Toyota fait un petit pari sur une grande opportunité dans les startups de la mobilité africaine

De notre obsession

L’humanité a besoin de nouvelles façons de se déplacer durablement.

Après que plus de cinquante pays ont signé l’Accord de libre-échange continental africain en 2018, les économistes et les experts commerciaux ont estimé que le continent pourrait voir un bond de 16 milliards de dollars du commerce intra-régional. S’il est mené à bien, il contribuera à créer un marché africain unique avec un PIB total de plus de 3 000 milliards de dollars – la plus grande zone de libre-échange au monde.

L’une des grandes opportunités a toujours été de savoir comment améliorer l’interconnectivité entre les vastes étendues de terres du continent et les entreprises de logistique en Afrique subsaharienne en particulier, ont été ciblées par les investisseurs pour créer des solutions à un défi qui s’est aggravé au cours des décennies qui ont suivi l’indépendance.

Le géant japonais de l’automobile Toyota prend des mesures pour saisir rapidement le potentiel des marchés africains, en particulier l’avenir de la mobilité dans la région à croissance rapide alors que les barrières commencent à tomber et que les startups profitent des logiciels et des solutions Internet pour contourner les limites des réseaux d’infrastructures phyiscales.

En août dernier, sa branche commerciale Toyota Tsusho Corp. a mis en place une unité de capital-risque appelée Mobility 54 spécialement pour les marchés africains. L’objectif déclaré de Mobility 54 est d’investir dans les startups Mobility as a Service (MaaS) et CASE (Connected – Autonomous – Shared & Electric) sur le continent.

Mobility 54 a effectué son premier investissement majeur de 7,6 millions de dollars dans Sendy, une startup logistique kenyane à Nairobi à la fin du mois dernier. L’investissement faisait partie d’une ronde de 20 millions de dollars de série B dirigée par Atlantic Ventures.

Sendy opère depuis cinq ans en connectant des chauffeurs à des entreprises utilisant la technologie pour faciliter le déplacement des marchandises localement et régionalement à travers la communauté des pays d’Afrique de l’Est. Dans le cadre des 20 millions de dollars levés, il existe un accord de R&D avec Toyota, car la société cherche à contribuer à résoudre les défis de l’industrie de la mobilité en Afrique. Sendy est également soutenu par DOB Equity, quelques investisseurs privés et CFAO, membre du groupe Toyota.

L’investissement de Toyota dans la mobilité 54 intervient après avoir signé un accord entre Toyota Tsusho et Sendy à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique [TICAD] en août dernier à Yokohama, au Japon.

Sendy a pour mission d’améliorer la facilité du commerce et du transit à travers l’Afrique, a déclaré Meshack Alloys, PDG et co-fondateur de Sendy. «Nous avons transporté des marchandises d’une valeur de plus de 300 milliards de shillings kenyans (~ 1 milliard de dollars) pour des entreprises à travers l’Afrique de l’Est avec plus de 30 000 clients sur notre plateforme», dit-il.

La startup espère utiliser ses nouveaux fonds pour s’étendre à d’autres pays africains et accéder à un plus grand marché africain ouvert aux affaires.

Au fil des ans, le Toyota Tsusho a investi dans plusieurs programmes de développement social à travers son fonds CSV Africa, un fonds qu’il décrit comme «un fonds de développement de capital-risque axé sur la contribution sociale visant à créer de nouveaux emplois et à accroître l’indépendance économique des populations en Afrique». Le fonds a investi dans des projets agricoles en Zambie, dans des affaires de couture d’articles en cuir en Éthiopie et, plus récemment, dans une entreprise visant à améliorer les services médicaux au Kenya grâce aux TIC.

Mais avec Mobility 54, Toyota se lance dans une tendance croissante à soutenir les entreprises de logistique en Afrique alors que les investisseurs espèrent prendre pied dans un marché mal desservi et plus inexploité. Lori Systems, une autre startup de la logistique basée à Nairobi, a levé 30 millions de dollars auprès d’investisseurs chinois en novembre. Plus tôt en août, le Nigérian Kobo 360 a levé 20 millions de dollars dans un tour de série A soutenu par Goldman Sachs.

En 2019, les startups opérant sur le continent ont reçu un total de 1,3 milliard de dollars de financement pour les startups. C’est la première fois que le financement annuel de startups axé sur l’Afrique franchit la barre du milliard de dollars et, selon certaines estimations, dépasse même 2 milliards de dollars.

Le Nigeria et le Kenya ont été les principales destinations d’investissement des startups du continent, représentant conjointement 81,5% des investissements reçus en 2019. La présence des investisseurs chinois en Afrique s’est étendue à l’espace fintech avec OPay d’Opera contre Palmpay, les deux sociétés ayant levé plus de 210 millions de dollars l’année dernière. . Visa et Stripe ont mené un tour de série A de 8 millions de dollars dans Paystack, une société de paiement en ligne nigériane. Mastercard a participé à un tour d’extension de série A de 20 millions de dollars à Flutterwave, une autre startup nigériane de solutions de paiement.

Inscrivez-vous au Quartz Africa Weekly Brief ici pour des nouvelles et des analyses sur les affaires, la technologie et l’innovation en Afrique dans votre boîte de réception

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *