La plate-forme de collecte de fonds de démarrage avance

Le ministère des Finances a donné son feu vert à la mise en place d’une troisième bourse en tant que plate-forme de collecte de fonds pour les entreprises en démarrage, dont les opérations devraient commencer au premier trimestre de l’année prochaine.

«Les pays étrangers, comme l’Indonésie et Singapour, ont déjà ce type de bourse, qui est considérée comme faisant partie de l’incubation des startups», a déclaré le ministre des Finances Uttama Savanayana.

« Cette décision facilitera aux exploitants d’entreprises en démarrage l’accès approprié au financement et aux investisseurs appropriés », a déclaré M. Uttama après la réunion d’hier avec le conseil des gouverneurs du Capital Market Development Fund sur l’élaboration d’une stratégie de développement pour le marché des capitaux thaïlandais.

En décembre 2019, les médias ont déclaré que la Securities and Exchange Commission (SEC) et 12 organisations avaient convenu de mettre en place une nouvelle bourse d’actions pour le négoce des actions des petites et moyennes entreprises (PME) et des startups afin de les aider à lever des fonds dans la capitale marché.

Bien qu’une possibilité soit que les cotations n’aient pas de capital versé minimum, la SEC envisage d’avoir un organe consultatif indépendant et un comité d’audit ou d’adhérer aux normes comptables internationales comme exigences, entre autres critères.

La Thaïlande possède deux bourses, la Bourse de Thaïlande (SET) et le Marché des investissements alternatifs (MAI).

En règle générale, l’inscription au SET nécessite un capital versé en actions ordinaires après une offre au public d’une valeur d’au moins 300 millions de bahts et l’AMI requiert au moins 50 millions de bahts.

M. Uttama a déclaré que les régulateurs du marché des capitaux et les organisations apparentées travailleront ensemble pour aider à développer une plateforme d’infrastructure entièrement numérisée pour le marché des capitaux thaïlandais.

Dans le cadre de ce plan, les opérateurs économiques pourront émettre des titres à faible coût en capital, tandis que les informations sur les produits et services seront entièrement intégrées dans une plateforme numérique.

Un projet pilote associé à l’émission d’obligations numériques avec des prix de départ de 50 à 100 bahts commencera également au troisième ou quatrième trimestre de cette année par le Bureau de gestion de la dette publique (PDMO).

« Ce n’est pas une nouvelle émission d’obligations, mais plutôt dans une boucle d’émission », a déclaré M. Uttama. « Une limite de crédit initiale est fixée à environ 5 000 bahts, le même montant émis par le PDMO, où le bureau émet des obligations deux fois par an pour 5 000 par tour. »

Le secrétaire général de la SEC, Ruenvadee Suwanmongkol, a déclaré que les nouveaux règlements et conditions pour l’émission de nouvelles parts du Super Savings Fund (SSF) seront annoncés le 16 mars.

Les sociétés de gestion d’actifs peuvent commencer à demander l’émission de nouvelles unités SSF à partir de lundi prochain. La SEC supprimera les frais d’établissement et de financement des sociétés de gestion d’actifs.

La distribution des unités devrait commencer le 1er avril et se terminer le 30 juin. La période de fermeture est d’au moins 10 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *