Assouplissement des FIA à GIFT City pour stimuler le financement des startups

Assouplissement des FIA à GIFT City pour stimuler le financement de démarrage & nbsp | & nbspCrédit photo: & nbspBCCL

La ministre des Finances de l’Union, Nirmala Sitharaman, a annoncé une série de mesures visant à faire du Centre international des services financiers (IFSC) de GIFT City, un centre financier mondial.

Les récentes modifications de la réglementation telles que la limite de diversification non applicable à l’IFSC AIF, permettant à l’IFSC AIF d’effectuer un effet de levier, le co-investissement via un portefeuille séparé, l’exonération de la TPS, la taxe sur les plus-values, etc., pour les entités opérant dans l’IFSC, ont fait Le cadre réglementaire fiscal et de soutien de l’Inde est comparable à celui de n’importe quel centre financier mondial.

Outre les incitations fiscales déjà prévues, certains autres avantages sont proposés à l’IFSC AIF afin d’attirer davantage de participation. Celles-ci aideraient à attirer des acteurs mondiaux du secteur des fonds à installer leur base dans GIFT IFSC. Avec une structure fiscale standard offshore mais des coûts indiens, l’IFSC peut devenir un acteur important dans la constitution de sociétés et de fonds.

  1. Actuellement, l’exonération pour les fonds d’investissement éligibles est soumise à certaines conditions onéreuses. Le gouvernement central peut accorder des assouplissements sur l’applicabilité des conditions d’éligibilité pour un fonds d’investissement éligible ou son gestionnaire de fonds éligible, à condition que le gestionnaire de fonds soit situé dans un IFSC et ait commencé ses activités avant le 31 mars 2024.
  2. La réinstallation d’un fonds étranger dans une juridiction IFSC a été encouragée par l’octroi d’une exonération des gains en capital au fonds ainsi qu’aux membres / investisseurs du fonds. En conséquence, les dispositions suivantes sont proposées:
  • Exonération de l’impôt sur les plus-values ​​résultant de tout transfert, lors d’une délocalisation, d’une immobilisation par le fonds d’origine (fonds étranger remplissant certaines conditions) à un fonds résultant (étant un FIA situé dans l’IFSC)
  • Exonération de l’impôt sur les plus-values ​​résultant de tout transfert par un actionnaire ou un porteur de parts ou un détenteur d’intérêts, dans le cas de la relocalisation d’une immobilisation en tant qu’action ou part ou intérêt détenu par lui dans le fonds d’origine en contrepartie d’une part ou d’une part fonds résultant
  • Exonération de l’impôt sur les plus-values ​​d’un non-résident, en raison du transfert d’une action d’une société résidant en Inde, par le fonds résultant, lorsque ces actions ont été transférées du fonds d’origine au fonds résultant lors d’une réinstallation et lorsque les plus-values sur ces actions n’étaient pas imposables si cette délocalisation n’avait pas eu lieu.
  • Des modifications correspondantes ont été apportées pour tenir compte de la période de détention et du coût du propriétaire précédent et de la non-extinction des pertes au niveau de l’entité émettrice.

Un ensemble complet d’amendements fiscaux prévoyant un transfert fiscalement neutre des investissements des fonds offshore à IFSC AIF viserait à encourager la redomiciliation des fonds offshore axés sur l’Inde vers les FIA IFSC,

Si l’assouplissement / exemption susmentionné est le bienvenu, il faut cependant voir si les conditions strictes telles que le plafond de 5% sur l’investissement direct ou indirect dans le fonds par des personnes résidant en Inde et la restriction d’investir dans toute entité au-delà de 20 % du corpus sont assouplis pour les fonds IFSC.

En outre, la clarification tant attendue concernant les critères objectifs pour les gestionnaires de fonds au sein de l’IFSC (par exemple, certaines activités minimales, les employés, etc.) n’a pas été définie. Cela apporterait une certitude et traiterait de la subjectivité entourant l’applicabilité et l’invocation des dispositions de la RGAE.

Il n’est pas clair si le transfert de titres (autres que des actions) par le fonds résultant impliquerait une implication fiscale dans les mains des investisseurs, en supposant qu’il en aurait été exonéré si le transfert avait été effectué par le fonds d’origine.

En outre, bien que l’investisseur du fonds résultant bénéficie d’une exonération de l’impôt sur les plus-values ​​résultant du transfert d’actions par le fonds résultant, il n’y a cependant pas d’exonération spécifique pour le fonds IFSC AIF Catégorie III pour une transaction similaire.

L’IFSCA travaille en étroite collaboration avec le gouvernement pour faire face à l’évolution de l’environnement des affaires et offrir plus d’opportunités commerciales; avantages compétitifs pour les unités de l’IFSC. En conséquence, il est essentiel de voir comment les préoccupations ci-dessus sont traitées par l’IFSCA. Avec un régulateur et un cadre réglementaire renforcés, l’IFSCA contribuera grandement à positionner l’Inde en tant que centre financier international.

(Vishal Hakani, associé, Deloitte Haskins and Sells LLP, et Neha Mehta, directrice principale, Deloitte Haskins and Sells LLP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *