2 ans après la loi sur le démarrage de la Tunisie: qu’est-ce qui a changé et quelles leçons peut-on en tirer?

En avril 2018, la Tunisie est devenue le premier pays africain à adopter une législation connue sous le nom de Startup Act.

La loi tunisienne sur les startups a été promulguée par le parlement du pays après deux ans de délibérations et de consultations avec les dirigeants de l’écosystème local des startups.

La législation, qui était la première et la seule du genre en Afrique (jusqu’à l’année dernière lorsque le Sénégal a adopté une loi similaire), est censée mettre le pays sur la voie de devenir une nation en démarrage et un hub numérique.

Bien que la loi sur les startups ne soit officiellement entrée en vigueur en Tunisie qu’en octobre 2018, cela fait maintenant deux ans qu’elle est devenue partie intégrante des lois du pays. Et le moment est maintenant venu pour faire quelques freins et contrepoids en fonction de ce qui a changé depuis et de ce que les autres nations peuvent apprendre.

WeeTracker a pris contact avec certains des leaders de l’écosystème des startups tunisiennes qui ont contribué à la formulation de la loi sur les startups, ainsi qu’avec un certain nombre de startups qui ont bénéficié de certaines des dispositions de la législation. Et ils ont partagé leurs réflexions sur la façon dont les choses ont changé depuis que la Startup Act a pris vie.

Ali Mnif est le co-fondateur de MAZAM, société de création d’événements et de projets. Il a également été l’un des principaux concepteurs / lobbyistes de la législation et membre du groupe de travail sur la Tunisian Startup Act. Pour lui, la Startup Act est plus qu’un simple ensemble de lois sur papier mais une reconnaissance des efforts entrepreneuriaux des jeunes tunisiens.

«La loi elle-même est une reconnaissance pour la génération d’entrepreneurs qui ont eu le courage de démarrer quelque chose en l’absence d’un cadre dédié, explique-t-il à WeeTracker.

« Je pense que chaque fondateur, chaque start-up, chaque investisseur a un angle différent et une histoire différente qui serait impactée différemment par la Startup Act. »

Et bien sûr, les histoires sont différentes mais le thème général est similaire: elles parlent toutes de progrès. Mais d’abord, de quoi parle vraiment la loi tunisienne sur les startups?

Comment la loi tunisienne sur les startups est née

Une combinaison de troubles socio-politiques et économiques a mis la Tunisie dans les cordes pendant une grande partie de la dernière décennie. Le pays doit faire face à une croissance économique atone depuis 2011, ainsi qu’à des taux de chômage vertigineux.

En Tunisie, environ un tiers des jeunes adultes sont au chômage. La situation a donc déclenché une évolution dans laquelle un nombre croissant de jeunes nationaux prennent les choses en main, deviennent des entrepreneurs et créent des entreprises technologiques et non technologiques.

Les entrepreneurs tunisiens ont longtemps fait pression pour que des changements soient apportés à un système qui, selon eux, restreignait la compétitivité, et les membres de la start-up locale ont joué un rôle clé dans la rédaction de la nouvelle législation qui est saluée comme un exemple de «politique ascendante».

La loi tunisienne sur les startups en bref

Comme indiqué sur le site officiel, la loi sur les startups est un cadre juridique sans précédent dédié aux startups et soutenu par le gouvernement tunisien.

Il a été développé de manière participative et collaborative par l’ensemble des acteurs de l’écosystème entrepreneurial en Tunisie sous la tutelle du Ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie Numérique.

La législation offre un certain nombre d’avantages et d’incitations aux différentes parties prenantes d’une startup: les entrepreneurs, les investisseurs et la startup elle-même.

Les entrepreneurs, les startups et les investisseurs en Tunisie sont encouragés à passer par un processus de candidature en ligne transparent afin d’obtenir le «Startup Label» et, par extension, de bénéficier de tous les avantages de l’univers Startup Act. La dernière fenêtre d’application s’est ouverte le 1er avril 2020.

Et quels en sont les avantages?

En Tunisie, les employés réguliers qui ont des intérêts dans l’entrepreneuriat peuvent prendre un an de leur emploi et toujours être payés par le gouvernement tout en poursuivant une entreprise de démarrage. Et même s’ils ne réussissent pas, un retour à leur ancien emploi est garanti.

Ce n’est là qu’un des avantages de la nouvelle législation nationale en faveur des startups. Dans le cadre d’un plan plus large visant à transformer le pays en un centre numérique et à promouvoir l’esprit d’entreprise, la Startup Act offre de nombreuses incitations accrocheuses.

La source: EOT

Ceux-ci comprennent un salaire financé par l’État pour un maximum de trois fondateurs par entreprise au cours de la première année d’activité, des allégements fiscaux et une période de congé d’un an pour les employés des secteurs public et privé pour créer une nouvelle entreprise avec le droit de retourner leurs anciens emplois.

Comme cela avait été indiqué précédemment, la loi tunisienne sur les start-up prévoit des incitations pour l’entrepreneur, l’investisseur et la startup elle-même. Et ci-dessous est un résumé des avantages.

Avantages pour les entrepreneurs

Il s’agit d’une série d’incitations pour encourager les entrepreneurs potentiels (jeunes professionnels, chercheurs, jeunes diplômés, etc.) à oser entreprendre et lancer leurs startups.

La bourse de démarrage: Il s’agit d’une allocation accordée au cofondateur et actionnaire d’une startup en cours de lancement pour couvrir les frais de subsistance d’un an. Son montant est indexé sur la rémunération antérieure au cours des 12 derniers mois pour un salarié et prend la forme d’une allocation fixe pour les indépendants.

Le montant maximum de la bourse est de 5 K DT (environ 1,7 K USD) net par mois et le montant minimum est de 1 K DT (environ 345,00 USD) net par mois. («DT» est l’abréviation du dinar tunisien.)

Congé pour création de startups: Il s’agit d’un congé d’un an renouvelable une fois, accordé au co-fondateur d’une startup afin qu’il se consacre à plein temps au lancement et au développement de sa startup.

L’employeur, public ou privé, ne peut s’opposer au départ du bénéficiaire du congé (sauf dans le cas d’un employeur privé employant moins de 100 salariés). Le bénéficiaire de ce congé peut y mettre fin à tout moment et reprendre son travail d’origine sous réserve d’un préavis.

Licences: Prise en charge par l’État des procédures et des coûts d’enregistrement des brevets de démarrage aux niveaux national et international.

Le SIVP et les programmes d’emploi: Tout jeune diplômé éligible aux programmes d’emploi dont le Stage d’initiation à la vie professionnelle (SIVP) qui crée sa startup ou rejoint une startup en tant que salarié peut conserver cet avantage et en bénéficier à l’issue de sa relation avec ledit démarrage et ce dans les 3 ans.

Le bon échec: La loi sur les start-up encourage les bons échecs en favorisant la liquidation amiable des startups grâce à la combinaison de mesures telles que le Fonds de garantie pour les startups, l’exonération de l’impôt sur les sociétés et le soutien de l’État aux coûts salariaux et aux employeurs.

Vous pouvez en apprendre davantage sur les avantages de la Startup Act pour les startups et les avantages pour les investisseurs ici.

Comment la Startup Act a changé l’écosystème des startups tunisiennes

«Nous avons clairement vu une augmentation substantielle du nombre de fondateurs à travers le pays. Nous avons également vu différents représentants des secteurs public et privé engagés dans l’accompagnement des entrepreneurs en raison du battage médiatique créé par la loi », nous dit Mnif.

«Cela a poussé certains à faire un saut qu’ils n’auraient pas fait. Il en a habilité d’autres. Cela en a inspiré beaucoup plus. »

Selon lui, l’écosystème a certainement connu une croissance du nombre de startups en phase d’amorçage à travers le pays. Il dit également que les programmes de démarrage organisent leur remise des diplômes toutes les deux semaines.

La source: EOT

C’est un sentiment partagé par Tarek Chelaifa, responsable de programme chez Flat6Labs Tunis, un accélérateur régional bien connu qui fournit aux entreprises technologiques du capital d’amorçage et du mentorat.

Comme il l’a expliqué,

«Il y a eu un intérêt accru pour les fondateurs et les talents pour lancer leurs entreprises, l’implication et la contribution du secteur public sur la scène des startups, plus de pipeline pour les fonds d’investissement à investir, ainsi que le lancement du fonds de démarrage des fonds en Tunisie pour alimenter des VC dédiés. investissement. »

En effet, les données du site officiel d’Entrepreneurs de Tunisie (EOT) citées par le Mnif suggèrent que la Tunisie est passée de 38 espaces de coworking en 2018 à 62 en un an

Selon le financement, Mnif a déclaré qu’il n’était pas sûr que la loi puisse à elle seule être utilisée pour expliquer ou prouver une augmentation du financement.

Il ajoute cependant que la Tunisie voit davantage de personnes intéressées à investir en tant que BA. Nous espérons que le fonds de fonds créera la vague attendue en termes de financement.

En approfondissant les données disponibles, pas moins de 169 startups tunisiennes ont obtenu le Label Startup depuis l’entrée en vigueur de la législation.

La source: EOT

Les startups sont issues de différents secteurs dont le commerce électronique / marché, la fintech / insurtech / blockchain, la santé / biotechnologie, les logiciels / big data / analytics, edtech, cleantech, transport / logistics, Agritech, AI, robotics, media, gaming, and autre contenu créatif.

D’autres données intéressantes montrent que 21,9% des «startups labellisées» ont des fondatrices et 18,5 millions USD ont été collectés par les startups combinées.

«La loi a encouragé l’investissement / le financement de nombreuses manières», affirme Chelaifa. «Il y a maintenant une augmentation des relations publiques et une visibilité pour la Tunisie en tant que scène technologique viable. De plus, plus de startups sont en cours de création ou sont en préparation en raison des avantages de l’acquisition du label. »

Ce que les fondateurs de startup ont à dire

Makrem Hermassi est le co-fondateur de la startup tunisienne de la technologie du voyage, Wantotrip. Bien que la startup ait été touchée par le coup, l’industrie du voyage en général a souffert depuis que le COVID-19 est passé d’une épidémie virale à une pandémie, il reconnaît que la loi tunisienne a eu un effet positif.

«Nous avons eu l’opportunité de créer et d’intégrer Wantotrip dans d’autres pays mais nous avons décidé de partir de Tunisie. Donc, c’est sûr, le Startup Act a eu un effet positif », explique-t-il à WeeTracker.

«Chaque entrepreneur devra normalement relever de nombreux défis lorsqu’il / elle décidera de démarrer une entreprise sur le plan juridique, l’écosystème général, le financement et les investisseurs, ainsi que l’adéquation marché-produit.

«Mais je crois qu’avec la loi sur les startups, les entrepreneurs tunisiens peuvent se concentrer davantage sur leurs tâches principales (développement de produits et création de la bonne équipe) car nous avons plus de visibilité sur tous les autres acteurs de l’écosystème et tous les autres défis ont été résolus par le nouvelle législation », ajoute-t-il.

Pour Sofiane Mabrouk qui a cofondé la société de talents, Fabskill, avec son partenaire commercial, Bechir Afifi, les dispositions de la loi sur les startups qui ont le plus profité à la startup sont le congé fiscal, l’allocation salariale d’un an pour les co- fondateurs et le compte spécial en devises.

La source: fi.co

Mabrouk nous a également dit que plusieurs seniors de la diaspora tunisienne reviennent pour lancer des startups et qu’il y a eu plus d’initiatives, notamment auprès des jeunes, même si le financement n’a pas été complètement élucidé.

«Le mécanisme de garantie de la participation des fonds d’investissement et autres organisations d’investissement réglementées dans les startups n’est pas opérationnel à 100% mais une fois démarré, il encouragera sans aucun doute la création de startups», souligne Mabrouk.

Dans l’ensemble, il dit que cela a été positif, en particulier parce que les exonérations fiscales donnent aux petites startups une longueur d’avance dans un pays où la structure fiscale générale écraserait normalement les petites entreprises.

Mais ce n’est pas tout à fait fluide, car il reste encore beaucoup à faire, même si la Startup Act est un excellent début en soi.

Pour Hermassi de Wantotrip, le plus gros nouveau défi pour sa startup, outre COVID-19, est le processus de paiement international car ils sont toujours confrontés à certaines restrictions de la Banque centrale de Tunisie. Comme il l’a dit, « Un système de paiement international plus flexible contribuera à la mise à l’échelle. »

Mabrouk trouve des lacunes dans la partie financement tout en appelant à plus de financement et à plus d’accès aux marchés internationaux car, selon lui, le marché tunisien est assez limité.

Avec l’aimable autorisation de l’image: The Guardian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *