La startup de technologie médicale de Sydney obtient un investissement international de 3 millions de dollars

L’équipe loop +

Démarrage | Technologie

Par Darcy Song

La startup de technologie médicale basée à Sydney, loop +, a récemment obtenu un investissement en capital-risque de 3 millions de dollars dirigé par la Fondation icare, Yamaha Motor Ventures de la Silicon Valley, le Giant Leap Fund, Eleanor Venture et des investisseurs providentiels locaux.

Avec un collectif de plateformes développées pour que les utilisateurs de fauteuils roulants puissent surveiller leur santé, loop + offre un espace collaboratif aux individus, à leurs équipes de soins et aux cliniciens pour gérer les problèmes de santé pertinents.

Les fondatrices de loop +, Kath Hamilton et Clare Conroy, sont des sœurs qui partagent une vision commune de la réduction des risques pour la santé des utilisateurs de fauteuils roulants.

Leur partenariat a commencé près de chez eux, alors que Kath et Clare se sont lancées dans une quête personnelle pour améliorer la santé du fils de Clare, alors âgé de six ans, Evander.

« Evander a fait des exercices de réadaptation quotidiens, mais il n’y avait aucun moyen de suivre son rétablissement fonctionnel ou s’il les faisait correctement », a expliqué Kath.

« Si la position assise est le nouveau tabagisme, alors vous pouvez apprécier les nombreux problèmes de santé des utilisateurs de fauteuils roulants qui sont causés par une position assise trop longue – blessure à la pression, scoliose et problèmes respiratoires. »

Cependant, la plupart des utilisateurs de fauteuils roulants ignorent la présence de ces risques.

Comme de nombreux utilisateurs de fauteuils roulants ne peuvent pas sentir leur corps sous la taille, ils ne ressentent pas la douleur ou l’inconfort qui signale la nécessité d’un réajustement, ce qui entraîne un besoin général de soins professionnels de la part de la communauté.

«Le coût des soins chaque année en Australie est de 7 milliards de dollars, dépassant le diabète et les accidents vasculaires cérébraux. Les utilisateurs de fauteuils roulants voient un clinicien six fois plus que la personne moyenne chaque année et cherchent désespérément des moyens de gérer leur propre santé », a déclaré Kath.

Lire la suite: Les affaires de la science

Bien qu’il n’ait pas été facile pour loop + d’obtenir un soutien financier suffisant, compte tenu du fait que son marché est extrêmement niche, l’entreprise a persévéré.

Avec les fonds récemment levés, loop + entend se concentrer sur le développement technologique et commercial futur.

L’investissement devrait également répondre à la demande d’installer les 1 000 premiers fauteuils roulants en Australie et de monter en puissance des pilotes dans les hôpitaux des États-Unis.

«Il y a un sentiment d’urgence croissant alors que notre industrie et nos partenaires cliniques voient le potentiel de notre technologie. Nos essais en Australie et aux États-Unis ont entraîné une forte demande d’achat de loop +.

« Nous sommes ravis que cette augmentation nous permette de fabriquer du loop + à grande échelle pour améliorer la vie des millions d’utilisateurs de fauteuils roulants dans le monde. »

En tant que service d’assurance et de soins, la Fondation icare soutient loop + depuis 2017.

Pour réaffirmer son engagement envers loop +, la Fondation a versé 0,5 million de dollars supplémentaires en plus de son investissement initial de 0,5 million de dollars, qui a été utilisé pour faire du prototype tracker loop + un produit minimum viable viable il y a trois ans.

«Nous savons que plus de 85% des utilisateurs de fauteuils roulants développeront une blessure par pression au cours de leur vie et toute technologie capable de détecter et de prévenir les blessures plus tôt est une évolution positive», a déclaré Barney Smith, directeur général de la Fondation icare.

«Nous sommes vraiment fiers d’avoir ouvert la voie et de nous associer à Yamaha Ventures pour leur premier investissement en Australie et leur premier dans la santé numérique à l’échelle mondiale.»

Suivez nos histoires sur LinkedIn, Twitter, Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *