Une start-up de recyclage de produits chimiques pense à l’échelle mondiale et agit localement

Plastic Energy Ltd. est une startup dans le domaine du recyclage chimique avec de grandes ambitions. Sa mission déclarée est d’être «le premier producteur mondial durable et rentable de carburants et de matières premières synthétiques de deuxième génération pour les nouveaux plastiques dérivés de matériaux en fin de vie». Les spécialistes de la technologie basés au Royaume-Uni ont plus de 10 ans d’expérience dans le développement du processus de recyclage chimique exclusif de la technologie Thermal Anaerobic Technology (TAC), et la société exploite deux usines à Almeria et à Séville, en Espagne. Si tout se déroule comme prévu, Plastic Energy Ltd. étendra sa portée à d’autres parties de l’Europe, de l’Amérique du Nord et du Sud et de l’Asie-Pacifique dans un délai assez court. Nous avons récemment posé des questions sur la technologie et les ambitions de son entreprise par e-mail à Carlos Monreal, fondateur et PDG. Voici ce qu’il avait à dire.

Le recyclage chimique n’est pas une nouvelle technologie en soi, mais il a suscité un intérêt considérable au cours des dernières années. À quoi attribuez-vous cela? Quels sont les avantages par rapport aux autres formes de traitement des déchets plastiques?

Carlos Monreal, fondateur et CEO, Plastic Energy.

Monreal: En effet, la technologie n’est pas nouvelle, mais elle a évolué et s’est améliorée, tant dans la qualité de la production d’huile recyclée qui peut parfois être utilisée comme nouvelle matière première pour fabriquer du plastique de qualité vierge, que dans sa consommation d’énergie. Il a également souvent été considéré comme un concurrent direct du recyclage mécanique ou de la valorisation énergétique. L’accent mis sur une économie circulaire et la pression croissante pour atteindre des objectifs élevés de recyclage des plastiques ont conduit les entreprises à trouver des solutions pour tous les plastiques en complément du recyclage mécanique.

Le concept de recyclage des produits chimiques de Plastic Energy vise le «plastique en fin de vie» qui ne peut pas être recyclé mécaniquement. Cela résulte à la fois des limites techniques actuelles du recyclage mécanique, y compris le nombre de fois que les plastiques peuvent être recyclés mécaniquement, et la qualité du recyclat qu’il produit, qui souvent ne convient pas aux applications de qualité alimentaire. Les plastiques en fin de vie sont des plastiques mélangés, contaminés, multicouches, ainsi que des plastiques qui ne peuvent plus être recyclés mécaniquement. Ainsi, le recyclage chimique peut compléter le recyclage mécanique en détournant les déchets plastiques des décharges ou de l’incinération, créant ainsi une économie circulaire complète des plastiques. Cette capacité à utiliser les deux méthodes comme solution gagne maintenant en crédibilité.

L’intérêt pour cette méthode de recyclage a également conduit à une démystification progressive du procédé, souvent méconnue dans le passé et confondue avec la valorisation énergétique. Le recyclage chimique, en réalité, fait fondre les déchets plastiques dans un environnement sans oxygène. Il améliore le plastique grâce à sa conversion en monomères d’origine dans chaque processus de recyclage, ce qui le rend infiniment sûr et réutilisable comme produit de qualité alimentaire. Le recyclage chimique ne rejette pas de dioxines et ne crée pas de déchets toxiques résiduels, et il contribue directement à l’amélioration du recyclage, à la capacité de mettre du contenu recyclé dans des applications de qualité alimentaire, à améliorer la gestion des déchets et à décarboniser l’économie.

Ainsi, le message sur l’importance du recyclage des produits chimiques passe, c’est pourquoi il est de plus en plus soutenu par les entreprises et les gouvernements.

PlastiquesAujourd’hui marque le 50e anniversaire du Jour de la Terre le 22 avril avec une série d’articles soulignant les efforts réels que l’industrie des plastiques déploie pour atténuer la pollution par les plastiques et développer des solutions durables efficaces et viables. Vous pouvez trouver tout le contenu pertinent en tapant «Jour de la Terre 2020» dans le champ de recherche en haut de la page d’accueil.

Qu’est-ce qui différencie votre technologie anaérobie thermique des autres méthodes de recyclage chimique?

Monreal: La technologie anaérobie thermique (TAC) est une technologie brevetée qui s’attaque à la pollution par les déchets plastiques en convertissant les déchets en fin de vie destinés à la mise en décharge ou à l’incinération, ou qui se retrouvent dans nos océans, en huile d’hydrocarbure, appelée Tacoil. Tacoil peut être utilisé comme matière première pour créer des plastiques recyclés de type vierge (Plastic2Plastic en boucle fermée).

Deux facteurs le distinguent des autres technologies. Premièrement, nous avons développé la technologie TAC sur plus de 10 ans et avons travaillé en étroite collaboration avec l’industrie pétrochimique pour nous assurer que nos spécifications Tacoil conviennent à leurs systèmes et qu’elles peuvent remplacer efficacement les huiles fossiles. Cette expérience avec notre technologie éprouvée nous permet de produire un rendement stable et optimal – essentiel pour nos partenaires – qui nécessite une compréhension très fine de la matière première. Nous nous sommes assurés qu’il existe une demande pour nos huiles recyclées pouvant contribuer à l’économie circulaire.

Deuxièmement, nous avons accumulé trois ans d’expérience dans la gestion de deux usines commerciales dans le sud de l’Espagne. L’expérience opérationnelle de commencer à fonctionner 250 jours par an, puis 330 jours par an a été essentielle pour améliorer la technologie, affiner le système et la mise à l’échelle. Nous exploitons maintenant l’usine 24h / 24 et 7j / 7, 330 jours / an avec des périodes de maintenance planifiées. La plupart des concurrents sont encore au stade de laboratoire ou de pilote.

Plastic Energy exploite actuellement des usines de recyclage de produits chimiques à Almeria et à Séville, en Espagne. Il prévoit que 20 usines seront opérationnelles en Europe, en Asie et dans les Amériques d’ici 2025.

Cela nous a permis de signer des protocoles d’accord avec de grandes sociétés chimiques et pétrochimiques en Europe et ailleurs pour des projets à grande échelle. Le vif intérêt que nous avons suscité de la part de ces sociétés est une validation supplémentaire que notre produit répond à leurs besoins. Nous avons également validé la circularité des polymères sur l’ensemble de la chaîne de valeur et avons, pour la première fois, concrétisé la conversion des plastiques en fin de vie en plastiques recyclés. Nous pensons que Plastic Energy est la seule entreprise au monde à convertir commercialement les plastiques de déchets mixtes post-consommation.

Votre technologie a-t-elle des limites en termes de matériaux pouvant être traités?

Monreal: Notre principale source est les déchets plastiques post-consommation. Il s’agit de la source de plastique la plus compliquée à traiter, car elle contient généralement des contaminants, elle est souvent mélangée à d’autres matériaux et matières organiques. Nous traitons ce que nous appelons des plastiques en fin de vie qui sont contaminés, mélangés et multicouches, composés principalement de LDPE, HDPE, PP ainsi que de certains PS. Nous ne traitons pas les plastiques qui peuvent être facilement recyclés mécaniquement comme le PET – ils attirent un prix de négociation élevé. Les plastiques industriels sont plus faciles à manipuler et sont généralement recyclés mécaniquement en raison d’un flux plus unique et de volumes plus élevés. Nous permettons une quantité contrôlée de contamination dans le système, car ces plastiques sont normalement contaminés par d’autres matériaux (papier, bois, métaux, etc.), d’autres déchets et des produits contenant des aliments. Le PET et le PVC ne sont pas souhaitables pour notre procédé et sont supprimés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *