Kyndryl CTO parle de la stratégie de la « startup de 19 milliards de dollars » – SearchDataCenter – TechTarget

Près d’un an après qu’IBM a annoncé son intention de se séparer de son Unité Global Technology Services, la nouvelle société a fait ses débuts aujourd’hui.

Se présentant comme une startup de 19 milliards de dollars, Kyndryl continuera d’être principalement une société de services, mais avec la liberté de se concentrer sur la création de nouveaux partenariats impossibles ou difficiles à établir sous IBM. L’entreprise, qui compte près de 90 000 employés, prétend être le « plus grand fournisseur d’infrastructure informatique au monde » et prévoit de se concentrer sur les marchés émergents, notamment l’informatique de pointe, les clouds hybrides, la 5G et la sécurité.

Antoine Shagoury, CTO de Kyndryl, s’est entretenu avec SearchDataCenter sur les plans de l’entreprise pour aider les organisations à lancer des projets de transformation numérique plus rapidement, comment elle investira ou acquérir les technologies dont elle a besoin pour mieux concurrencer ses concurrents technologiques émergents, et comment Kyndryl gérera la relation concurrentielle avec IBM.

Antoine Chagoury

Seule la moitié des entreprises ont lancé des projets de transformation numérique. Quels sont les deux principaux problèmes qui les freinent et pourquoi pensez-vous que Kyndryl peut les aider à surmonter ces obstacles en tant qu’entreprise indépendante ?

Antoine Shagoury : Le premier défi pour eux est qu’il s’est passé beaucoup de choses avec la technologie. Le nombre de solutions a augmenté de façon exponentielle. Les discussions sont passées de la manière d’activer les parcours dans le cloud à la manière dont le cloud assume désormais la responsabilité de l’activité principale. Si vous y réfléchissez dans ce contexte, le marché a en fait ajouté plus de barrières pour nos clients. Un autre obstacle est de trouver un partenaire avec la bonne approche pour moderniser leur entreprise. Tout cela a ralenti les taux d’adoption.

Vous avez parlé de faire de Kyndryl une organisation plus plate et plus rapide pour aller plus vite. Quels changements y avez-vous apportés ?

Shagoury : Lorsque nous faisions partie d’IBM, nos produits géraient un ensemble limité d’applications faisant partie des opérations des clients. Nous travaillions essentiellement à l’intérieur d’une boîte.

Maintenant, nous travaillons avec des partenaires plus importants, ce qui crée de nouvelles opportunités. Par exemple, maintenant nous travaillons directement avec les hyperscalers. Maintenant, nous avons une vue sur l’ensemble de l’univers des hyperscalers et nous avons des fournisseurs spécialisés qui impliquent des migrations de mainframe Z jusqu’aux équipes de migration d’applications. Ainsi, nous voyons une énorme opportunité de partenariat. Notre marché cible a littéralement doublé en termes d’opportunités.

IBM a acquis et investi dans des entreprises allant des startups aux entreprises matures. Comment Kyndryl décidera-t-il d’investir simplement dans une autre entreprise ou de l’acquérir ?

Shagoury : Nous sommes dans une excellente position pour commencer à chercher des entreprises qui complètent notre portefeuille de services. Il existe autant d’opportunités de partenariat que d’investissement ou d’achat pur et simple d’une entreprise. Mais cela entre dans une conversation différente en ce qui concerne l’endroit où cette valeur stratégique se situe à mesure que nous approfondissons ce que nous livrons dans le cadre de notre stratégie d’entreprise.

Notre travail consiste à établir la confiance entre les clients pour nous assurer que nous avons les bons ingrédients et les bonnes capacités pour ce qu’ils recherchent. Nous voulons les aider à rester à jour afin qu’ils puissent mieux rivaliser sur leurs marchés respectifs.

Antoine ChagouryDirecteur technique, Kyndryl

Nous avançons de manière très agressive dans la construction de notre réseau de partenaires à travers les hyperscalers, les fournisseurs de données et les fournisseurs de matériel. Mais nous étendons également ces conversations aux startups. Notre travail consiste à établir la confiance entre les clients pour nous assurer que nous avons les bons ingrédients et les bonnes capacités pour ce qu’ils recherchent. Nous voulons les aider à rester à jour afin qu’ils puissent mieux rivaliser sur leurs marchés respectifs, mais aussi les aider à adopter de nouvelles technologies, applications, méthodologies et automatisations.

Quels domaines technologiques visez-vous pour mieux compléter votre portefeuille ?

Shagoury : Premièrement, nous regardons où nous sommes forts et où nous ne sommes pas aussi pointus que nous le souhaitons. La modernisation des applications est un domaine dans lequel nous voulons certainement continuer à investir, et nous poursuivrons cet investissement avec nos partenaires. Certains ne le croient peut-être pas, mais IBM restera un partenaire solide pour nous. Nous avons une clientèle commune, alors pensez à toutes les choses qui vont avec, à la fois les bonnes et les mauvaises. Avec IBM, il est possible de continuer à aider ces clients à naviguer sur la voie de la modernisation des applications. Nous investissons activement dans la formation de notre propre personnel dans ce domaine. Nous avons 65 000 personnes avec les certifications appropriées et en croissance.

Certains se demandent s’il existe un accord tacite entre IBM et Kyndryl qui stipule que vous resterez à l’écart l’un de l’autre pour éviter de vous faire concurrence.

Shagoury : Nous devons poursuivre nos propres stratégies. Nous nous engageons envers nos actionnaires et nos clients à maximiser notre valeur. Si vous pensez au marché sur lequel nous opérons, il y aura toujours un certain chevauchement et un certain ton de concurrence ou de coopétition entre nous. Je peux dire en tant que dirigeant de la société, il n’y a pas de gentlemen’s agreement entre nous. Nous sommes une entité commerciale avec des relations commerciales. Il y a des lacunes à combler ici.

Lorsque vous pensez aux petites entreprises émergentes et même aux entreprises de taille moyenne, elles sont aux prises avec une variété de problèmes, il y a donc certainement un rôle à jouer pour nous. Nous avons beaucoup travaillé pour organiser cela en tant que société de services ainsi que pour créer un écosystème qui peut minimiser la complexité des petites et moyennes entreprises, comme les relations avec les fournisseurs de services de paiement.

Nous avons une clientèle d’organisations de premier ordre à grande échelle dans le monde entier, et nous avons recueilli une énorme quantité de métadonnées sur leur fonctionnement et sur la façon dont nous pouvons les aider à se transformer.

Envisagez-vous un programme de formation pour votre force de vente qui la prépare mieux à vendre des technologies émergentes comme l’IA ?

Shagoury : Dans les emplois précédents [as CIO of State Street Bank and the London Stock Exchange] les meilleurs vendeurs que j’ai eus étaient des vendeurs techniques plutôt que quelqu’un qui gérait simplement une relation avec un client afin qu’il puisse simplement conclure l’affaire. La grande chose que nous avons maintenant avec cette nouvelle liberté est d’appliquer les meilleurs talents de nos équipes clientes front-end à nos clients. La meilleure marche à suivre pour nous avec nos clients est de présenter les talents que nous avons et de les amener à des discussions pertinentes. Pour moi, cela démontrera que nous ne vendons pas seulement une solution de baguette magique.

Lors du dernier appel de résultats, les revenus de l’unité Global Technology Services d’IBM (maintenant Kyndryl) ont chuté de 5 %, en grande partie parce que les utilisateurs ont retardé les décisions d’achat avec le spin-off en attente de Kyndryl. Que vous disent-ils sur le temps qu’il faudra pour se sentir plus à l’aise de recommencer à dépenser ?

Shagoury : Ayant été un ancien client d’IBM, je peux voir où certains utilisateurs pourraient suspendre leurs dépenses, mais je peux voir cela s’atténuer avec le temps. Je pense qu’il y a autre chose en jeu qui est pertinent à votre question.

Il y a beaucoup d’entreprises qui ont repensé leurs stratégies d’investissement. Ils envisagent davantage leurs investissements en actifs du point de vue de l’investissement dans le cloud. Je pense que nous allons voir un changement sur le marché. Qu’il s’agisse d’une pandémie ou d’un problème économique, il y a tellement d’influences macroéconomiques et microéconomiques différentes en cours. Nous verrons que ce changement commencera à se faire tout seul. Cela signifie-t-il que nous pouvons prédire quand ils pourraient commencer à se sentir plus à l’aise ? Je ne pense pas que nous puissions.

Voyez-vous des défis particuliers en tant qu’entreprise indépendante qui se lance sur des marchés géographiques où IBM est traditionnellement fort avec ses systèmes hérités ?

Shagoury : Il y a une présence que nous devrons établir en démontrant nos capacités à travers le marketing traditionnel. Je pense que c’est un défi; nous créons notre propre marque. Lorsque vous pensez à l’opportunité – et c’est exactement le défi que vous voulez avoir – vous voulez construire votre marque et votre message de valeur et vraiment démontrer ce que vous pouvez offrir. Nous allons certainement bénéficier parmi ces pays de la notoriété d’IBM.

En tant qu’entreprise indépendante, avez-vous les moyens financiers de faire des acquisitions et de faire de la recherche sur les technologies émergentes ?

Shagoury : Nous sommes suffisamment bien capitalisés pour mettre en œuvre notre stratégie. Je pense que c’est une excellente position à prendre dès le premier jour en tant qu’entreprise.

La recherche en innovation fait partie intégrante de notre ADN à travers notre lignée avec IBM. C’est quelque chose dans lequel nous allons continuer à investir avec prudence. C’est aussi quelque chose que nos clients attendent. Ce n’est pas comme si nous pouvions acheter tout ce dont nous avons besoin en tant qu’entreprise ou dont nos clients ont besoin. Mais nous pouvons aider à combler l’écart entre ce que les clients ont maintenant et ce dont ils ont besoin en investissant dans les personnes et la technologie et en co-créant avec des partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *