qui surveille les avions de chasse du service dans les airs.

Avec l’intérêt des forces armées, Coder est ensuite passé au radar de la Central Intelligence Agency, qui investit maintenant dans la startup via son bras de financement en capital-risque – même à un moment où les cycles de financement se tarissent. In-Q-Tel est l’un des nombreux nouveaux investisseurs dans un nouveau cycle de financement de 30 millions de dollars dirigé par GGV Capital, avec la participation des investisseurs existants Redpoint et Uncork Capital. Selon le cofondateur et co-PDG John Entwistle, le nouveau financement valorise Coder à 200 millions de dollars.

«Le coronavirus a certainement eu un effet sur la demande», explique Entwistle. « Comme tous ces ingénieurs sont renvoyés chez eux et qu’ils n’ont pas de moyen sûr de travailler sur ce sur quoi ils doivent travailler, il y a peu de solutions. »

Coder est encore petit – la société dit qu’elle a réservé 1,5 million de dollars de contrats jusqu’à présent en 2020, et s’attend à rapporter 5 millions de dollars sur l’année – mais elle fait partie d’une cohorte de startups qui ont vu la demande monter en flèche alors que COVID-19 s’est répandu à travers le monde et a changé le fonctionnement des entreprises. Pour Coder, cela signifie un logiciel accessible via un navigateur Web avec la sécurité comme si un ingénieur était connecté en toute sécurité sur place. De telles capacités ont fait leurs preuves parmi les grandes institutions aux problèmes de sécurité accrus, des agences de renseignement américaines aux grandes banques.

La popularité de la startup auprès de clients aussi sérieux est plus impressionnante si l’on considère l’âge de ses fondateurs. Entwistle, 22 ans, a lancé la firme en 2017 avec les cofondateurs Ammar Bandukwala, 21 ans, et Kyle Carberry, 22 ans. Les trois jeunes entrepreneurs se sont rencontrés en ligne en 2011 via le jeu. Ils ont gradué de travailler sur des serveurs Minecraft pour s’attaquer à des tâches plus complexes telles que la création d’outils de cybersécurité pour empêcher les attaques par déni de service distribuées. Après avoir terminé leurs études secondaires, Bandukwala et Carberry ont fréquenté l’université pendant quelques mois avant d’abandonner et de déménager à Austin avec Entwistle pour se concentrer sur la construction de Coder.

«En tant qu’enfants, nous avons observé ce mouvement vers le cloud», explique Entwistle. « Nous étions curieux de savoir pourquoi les outils que nous avons utilisés pour écrire du code n’y ont pas été déplacés. »

D’autres startups soutenues par des entreprises opéraient déjà dans le secteur en croissance, notamment Koding et Codenvy. Mais Coder a bâti sa réputation en fournissant gratuitement une version open source de sa plate-forme. Ce code a été téléchargé 10 millions de fois et est utilisé par environ 3 000 organisations, dont le Département de la planification de la ville de New York, explique Coder. En décembre, Coder a lancé son premier produit commercial, qui personnalise l’outil open source pour répondre aux besoins spécifiques d’une organisation. La startup a signé sept contrats pour cette offre premium, dont le contrat signé avec l’US Air Force en mars.

Désormais, Coder fait partie d’un groupe restreint de startups technologiques qui clôturent des cycles de financement à des valorisations premium de leurs ventes, même si le coronavirus a ébranlé la confiance des investisseurs dans le financement de nouvelles entreprises. Beaucoup de ceux qui sont toujours en forte demande opèrent dans le cloud computing, tels que HashiCorp, qui a levé 175 millions de dollars à une évaluation de 5,1 milliards de dollars en mars, et Notion, une plate-forme de productivité de workflow qui rivalise avec Google Docs et Slack, qui a levé 50 millions de dollars à un Évaluation de 2 milliards de dollars également le mois dernier.

Entwistle dit que Coder n’est pas encore rentable car il se concentre sur la croissance: son nouveau financement sera utilisé pour développer ses activités, notamment en embauchant plus d’ingénieurs logiciels. Le cycle porte le financement total de Coder à 43 millions de dollars au total, après un cycle de financement de série A de 8,5 millions de dollars dirigé par Redpoint en mai 2019.

Chez l’investisseur GGV, le nouveau directeur du conseil d’administration, Glenn Solomon, a déclaré que son entreprise avait soutenu Coder en raison de la migration rapide des entreprises vers des logiciels basés sur le cloud. «Si nous avons appris quelque chose de la pandémie, c’est que les développeurs sont super importants et doivent être autorisés à travailler de n’importe où», explique Solomon. « Coder répond à ce besoin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *