Une startup de Durham ciblant les athlètes recueille 25 millions de dollars auprès d’investisseurs

L’entraîneur adjoint de Duke Derek Jones embrasse le demi de coin DeVon Edwards (27) après avoir marqué son troisième touché lors d’une interception au quatrième trimestre contre l’État de la Caroline du Nord. Duke a battu N.C. State 38-20 au Wallace Wade Stadium le samedi 9 novembre 2013.
    
    
        
            
                Chuck Liddy
            
        
        
            [email protected]
        
    

                        
                    
                
            
        
    
    
        
    

                
            

            

            
                
                    DURHAM

La start-up de Durham Teamworks, qui gère une plate-forme de planification et de communication pour les athlètes étudiants et professionnels, a achevé une nouvelle ronde de financement d’investisseurs d’une valeur de 25 millions de dollars, a annoncé la société cette semaine.

La startup a maintenant levé plus de 46 millions de dollars depuis 2004, date à laquelle elle a été fondée par Zach Maurides, un ancien joueur de ligne offensive de l’Université Duke.

Teamworks s’est considérablement développé depuis lors et compte maintenant plus de 100 employés dans un bureau du centre-ville de Durham.

Le nouveau cycle de financement, dirigé par Delta-v Capital, sera utilisé pour stimuler la croissance de l’entreprise dans le monde. Alors que la plupart de ses clients sont des équipes et des universités aux États-Unis, Teamworks a des clients en Europe et en Australie.

Parmi les autres investisseurs figurent la société de capital-risque General Catalyst, le copropriétaire des Boston Celtics et ancien élève de Duke, Steve Pagliuca et l’ancien basketteur de Duke et l’assistant personnel de Barack Obama, Reggie Love.

Dan Williams, un partenaire de Delta-v Capital, a déclaré avoir investi dans Teamworks car il pense que le sport est toujours un marché émergent en matière d’adoption de logiciels. Il pense qu’il y aura une accélération encore plus rapide pour l’adoption en raison de la pandémie de coronavirus.

« Avant cette pandémie, les clients de Teamworks ne tarissaient pas d’éloges sur leur produit », a déclaré Williams dans un communiqué, « mais comme Zoom, il est devenu encore plus essentiel à la mission à une époque où les organisations sportives opèrent dans un environnement distant. »

Jim Cavale, fondateur d’INFLCR, à gauche et Zach Maurides, PDG de Teamworks, à droite, posent pour une photo au centre-ville de Durham. Gracieuseté de Teamworks

Le produit phare de l’entreprise est une plate-forme de planification utilisée pour connecter et coordonner les horaires complexes et les intérêts concurrents impliqués dans les sports universitaires et professionnels et d’autres organisations. L’application peut maintenir les horaires, rappeler aux athlètes les rendez-vous des médecins et les salles d’étude, et suivre leurs performances et leurs mesures corporelles.

La plateforme a été rapidement adoptée par une multitude d’équipes de sports universitaires et professionnels. Plus de 2 500 équipes dans le monde utilisent désormais les services de la société, dont plus de 2 000 équipes de la division I et un tiers des équipes de la Ligue nationale de football et de la National Basketball Association.

Ses clients comprennent l’Université d’Alabama, Green Bay Packers, Boston Red Sox et les Chicago Bulls. Duke, alma mater de Maurides est également cliente.

L’année dernière, la société a acheté une participation dans INFLCR, une autre startup qui aide les athlètes à renforcer leur présence sur les réseaux sociaux en leur donnant un accès en temps réel aux photos et vidéos prises pendant les matchs.

« Dans cet environnement, nous savons que le besoin d’une communication solide, d’une gestion stratégique des risques et d’une préparation significative est vital », a déclaré Maurides dans un communiqué. « Maintenant plus que jamais, nous voyons comment Teamworks permet aux organisations de réussir, quelles que soient les circonstances. »

Cette histoire a été produite avec le soutien financier d’une coalition de partenaires dirigée par Innovate Raleigh dans le cadre d’un programme de bourses de journalisme indépendant. Le N&O conserve le contrôle éditorial complet de l’œuvre. Apprendre encore plus; allez sur bit.ly/newsinnovate

Histoires connexes de Raleigh News & Observer

Zachery Eanes est le journaliste d’Innovate Raleigh pour The News & Observer et The Herald-Sun. Il couvre la technologie, les startups et les principales entreprises de la rue, la biotechnologie et les questions d’éducation liées à ces domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *