Cette startup de Miami aide les petites entreprises à éviter les cauchemars liés aux ressources humaines – et a remporté la troisième place de la CRF

Gracieuseté de Butterfly Effect

Pour de nombreuses entreprises, faire face aux problèmes de ressources humaines peut être un casse-tête. Parallèlement à des problèmes tels que la création d’un environnement de travail équitable et la prévention d’éventuelles poursuites, viennent les problèmes inhabituels de la crise COVID-19, tels que les dispositions physiques une fois que les travailleurs retournent au bureau.

Forte de ses 15 années d’expérience en tant que consultante en ressources humaines, Alexandra Torres Rodriguez sait qu’un département RH mal organisé peut limiter la croissance d’une entreprise. C’est pourquoi elle a décidé de créer HR Butterfly Effect, une société de conseil pour aider les petites et moyennes entreprises à se développer et à se «métamorphoser» grâce à des stratégies de ressources humaines.

Son entreprise, âgée d’un an, s’est classée troisième dans le circuit du Miami Herald Startup Pitch Competition pour étudiants, anciens élèves et professeurs de la Florida International University, où elle a obtenu une maîtrise en gestion des ressources humaines en 2013.

Alexandra Torres Rodriguez a lancé son entreprise, Butterfly Effect, pour aider les entreprises à stimuler leurs activités en éliminant les faux pas coûteux en ressources humaines. Gracieuseté de Butterfly Effect

«Ce voyage a été très surprenant», a-t-elle déclaré. « Je suis très reconnaissant de cette opportunité. »

Le juge de la compétition de pitch Ricardo Weisz a déclaré Torres

Torres Rodriguez s’est démarquée par la qualité de sa soumission. «Dans un marché avec de nombreuses offres de logiciels RH», a-t-il déclaré. «Elle a su se différencier en proposant des consultants pour accompagner les clients.»

Torres Rodriguez a travaillé dans les RH pour plusieurs sociétés dont Dior et Pro-Secur avant d’entrer dans le monde du conseil avec Eleva Solutions dans le sud-ouest de Dade. Son travail de conseil l’a aidée à identifier une lacune sur le marché: les entreprises doivent être sensibilisées aux enjeux des ressources humaines, mais de manière accessible.

En mars 2019, Torres Rodriguez a lancé HR Butterfly Effect avec 10000 $ de ses économies. Elle a quitté son emploi chez Eleva un an plus tard et a récemment ajouté un partenaire de développement commercial à sa startup, Sylvia Palacios, qui a plus de 30 ans d’expérience dans les ressources humaines. Ensemble, ils ont construit un solide réseau au sein de la communauté RH.

Bien que HRBE n’ait encore signé aucun client, le cabinet a approché des clients potentiels pendant la pandémie. Torres Rodriguez veut s’assurer qu’ils savent que l’entreprise sera là quand les temps seront durs.

HRBE fournirait les conseils dont les entreprises ont besoin pour se développer et garder les employés heureux. Torres Rodriguez explique que la société ne prend pas de décisions pour les clients. Au lieu de cela, il «soutient le changement» en éduquant les propriétaires d’entreprise.

«Je veux en être une lorsque les gens me trouveront, je répondrai exactement à ce dont ils ont besoin», a-t-elle déclaré. « Ils obtiennent quelque chose d’unique. »

La société propose une variété de services adaptés aux besoins des clients, avec des adhésions mensuelles pour les startups et les petites entreprises allant de 49 $ à 149 $. Il propose également des «packages de solutions RH» avec des frais par projet de 3 000 $ à 6 000 $. Les prix sont déterminés par la taille de l’entreprise.

Les grandes sociétés de ressources humaines comme ADP, CoAdvantage et Regis HR group sont parmi les principaux concurrents de HRBE. Ces entreprises établies ont plus d’années sur le marché et disposent des ressources et de la technologie qui manquent à HRBE – et des prix plus élevés. Mais Torres Rodriguez dit que son entreprise se différenciera en «apprenant à connaître les clients réels» et «en comprenant exactement ce que les partenaires cherchent à faire avec leurs entreprises».

Torres Rodriguez a vu comment les entreprises sont poursuivies «de gauche à droite» soit parce que les propriétaires ont pris de mauvaises décisions, soit parce que les employés se sentent lésés. Elle a donc décidé de poursuivre une maîtrise en jurisprudence en droit du travail et de l’emploi à l’Université Tulane pour voir comment elle pourrait améliorer encore ses services et conseiller ses clients. Cela lui a permis d’anticiper les besoins des clients et de faire le lien entre ses clients et un avocat.

«Ils vont trouver un professionnel des RH qui connaît la loi», a-t-elle déclaré, ajoutant que cela ferait de HRBE un «guichet unique» pour tous les besoins des clients.

Cette histoire a été mise à jour pour corriger les fautes d’orthographe et les erreurs de date.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *