Dubaï attire les innovateurs et les startups avec un nouveau programme

Dubaï vise à attirer des milliers de startups et d’innovateurs, en particulier dans des secteurs stratégiques clés, du monde entier pour faire de l’émirat un hub mondial pour les technologies de rupture et préparer l’avenir de l’économie.

Lancé par une PME de Dubaï soutenue par le gouvernement, le «  Programme d’attraction de l’innovation  » ou IAP, touchera plus de 25000 startups dans le monde qui envisagent Dubaï comme un nouveau marché pour leurs solutions innovantes et facilitent leur entrée à Dubaï.

L’initiative fonctionnera comme un trafic bidirectionnel, attirera les startups étrangères à accéder à des fonds pour la croissance tandis que les startups locales bénéficieront d’une exposition internationale.

Le programme se concentrera sur les solutions de rupture dans six secteurs clés – aérospatiale, transport et mobilité, efficacité énergétique, médical et santé, éducation et technologies de l’information, qui deviendront un catalyseur majeur de l’innovation, de l’industrialisation et du développement durable.

Lancé par Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, président de la Dubai Civil Aviation Authority, président de la compagnie aérienne Emirates et directeur général d’Emirates Group, le programme a été développé en tant que partenariat de facilitateurs et facilitateurs de PME de 15 pays, dont l’Allemagne, Singapour, et le Japon.

Sami Al Qamzi, directeur général de Dubai Economy, a déclaré que le «  programme d’attraction de l’innovation  » contribuera de manière significative à la réalisation des objectifs du plan Dubaï PME 2021 pour stimuler l’activité entrepreneuriale, améliorer la compétitivité des PME grâce à l’innovation et renforcer l’intégration des PME avec des croissance économique.

« Dubaï possède déjà un avantage unique en tant que plaque tournante entrepreneuriale et nos startups, lorsqu’elles sont dotées des bonnes ressources, peuvent ouvrir la voie à des solutions innovantes et aider à accélérer notre transition vers une économie prête pour l’avenir », a-t-il ajouté.

«Notre expérience nous a convaincus qu’il existe un besoin évident de liens collaboratifs axés sur l’innovation dans notre écosystème de startup. Le« programme d’attraction de l’innovation »relie les PME locales à un écosystème mondial et relève les défis de l’établissement et de la croissance sur un nouveau marché», a déclaré Abdul Baset Al Janahi, PDG de Dubai SME.

« C’est une voie à double sens – elle ouvre la voie à l’internationalisation de nos PME tout en guidant les innovateurs les plus remarquables du monde entier vers de nouveaux marchés via Dubaï », a-t-il ajouté.

Al Janahi a déclaré que les PME perturbatrices identifiées dans le cadre du PEI se verront offrir une suite de services pour soutenir leur atterrissage en douceur à Dubaï, l’accès au marché pour la croissance internationale et le financement de la croissance.

Un certain nombre d’entités aux Émirats arabes unis telles que la Chambre de commerce et d’industrie de Dubaï, Dubaï Internet City, Dubai Future District et Hub71 à Abu Dhabi, entre autres, ont pris une multitude d’initiatives pour soutenir les startups locales dans divers domaines. Le programme Fintech Hive de Dubai International Financial Centre soutient les entreprises de technologie financière par différents moyens d’initiatives.

Un récent rapport de Wamda a révélé que les Émirats arabes unis restent la plaque tournante régionale de l’entreprenariat avec 35,5% des startups interrogées dans le pays, suivis de l’Égypte avec 26,5% dans des secteurs allant du commerce électronique, des technologies financières, des soins de santé et des marchés, entre autres. . Seulement 32% des startups sont actuellement enregistrées, dont 60% en Égypte ou aux Émirats arabes unis.

Dubaï peut offrir plus

Jitendra Gianchandani, président du Jitendra Consulting Group, a déclaré que Dubaï est un endroit idéal pour les startups avec plus de 30 zones franches opérant dans l’émirat.

Il a suggéré que la capitale commerciale de la région devrait lancer une zone franche dédiée à attirer les jeunes, comme Ajman l’a introduit avec un package pionnier et un package freelance pour 5000 Dh seulement.

« En dehors de cela, les start-ups devraient obtenir des facilités bancaires à des taux d’intérêt bas. Pour le moment, les start-ups doivent compter sur leurs propres fonds. Les banques les traitent sur un pied d’égalité avec d’autres entreprises établies. Les start-ups devraient bénéficier d’un traitement préférentiel. taux et avec moins de paperasse car ils ne peuvent pas fournir d’hypothèques. Les start-ups devraient également obtenir un allégement des frais de licence et des frais de visa. Il faut cinq ans pour qu’une entreprise prospère et s’établisse. Le gouvernement devrait donner aux start-ups au moins cinq- année de secours jusqu’à ce qu’ils deviennent matures et autosuffisants « , a déclaré Gianchandani.

[email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *