La meilleure technologie d’Europe à surveiller par les bonnes startups

Dans les mois qui ont précédé le coup d’envoi du Covid-19, un nombre croissant de startups européennes se présentaient comme des entreprises de «technologie pour le bien».

Avec plusieurs investisseurs et décideurs, ils ont parié que l’Europe pourrait établir une nouvelle norme mondiale en montrant que les meilleures pratiques en matière d’impact environnemental, de diversité et de vie privée sont un moteur pour les entreprises.

Mais cette opportunité est-elle toujours vivante après le coronavirus?

Publicité

Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar et co-président des startups françaises et européennes regroupant France Digitale, estime que les perspectives sont intactes.

« Il y a une nouvelle sensibilité parmi les consommateurs pour les questions environnementales et la responsabilité sociale », dit Mazzella. « Les graines de ces préoccupations ont été semées bien avant la crise de Covid et elles vont continuer de croître, portées par la jeune génération. »

Recevez la newsletter tamisée

Les entreprises européennes qui ne se concentrent pas uniquement sur l’argent, mais qui ont plutôt bâti leur entreprise sur une multitude de variables, notamment l’impact social et environnemental, devraient devenir des leaders mondiaux, dit-il.

«La technologie pour une bonne thématique est une formidable opportunité pour l’Europe», déclare Mazzella. « La mentalité, la culture peut conduire à l’innovation qui dépasse l’hégémonie technologique. »

Tournée de présentation de San Francisco

Une chose au sujet de la technologie pour de bon n’est pas que tout le monde est d’accord sur une définition claire. Les entreprises ont essayé de revendiquer le label après avoir fait aussi peu que de réduire un peu leur empreinte carbone ici et de promouvoir un peu la diversité là-bas.

Pour Mazzella et France Digitale, cela doit être plus que cela: mettre l’accent sur les valeurs européennes, de la sensibilisation à l’environnement à la confidentialité des données, qui s’inscrit dans la mission d’une entreprise.

Mazzella lui-même a fondé la plateforme de covoiturage BlaBlaCar en 2006 avec la promesse de réduire la pollution et d’aider les gens à économiser de l’argent en partageant le coût de leurs voyages.

En février, il a fait une tournée de quatre jours à San Francisco avec un groupe d’entrepreneurs pour exposer l’idée que les entreprises axées sur les objectifs attirent également les meilleurs talents. Le roadshow, baptisé Tech4Values, était le premier de ce qui deviendra une série, avec le prochain arrêt prévu à New York. Il comprenait des startups comme l’application de réservation de médecins Doctolib et la plateforme de mode d’occasion Vestiaire Collective.

D’autres comme BackMarket (électronique reconditionnée), Ynsect (élevage d’insectes comme substitut de repas pour les animaux) et OpenClassrooms (e-learning gratuit) ont également établi une présence mondiale, y compris aux États-Unis, en se vantant de modèles commerciaux qui font une déclaration environnementale ou sociale.

Une technologie pour les bonnes entreprises à savoir

Sifted a travaillé avec France Digitale, qui représente quelque 1 800 startups françaises et européennes, pour produire une liste de technologies pour les bonnes startups européennes à connaître. Beaucoup font partie du groupement Tech4Values, mais pas tous. Les voici:

Backmarket. Basé en France. Une plate-forme pour vendre des smartphones et autres appareils électroniques remis à neuf, pour les consommateurs qui ne veulent pas acheter de nouveaux produits et les jeter.

AI bienveillante. Basé au Royaume-Uni. Intelligence artificielle pour la découverte et le développement de médicaments.

BlaBlaCar. Basé en France. Covoiturage pour les longs trajets et les trajets plus courts pour réduire la pollution et les frais de déplacement.

Bluetown. Basé au Danemark. Wifi abordable et durable pour les personnes dans les zones rurales qui n’ont pas accès à Internet.

Ampoule. Basé au Royaume-Uni. Fournisseur d’énergie renouvelable.

CardioLogs. Basé en France. Utilise l’intelligence artificielle pour aider à détecter les maladies cardiaques.

Cityscoot. Basé en France. Trottinettes électriques partagées dans des villes dont Paris. Une partie de l’effort pour réduire la congestion du trafic et les émissions des voitures.

CleverShuttle. Basé en Allemagne. Une application de covoiturage et un service de navette propre pour les transports urbains.

Doctolib. Basé en France. Application de prise de rendez-vous chez le médecin qui s’est étendue aux téléconsultations et prévoit de participer à la construction des hôpitaux et des soins de santé du futur.

eCooltra. Basé en Espagne. Flotte de scooters électriques partagée dans plusieurs villes européennes.

EcoVadis. Basé en France. Évalue les entreprises sur les mesures de durabilité.

Enevo. Basé en Finlande. Une technologie de gestion des déchets qui prétend réduire simultanément les coûts et l’impact environnemental.

Evaneos. Basé en France. Connecte les voyageurs avec les professionnels du tourisme locaux pour promouvoir la création d’emplois locaux et un tourisme plus responsable. Les agences de voyage locales étaient en voie d’extinction, mais il vise à les rassembler dans une communauté et à renforcer leurs capacités en ligne.

Healx. Basé au Royaume-Uni. Utilise les capacités d’intelligence artificielle pour aider à trouver des traitements pour les maladies rares.

Infarm. Basé en Allemagne. L’agriculture d’intérieur pour les villes qui prétendent réduire la pollution liée au transport des aliments, mais aussi à leur production.

Konux. Basé en Allemagne. Technologie conçue pour transformer les opérations ferroviaires dans le but de réduire les coûts de maintenance et d’allonger la durée de vie des infrastructures.

Kry. Basé en Suède. Docteur application de téléconsultation.

JobTeaser. Basé en France. Site de conseil en recrutement et en éducation, construit autour de l’aide aux jeunes pour trouver leur place dans le monde et en utilisant la technologie pour les tenir dans leur quête de l’épanouissement personnel.

ManoMano. Basé en France. Un marché pour les produits destinés à l’amélioration de l’habitat par soi-même, favorisant la réparation plutôt que la mise au rebut. Leur technologie pour un bon extra: un gros accent sur l’embauche de travailleurs handicapés.

Min Doktor. Basé en Suède. Services de médecin en ligne, destinés à faciliter la prise en charge des patients.

Netatmo. Basé en France. Conçoit des produits connectés pour les maisons; prétend à terme rendre les maisons des gens plus respectueuses de l’environnement.

Northvolt. Basé en Suède. Développeur et fabricant de batteries, fondé avec la mission de construire la batterie la plus verte du monde.

Olio. Basé au Royaume-Uni. Connecte les gens avec leurs voisins pour partager de la nourriture et d’autres choses, le tout dans le but de gaspiller moins.

OpenClassrooms. Basé en France. Éducation gratuite, en ligne, pour tout le monde.

OVH. Basé en France. Se considère comme une alternative au cloud d’Amazon, redonnant aux Européens le pouvoir sur leurs données: un choix sur l’endroit où elles sont stockées et ce qui en est fait.

Vestiaire Collective. Basé en France. Faisant partie de la soi-disant «économie circulaire», la plateforme permet aux consommateurs d’acheter et de vendre des vêtements et de la mode d’occasion.

Ynsect. Basé en France. L’élevage d’insectes comme substitut de repas moins polluant pour les animaux et les engrais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *