Pitch to the beat: les entrepreneurs vendent leurs idées par le biais de performances en direct

Bo Sun, étudiant en doctorat en génie mécanique et industriel, a présenté Woodbio au Startup Slam. ANGELA FENG / LA VARSITÉ

La semaine de l’entrepreneuriat de l’Université de Toronto a débuté le 10 mars avec une compétition de pitch – mais avec une touche. Les entrepreneurs ont dû présenter leurs idées à travers une performance, que ce soit la peinture en direct, la danse ou la musique au Startup Slam inaugural.

Noureddin Chahrour et Leila Keshavjee, anciens de la Faculté de kinésiologie et d’éducation physique, ont jugé le concours. Chahrour est le fondateur et président d’Adrenalease Inc., et Keshavjee est fondateur et PDG de Happy Pops Inc.

Cet événement faisait partie des efforts plus larges du Centre d’impact de l’Université de Toronto pour mobiliser les étudiants des groupes sous-représentés, y compris les Noirs, les Autochtones et les personnes de couleur (BIPOC), les femmes et les personnes issues de milieux non commerciaux.

De nombreux entrepreneurs passent à travers les mailles du filet, incapables de nouer des relations constructives avec les investisseurs car ils n’ont souvent tout simplement pas accès. Startup Slam visait à combler cette lacune en enseignant aux jeunes entrepreneurs comment présenter leur candidature et en fournissant éventuellement aux nouveaux entrepreneurs un financement pour leurs idées de démarrage.

«Nous nous efforçons vraiment de trouver de nombreux types de moyens pour inciter les étudiants à penser à l’entrepreneuriat», a expliqué l’hôte de l’événement, Leo Mui, ajoutant que «[pitching] est quelque chose qui semble intimidant lorsque tout le monde est dans son meilleur costume dans une pièce et parle de jargon financier. Nous voulons donc réduire cela comme quelque chose de créatif que tout le monde peut comprendre. »

Les antécédents de Mui en chimie ont éclairé sa compréhension de la nécessité de trouver des voix diverses dans l’entrepreneuriat, et le Impact Center a joué un rôle énorme dans sa propre transition de chimiste à propriétaire d’entreprise.

Au cours de l’événement, l’Impact Centre a décerné un prix de 1 000 $ au terrain gagnant, True Seer Grill, un accessoire de grillade inventé par les frères et sœurs, Sylvia Gehring, étudiante en quatrième année de commerce à la Ted Rogers School of Business de l’Université Ryerson, et Matthew Gehring, un étudiant de quatrième année Rotman Commerce.

Matthew a joué de l’harmonica, donnant le rythme de la hauteur métrique du duo.

Selon le couple, ils lancent True Seer Grill depuis un certain temps, et Matthew a déjà remporté le premier prix du programme de formation en entrepreneuriat Techno de l’Impact Centre et du Pitch Competition de Rotman Commerce en 2019. Leur technologie est conçue pour éliminer les flareups sur un barbecue.

Les idées des autres participants étaient largement axées sur l’élargissement des options de produits de santé disponibles dans le commerce.

Stephanie Tien, étudiante en pharmacologie et toxicologie, et Kristina Knox, diplômée en neurosciences, ont présenté leur idée d’Arbre, un écran solaire pour ceux qui ont un cuir chevelu sensible, à travers une performance de croquis narratif.

Les lanceurs pour la première fois Tien et Knox ont trouvé l’accent créatif de Startup Slam accueillant. Selon Knox, «être simplement [in] un environnement vraiment détendu aide vraiment. » Tien a également ajouté que l’événement était accessible aux personnes, même celles qui n’avaient pas de passé entrepreneurial.

Maame E. De-Heer, étudiante en deuxième année de maîtrise à la Dalla Lana School of Public Health, a présenté son idée pour The 3 C’s, un hybride de sous-vêtements jetables et de serviettes hygiéniques jetables. Le Startup Slam était la première fois que De-Heer présentait officiellement son idée.

De-Heer espère que son produit aidera à fournir aux femmes des produits menstruels pratiques et respectueux de l’environnement, ce qui, selon elle, fait défaut sur le marché actuel.

Les entreprises appartenant à des minorités et appartenant à des femmes ont souvent du mal à trouver des capitaux, même si elles jouent souvent un rôle important dans leurs communautés. Un certain nombre de facteurs contribuent à l’incapacité du BIPOC et des femmes à accéder à des réseaux de formation formels et informels, à obtenir des capitaux de démarrage, des prêts aux entreprises et, finalement, à puiser dans l’esprit d’entreprise.

Haman Mondouhi a présenté son idée, Roots, qui vise à créer un inventaire basé sur les applications pour les berceuses, les comptines et autres traditions orales culturellement spécifiques qui deviennent menacées à mesure que l’assimilation à la culture nord-américaine se développe.

Bien qu’il soit expérimenté dans le monde des compétitions de pitch, Mondouhi a exprimé son appréciation pour l’accent mis par Startup Slam sur la créativité. « Honnêtement, je ne pense pas que j’aurais exprimé [this idea] sur toute autre plateforme. « 

« L’une des choses les plus importantes de la scène des startups à Toronto est d’engager le public et les gens qui ne penseraient pas à s’engager dans ces dialogues. » Mondouhi a poursuivi: « Malgré les pressions que vous exercez sur votre famille … et la carrière que vous poursuivez depuis tout ce temps, sortez des sentiers battus et n’hésitez pas à tendre la main à de nouvelles ressources … parce que cela a changé tout mon cheminement de carrière. »

Parmi les autres idées, citons Woodbio de Bo Sun, un désinfectant pour les mains sans alcool, et Sencha de Jason Piao, une carte de crédit qui aidera les utilisateurs non américains à obtenir du crédit tout en travaillant aux États-Unis.

De l’événement, Mui a fait remarquer: «Je sens vraiment que [the centre] doivent vraiment avoir une passion pour ce qu’ils font, sinon ils ne seraient pas ici aujourd’hui. « 

Mui a encouragé tous les étudiants qui pourraient être intéressés à développer leurs idées de démarrage à s’impliquer avec le Impact Center. «Nous espérons cibler les étudiants qui souhaitent faire quelque chose de bien pour le monde. Et nous les aidons à trouver les bonnes aides. »

Tags: affaires, commerce, start-up

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *