La transformation des startups technologiques indiennes

Auteur: Dharish David, SIM Global Education

Au cours de la deuxième semaine d’avril 2021, l’Inde a gagné six nouvelles «licornes» – des startups évaluées à 1 milliard de dollars ou plus. C’est impressionnant étant donné que seulement sept nouvelles licornes sont apparues en 2020 et six en 2019. Que ces licornes aient émergé alors que COVID-19 ravage le pays et que le verrouillage supprime la demande et freine l’offre, est un exploit incroyable.

Mais ce n’était pas la même chose pour toutes les startups, une enquête menée par l’Association nationale des sociétés de logiciels et de services en avril suggère que neuf startups sur dix ont vu leurs revenus baisser, reflétant l’attitude conservatrice de nombreux investisseurs au milieu de la pandémie. Face à une demande volatile, la croissance de la plupart des startups indiennes a été fortement limitée.

L’Inde était le troisième plus grand marché de démarrage en 2020 avec 11,8 milliards de dollars américains, derrière seulement les États-Unis (143 milliards de dollars) et la Chine (83 milliards de dollars). La scène des startups en Inde est toujours un marché brûlant pour le capital-investissement et le capital-risque de sociétés telles que SoftBank, Naspers et Tiger Global, malgré les nouvelles règles d’investissement direct étranger (IDE) conçues pour restreindre les prises de contrôle opportunistes d’entreprises indiennes par des acteurs chinois. La Chine est l’un des principaux acteurs de l’écosystème des startups indiennes, les investissements chinois soutenant 18 des 30 licornes indiennes. Mais les nouvelles règles sur les IDE signifient que ces types d’investissements doivent désormais être approuvés par le gouvernement.

La pandémie a favorisé l’adoption rapide de la technologie en ligne en Inde. De plus en plus d’entreprises évoluent ou se développent numériquement et en ligne, les sociétés de capital-risque se concentrant sur les startups technologiques ainsi que sur les startups dans des secteurs tels que les biens de consommation à évolution rapide, la livraison d’épicerie en ligne et le divertissement à domicile. La douzaine de nouvelles licornes indiennes qui ont émergé cette année couvrent un large éventail de secteurs technologiques, notamment l’assurance numérique, la FinTech, la HealthTech et les plateformes de commerce social.

Le gouvernement peut contribuer à maintenir l’élan dans ces espaces en développant l’infrastructure numérique et financière et en s’attaquant aux inégalités socio-économiques. À son honneur, le gouvernement a contribué à créer un environnement propice par le biais de l’initiative Startup India, qui a débuté en 2016. Cette initiative vise à catalyser la culture des startups et à créer une scène de démarrage innovante et entrepreneuriale qui stimule la croissance économique et crée des opportunités d’emploi à grande échelle.

Startup India définit les «startups» comme des entreprises dont le siège est en Inde et qui ont moins de 10 ans et dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 1 milliard de roupies (13,7 millions de dollars). L’initiative fournit un soutien dans trois grands domaines: réduire le fardeau réglementaire, fournir une aide financière et des subventions, et créer un environnement pour l’incubation et les partenariats entre l’industrie et le milieu universitaire grâce à des laboratoires d’innovation, des programmes de développement des capacités tels que des bootcamps et des tournées de présentation, et des subventions.

Les fonds destinés à Startup India sont acheminés via un fonds géré par la Small Industries Development Bank of India (SIDBI). En mars 2020, Startup India avait investi au total 33,8 milliards de roupies (463 millions de dollars américains) dans 320 startups. C’est seulement 1% des 28 979 startups enregistrées en Inde, ce qui signifie que la majorité dépend du capital-investissement et du capital-risque. Les startups financées par le gouvernement pourraient représenter une part plus importante dans un proche avenir, car Startup India a annoncé un nouveau programme de financement de démarrage en janvier 2021 pour fournir une aide financière à 3600 startups sur quatre ans pour la preuve de concept, le développement de prototypes, les essais de produits, le marché entrée et commercialisation.

Alors que l’Inde s’oriente vers une économie numérique fondée sur la connaissance, le gouvernement tente de déployer une infrastructure TIC et d’améliorer les politiques de gouvernance électronique, les investissements et l’innovation technologique par le biais de la recherche et de l’enseignement supérieur pour soutenir l’entrepreneuriat et stimuler la croissance économique. Avec la demande croissante de services numériques dans l’ère post-COVID-19, les startups de la FinTech, de l’EdTech, de l’intelligence artificielle, de l’Internet des objets et de la cybersécurité verront une demande croissante des utilisateurs et attireront davantage d’investissements.

Pourtant, l’écosystème des startups de l’Inde n’est pas sans défis. Un problème est que la distribution des startups et du financement est concentrée dans les grands centres urbains avec peu d’options pour ceux des petites villes ou des zones rurales. Les investissements sont également fortement concentrés dans les secteurs des technologies informatiques. Le succès futur dépendra de la diversification des investissements de démarrage dans un éventail de secteurs, notamment l’agriculture, la fabrication, les services sociaux, la santé, l’éducation et autres.

L’Inde n’a pas d’entreprises véritablement mondiales, telles que Google, Facebook ou SpaceX, qui ont commencé comme des startups. La Chine, à laquelle l’Inde se compare souvent, a sa propre part de startups à succès, notamment Alibaba, ByteDance et DiDi. Cela pourrait être en partie dû à une infrastructure numérique inadéquate, telle qu’une mauvaise connectivité mobile et large bande, le peu de solutions de haute technologie et le maigre investissement dans la recherche et le développement. L’Inde se classe relativement mal en termes d’innovation et de nombre de brevets déposés.

Il y a un grand écart entre ce qu’est l’Inde et ce qu’elle pourrait être. Compte tenu de la demande non satisfaite d’une population nombreuse et de sa technologie et de son innovation, l’Inde a le potentiel de devenir une tache lumineuse dans l’économie mondiale. La pandémie COVID-19 a été un tournant dans la transformation de la scène des startups en Inde, avec une demande croissante de solutions numériques facilitant l’émergence de nouvelles licornes de la même manière qu’elles ont grandi après la crise financière mondiale, mais de nombreuses petites startups échoueront. La pandémie a également tracé l’économie numérique du futur. Les flèches et les bustes font partie des cycles; certaines des meilleures startups sont formées lors d’un effondrement, et de nombreuses autres startups imposantes sont peut-être en cours de création en Inde.

Dharish David est professeur associé de l’Université de Londres au Singapore Institute of Management Global Education (SIM-GE). Il est également consultant en recherche à l’Institut de recherche économique pour l’ASEAN et l’Asie de l’Est (ERIA).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *