La start-up indienne Bounce resserre la ceinture en supprimant 130 employés

BENGALURU – La start-up de location de scooters et vélos Bounce licencie 20% de son personnel, soit 130 employés, dans un deuxième tour de ceinture alors que les effets de la pandémie de coronavirus continuent de se propager dans l’industrie.

L’entreprise basée à Bengaluru avait déjà annoncé des réductions de salaire en avril pour éviter les licenciements. Les fondateurs Vivekananda Hallekere, Varun Agni et Anil Giriraj ont cessé de toucher leurs salaires, tandis que les autres employés ont accepté de réduire de 20 à 60% les salaires en échange d’options sur actions.

« Malheureusement, la façon dont l’environnement extérieur a continué de changer signifie que nos besoins de main-d’œuvre à moyen terme ont changé, car plusieurs nouveaux secteurs d’activité, produits et projets que nous avions planifiés devront soit se transformer, soit être suspendus au cours des prochains trimestres », a déclaré Hallekere. , qui est également PDG, a écrit dans un blog.

« Bien que nous ne puissions pas connaître l’avenir, nous espérons que ces coupes seront suffisantes pour nous mettre sur une voie solide pour continuer à traverser la prochaine période d’incertitude et de changement mondiaux », a-t-il ajouté.

Les sociétés de location de vélos ont commencé à explorer des modèles d’abonnement à court et à moyen terme au lieu de percevoir un loyer pour chaque trajet. En mai, alors que l’Inde commençait à assouplir son verrouillage, Bounce et son concurrent Vogo ont commencé à proposer des abonnements d’un mois à trois mois aux utilisateurs.

Plus tôt cette année, Bounce a levé 105 millions de dollars dans un cycle de financement de série D dirigé par des investisseurs existants, la société américaine de capital-risque Accel et B Capital, qui est soutenu par le cofondateur de Facebook, Eduardo Saverin. En mars, elle a levé une autre dette de 6,5 millions de dollars auprès d’InnoVen Capital.

Une autre société de mobilité basée à Bengaluru, Yulu, a annoncé qu’elle avait reçu un financement de 4 millions de dollars de rocketship.vc basé aux États-Unis.

« Au cours de la première semaine de mai, lorsque le verrouillage a été partiellement levé, nous avons lancé le service et constaté une bonne augmentation de l’utilisation », a déclaré Amit Gupta, fondateur et PDG de Yulu. KrASIA. « Puisque nous n’avons ni chauffeur ni passager, nous pensons que c’est la meilleure option et la plus sûre pour se déplacer par rapport aux bus ou aux taxis. »

Il a déclaré que la société a enregistré une augmentation de 15% à 20% du nombre d’utilisateurs chaque mois pendant le verrouillage. Après le verrouillage, il constate une augmentation d’environ 40%, a-t-il déclaré.

Pour l’histoire originale de KrASIA, cliquez ici.

KrASIA est une entreprise de médias numériques axée sur les entreprises et les tendances technologiques dans la région Asie-Pacifique. Il fait partie de 36Kr, un portail d’actualités technologiques basé à Pékin. Nikkei détient une participation minoritaire dans 36Kr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *