Comment la startup égyptienne beXel numérise les sociétés d’inspection en Afrique et au Moyen-Orient

La start-up égyptienne beXel a développé un logiciel de gestion des inspections basé sur le cloud qui est utilisé par les entreprises à travers l’Afrique et le Moyen-Orient pour numériser leur flux de travail.

Formé en 2016, beXel aide les sociétés d’inspection à se passer de tâches sans papier et à accomplir dix fois plus rapidement. La plate-forme de la startup automatise l’intégralité des activités opérationnelles de ses clients.

« BeXel était un produit logiciel normal jusqu’à ce que nous décidions de tester le marché et nous avons vu des résultats étonnants dans la transformation numérique », a déclaré Ayman Abou Regeila, fondateur et PDG de la startup.

« C’est à ce moment-là que nous avons décidé d’être plus ciblés et de continuer à améliorer et à développer de nouvelles versions et mises à jour. »

L’accent choisi par beXel était sur les services d’inspection, qui selon Regeila étaient un marché mal desservi.

«Partout dans le monde, les sociétés pétrolières et gazières et de construction mènent des mégaprojets qui s’étendent sur différents sites en utilisant quotidiennement des milliers de types d’équipements industriels», a-t-il déclaré.

«La sécurité est essentielle et cet équipement ne peut être utilisé que s’il est testé et certifié. Ils doivent donc engager des sociétés d’inspection pour tester les équipements et générer des certificats de sécurité qui doivent être renouvelés tous les six mois. »

beXel aide les sociétés d’inspection à automatiser leurs processus, générant ainsi des revenus récurrents grâce à son logiciel en tant que service (SaaS), produit par abonnement.

La startup compte 15 employés à temps plein et plus de 10 clients. Basée au Caire, elle dessert des clients à travers l’Afrique et le Moyen-Orient, sur des marchés tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), la Malaisie et le Nigéria. Avec la plupart de ses concurrents situés aux États-Unis (États-Unis) et au Royaume-Uni (Royaume-Uni), beXel dispose d’un marché facilement accessible dans la région.

Autofinancée, la société a participé l’année dernière au programme d’accélérateur Flat6Labs, basé au Caire, et a obtenu un financement de celui-ci, qui, selon Regeila, l’a aidée à améliorer ses fonctionnalités et à se développer sur de nouveaux marchés.

« Flat6Labs nous a fait passer à un autre niveau, nous aidant à être plus exposés à un monde différent d’investisseurs, de mentors et bien d’autres », a-t-il déclaré.

Maintenant, beXel prévoit de s’étendre à une multitude de nouveaux marchés au Moyen-Orient et en Afrique, mais Regeila est conscient que la startup devra rester sur ses gardes pour continuer à affiner son produit selon les besoins de ses clients.

«Il s’agit d’un nouveau produit et nous avons eu du mal à le développer pour répondre aux exigences de nos clients», a-t-il déclaré. «Mais parce que nous comprenons très bien l’entreprise, nous avons pu créer une solution dynamique très flexible pour nos clients.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *