BMW et Hyundai s’associent à un partenariat de démarrage d’abonnement à croissance rapide

BMW est devenu le dernier constructeur OEM à s’associer au démarrage relativement récent de l’abonnement ViveLaCar, suivant l’exemple de Hyundai le mois dernier.

La plate-forme d’abonnement automatique basée à Stuttgart a été officiellement lancée au milieu de l’année dernière et n’a pas perdu de temps pour obtenir l’approbation de Hyundai le 5 mai, ce qui a aidé à transporter le produit en Autriche lors de la première expansion nationale de l’entreprise.

Martin Rada, directeur général de ViveLaCar Autriche, a déclaré: «Les clients d’aujourd’hui attendent des processus numériques simples et un service personnalisé, et ViveLaCar combine les deux. Nous réunissons abonnés et revendeurs. Pour de nombreux clients, il est important d’avoir une personne de contact personnelle, qui peut être trouvée chez le concessionnaire Hyundai »

Suite à ce succès, la startup a attiré l’attention du BMW Group qui – dans le cadre d’une coopération en marque blanche – a demandé à ViveLaCar de leur construire une nouvelle plateforme d’abonnement pour le marché suisse comportant une devise différente, trois langues nationales et un taux d’imposition différent dans chaque canton. Grâce à ce nouveau partenariat avec BMW, la startup livre sa deuxième expansion internationale, cette fois en Suisse.

Avec les abonnements BMW et Mini disponibles sur deux portails en ligne, une variété de véhicules avec des spécifications différentes sont disponibles pour les consommateurs. Les réservations sont traitées numériquement et le processus de collecte et de retour est ensuite effectué chez le partenaire BMW ou Mini respectif.

Mathias Albert, fondateur et PDG de ViveLaCar, a ajouté: «Le démarrage en Suisse est la prochaine grande étape pour ViveLaCar et, ce faisant, nous ouvrons simultanément la porte à d’autres marchés.»

Déjà en forte croissance, le nombre d’abonnés sur la plateforme avait augmenté de plus de 50% par mois fin 2019, et la gamme de véhicules disponibles a plus que doublé depuis sa conception.

Faisant allusion aux effets de la pandémie sur les sociétés d’abonnement, Albert a poursuivi: «Je pense que la situation de vie individuelle du client final est souvent décisive pour l’utilisation d’un véhicule sur abonnement. Parce que ceux qui ne savent pas aujourd’hui ce que sera demain ne veulent pas s’engager, ils veulent une mobilité simple à un prix fixe transparent. De plus, le client final apprécie l’opportunité d’utiliser de nouvelles technologies, de nouvelles marques ou de nouveaux modèles de manière flexible et sans risque. »

Une croissance tirée par la coopération

Parallèlement à l’actualité des partenariats BMW et Hyundai, la startup de la mobilité a salué une collaboration avec la compagnie d’assurance Zurich Insurance, pour proposer une assurance responsabilité civile et automobile complète pour le véhicule et le conducteur.

Selon la société, les véhicules électriques actuellement disponibles sur la plate-forme seront également sécurisés par Zurich à l’avenir, et le «  module E  » personnalisé intervient alors en cas d’endommagement de la batterie, de vol de la carte de carburant ou d’altération du logiciel de véhicule.

La filiale munichoise du fournisseur de services de transformation numérique et de conseil Deloitte Digital, a aidé au développement de ViveLaCar et a annoncé son intention de continuer à accompagner l’équipe fondatrice, en offrant des conseils pendant sa phase de développement et d’expansion.

En outre, la startup a conclu un partenariat technologique avec ZF Car eWallet, une entreprise proposant un dongle de véhicule utilisé pour une facturation précise pour l’abonné et capable d’activer des services supplémentaires à l’avenir.

Albert a déclaré: « Avec Zurich Insurance, Deloitte Digital et ZF Car eWallet, nous avons pu gagner trois partenaires puissants afin de devenir encore plus attractifs pour nos abonnés en termes de technologie et de service à l’avenir. »

Florine von Caprivi, co-fondatrice et directrice de la stratégie de ViveLaCar, a ajouté: « Actuellement, nous travaillons sur l’expansion du réseau de concessionnaires. La présence locale d’un concessionnaire de marque est cruciale pour de nombreux clients finaux, qui veulent une personne de contact compétente pour la remise, l’explication du véhicule et l’entretien et la maintenance futurs. »

Nouvelles nominations supérieures

Sans perdre de temps à consolider sa nouvelle portée internationale, deux nominations à des postes de responsabilité ont été faites. Stephanie Frensel a été nommée à la tête de la division OEM et commerce de détail de la société et est responsable à l’échelle internationale de la coopération avec les fabricants, les banques et les concessionnaires ainsi qu’avec les associations de concessionnaires.

Ensuite, Gabor Jokuti a pris la position de chef des ventes pour l’Allemagne chez Vive La Car, et est destiné à, s’adresser aux grandes entreprises, associations et clients commerciaux, et gérer la distribution de l’entreprise en Allemagne

Vendre le logiciel

Le concept d’un modèle d’abonnement automobile n’est pas nouveau, les constructeurs automobiles tels que Volvo, Renault et Ford ont tenté de capitaliser sur ce canal de vente relativement nouveau avec des services tels que Care, Vulog et Zipcar respectivement.

Cependant, en s’éloignant de l’abonnement automobile, Albert a récemment annoncé son intention de vendre le logiciel d’abonnement auto-développé de ViveLaCar aux constructeurs automobiles sous licence, affirmant que la start-up pourrait bénéficier d’un avantage de premier arrivant dans cette nouvelle idée commerciale.

Il prévoyait que cela deviendrait un canal de vente stable à l’avenir, car de plus en plus de constructeurs automobiles se sont lancés dans le domaine de l’abonnement, bien que, pour l’instant, cela reste de la spéculation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *