L’écosystème des startups de la Saskatchewan ne rebondira pas comme les marchés technologiques matures

Permettez-moi de faire précéder ce post de ce qui suit: toutes les opinions sont les miennes; Je suis optimiste que l’écosystème technologique de la Saskatchewan prévaudra, mais nous avons beaucoup de travail contre nous en ce moment et; il y a beaucoup de «sentiment d’intestin» ci-dessous sans preuves. Dans des moments comme celui-ci, il est difficile de trouver des données fiables pour prédire l’avenir.

Vingt-neuf a marqué une année monumentale dans l’espace technologique de la Saskatchewan. Selon la CVCA, nos sociétés ont levé plus de 114 millions de dollars en capital-risque (plus que les 5 dernières années combinées). Nous avons clôturé l’année en tant qu’un des écosystèmes de startups connaissant la croissance la plus rapide au Canada, attirant l’attention de tout le Canada en tant que formidable marché secondaire technologique.

Cependant, la Saskatchewan ressent maintenant tous les effets du nouveau monde COVID, et il y a lieu de s’inquiéter de notre capacité à rebondir par rapport à des marchés technologiques plus matures. Ci-dessous, je plonge dans quelques facteurs qui seront particulièrement préjudiciables à la Saskatchewan dans notre capacité à sortir de cette pandémie et de la nouvelle récession.

Investisseurs providentiels disparus

L’un des principaux impacts de la croissance de l’écosystème de la Saskatchewan a été la pléthore d’entreprises prometteuses qui ont reçu des investissements providentiels d’investisseurs technologiques non traditionnels. Grâce au crédit d’impôt de 45% pour les incitatifs au démarrage de la technologie de la Saskatchewan (STSI), le gouvernement provincial avait créé le produit de crédit d’impôt le plus agressif au Canada pour stimuler les investisseurs, ce qui a été un énorme succès pour soutenir nos entreprises en démarrage. Malheureusement, nous allons probablement voir un nombre important de ces investisseurs disparaître.

À mon avis, les investisseurs providentiels de la Saskatchewan mettront beaucoup plus de temps à recommencer à investir.

À mon avis, les investisseurs providentiels de la Saskatchewan mettront beaucoup plus de temps à recommencer à investir. Nos particuliers fortunés qui sont probablement plus exposés au pétrole et au gaz seront plus durement touchés que ceux de Vancouver, Toronto, Waterloo et Montréal. Après avoir vu une partie considérable de leur richesse s’évaporer au cours du dernier mois, les investisseurs providentiels à travers le Canada chercheront à placer leur capital dans des ports sûrs pour traverser la tempête.

Quand ils cherchent à prendre des risques, ce sera dans des domaines où ils ont réussi dans le passé. Alors qu’ils cherchent à commencer à investir avec un profil de risque plus élevé, de nombreuses personnes sur les marchés technologiques matures se sentiront plus à l’aise d’investir dans des startups en fonction de leur expérience passée.

En Saskatchewan, la plupart de nos investisseurs providentiels ont effectué leurs premiers investissements technologiques au cours des dernières années (la plupart au cours des 12 derniers mois). Leurs investissements auront été trop récents pour générer des retours. Pour bon nombre de ces personnes, les endroits qu’elles connaissent et se sentent le plus à l’aise pour prendre des risques seront les marchés publics, le pétrole et le gaz, les produits de base ou l’immobilier.

Manque de support VC

L’une des grandes victoires de l’écosystème des startups de la Saskatchewan au cours des deux dernières années a été l’attraction de fonds de CR externes et d’investisseurs technologiques professionnels dans notre province. Vendasta, 7shifts, Coconut Software, SalonScale et SafetyTek ont ​​tous été les bénéficiaires de la venue d’investisseurs de premier plan des principaux marchés [disclosure: all but Vendasta are Conexus Venture Capital Fund portfolio companies].

Notre écosystème en pleine croissance, l’impact de la conférence Uniting the Prairies de Co.Labs et du sommet de démarrage de Cultivator en Saskatchewan, et la notoriété acquise grâce à SkipTheDishes ont tous été des facteurs clés pour attirer le globe oculaire de ces investisseurs extérieurs. Cependant, l’un des principaux moteurs de cette tendance a été le désir des investisseurs en capital-risque extérieurs de trouver des marchés moins concurrentiels. Ces investisseurs ont décidé qu’il y avait plus d’avantages à exécuter des transactions sans concurrence d’autres fonds de capital-risque, même en tenant compte de l’inconvénient de relations plus faibles et d’une compréhension limitée de l’écosystème.

CONNEXES: Broad Street Bulls VC lance un fonds de 2,5 millions de dollars pour soutenir les jeunes entreprises en démarrage des Prairies

Maintenant, alors que le capital et la concurrence se tarissent sur leurs propres marchés, les investisseurs vont probablement revenir à se concentrer sur les investissements dans des entreprises proches de chez eux. À cela s’ajoute l’incapacité de nouer des relations lors de réunions en personne et il est très peu probable que nous voyions des entreprises de la Saskatchewan attirer des investisseurs externes dans leurs tournées de démarrage et de série A au cours des six à 12 prochains mois.

Récemment, nous avons vu l’annonce d’un nouveau programme lancé par BDC pour alimenter les entreprises appuyées par du capital de risque. Bien que ce nouveau produit ait un impact puissant sur les entreprises technologiques canadiennes, il est peu probable que nous constations un impact significatif en Saskatchewan. S’il y a 100 à 150 tours effectués dans le cadre de ce programme à travers le pays, nous devrions nous compter chanceux si nous pouvons en obtenir deux à trois.

Cicatrisation des employés

Dans ce qui pourrait remporter le prix du «moment le plus malheureux d’un article», Mark Melnychuk de LeaderPost a écrit un article au début du mois de mars mettant en évidence la nouvelle tendance en Saskatchewan des étudiants diplômés universitaires à chercher un emploi dans des startups. Avec le recul, il y a vraiment quelques citations particulièrement dignes de votre part.

Maintenant que nous voyons l’abondance des mises à pied se produire dans l’espace de démarrage, nous pourrions voir l’attrait de travailler pour une startup rapidement éroder.

Le thème général de l’article est cependant vrai. L’obtention d’un diplôme universitaire ou l’abandon d’une carrière stable pour chercher un emploi dans une startup est encore un phénomène relativement nouveau en Saskatchewan. Saskatoon est en avance sur Regina en la matière, mais dans les deux cas, nous recherchons principalement une première génération d’employés souhaitant rejoindre des startups technologiques. Beaucoup de ces personnes ont pris un risque et ont dû justifier ce risque auprès de leurs parents, de leur partenaire ou de leurs anciens collègues sur les raisons pour lesquelles ils avaient pris cette décision.

Maintenant que nous constatons l’abondance des mises à pied qui se produisent dans l’espace des startups, nous pourrions voir l’attrait de travailler pour une startup s’éroder rapidement à travers la province. Étant donné que notre écosystème ne faisait que trouver sa place avant tout cela, nous n’allons pas avoir la longue liste d’individus qui ont déjà vu des chèques à cinq ou sept chiffres dérivés de leurs options d’achat d’actions dans les sorties réussies des marchés matures. Tout comme les investisseurs providentiels, les employés à travers le Canada seront touchés de manière relativement similaire, mais ceux qui cherchent à revenir dans les startups auront déjà vu l’avantage financier de travailler pour une startup.

Raisons d’optimisme

Ce sont les trois tendances qui me tiennent éveillé la nuit. J’ai de réelles inquiétudes quant à notre capacité à survivre aux impacts de COVID et de la récession qui l’accompagne.

Cependant, il y a lieu d’être optimiste.

L’épisode de Startupville avec Mike Wolsfeld et Jordan Dutchak a donné un bon aperçu des impacts que COVID pourrait avoir sur la Saskatchewan. Alors que mon scénario apocalyptique se déroulait dans ma tête, il était thérapeutique d’entendre un aperçu plus équilibré de ces deux moteurs de l’écosystème. Je suis particulièrement d’accord avec le point de vue de Jordan selon lequel nos fondateurs doivent être axés sur les mesures et la suggestion de suivi de Mike selon laquelle nous avons déjà un avantage concurrentiel à cet égard.

Les acteurs de l’écosystème qui ont joué un rôle clé dans la croissance au cours des dernières années ne sont allés nulle part.

Comme mentionné précédemment, les startups de notre province ont levé plus de capital de CR en 2019 que les cinq dernières années combinées. Bien qu’il s’agisse d’un excellent exemple de notre croissance en tant qu’écosystème, cela nous rappelle également qu’il y a seulement quelques années, les fondateurs de la Saskatchewan ont été forcés d’être beaucoup plus économes en capital. SkipTheDishes a été largement bootstrapé dans les premiers jours avant d’attirer des investisseurs comme Matt Golden et Eva Lau. GasBuddy n’a jamais fait appel à un seul investisseur car ils ont augmenté jusqu’à plus de 26 millions d’utilisateurs actifs avant d’être acquis par OPIS.

La combinaison de l’esprit d’entreprise qui découle des racines agraires de la Saskatchewan et de l’efficacité forcée à travers une histoire de pénurie de capitaux a rendu les entrepreneurs technologiques de la Saskatchewan naturellement plus métriques et axés sur le profit. Bien que nous ne soyons pas en mesure de soutenir le type de croissance que nous avons vu au cours des 12 à 24 derniers mois, nombre de nos fondateurs abandonnés seront en mesure de sortir de cette situation.

CONNEXES: Le cofondateur de SkipTheDishes lance un «entrepreneur en construction» pour les startups des Prairies

Alors que nous regardons au-delà de nos fondateurs de classe mondiale, les parties prenantes de l’écosystème qui ont joué un rôle clé dans la croissance au cours des dernières années ne sont allées nulle part. Nous n’avons peut-être pas les initiatives et les programmes en place aujourd’hui qui aideront les startups de notre province à s’imposer face à COVID, mais nous avons toujours un gouvernement favorable aux startups, deux incubateurs à fort impact, quelques fonds en démarrage, une coopérative de crédit audacieuse, et un groupe de chefs d’entreprise influents qui ont tous fait de grandes contributions pour nous amener là où nous sommes.

En tant que fier employé de cette coopérative de crédit audacieuse et en contact étroit avec bon nombre des groupes ci-dessus, je peux vous assurer que toutes ces parties prenantes de l’écosystème recherchent des occasions d’aider. Lorsque vous mettez cette mentalité dans une province dont les forces résident dans nos relations et notre dialogue commerciaux, gouvernementaux et avec les investisseurs, il y a une raison d’être optimiste quant aux nouvelles mesures mises en place pour répondre à COVID.

Si nous sommes en mesure de conduire de nouvelles initiatives de réponse COVID (principalement axées sur la fourniture de capital aux startups) et de les associer à nos entrepreneurs en construction de produits naturels, à un écosystème plus cohérent et à des avantages en termes de coûts d’exploitation, la Saskatchewan ne se sauvera pas seulement de la ruine par rapport à les autres écosystèmes, mais pourrait de façon réaliste surperformer.

Cet article a été initialement publié sur LinkedIn.

Source d’image Cultivator via Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *