Grant Thornton, KPMG, d’autres en course pour tracer les investissements de démarrage de l’Inde, histoire de croissance

NEW DELHI: Grant Thornton India, Ernst & Young, PricewaterhouseCoopers et KPMG Advisory Service sont en course pour évaluer les progrès du programme Startup India, améliorer la position mondiale de l’Inde sur le front des startups et attirer des investissements dans le secteur.

Les quatre entreprises «ont été jugées qualifiées et, en conséquence, il a été décidé de les appeler pour une présentation technique», a déclaré le Département de la promotion de l’industrie et du commerce intérieur (DPIIT) dans un communiqué.

ET avait rapporté en mars que le gouvernement prévoyait d’embaucher une agence de conseil pour élaborer un plan d’action visant à attirer des investissements dans les startups pour améliorer la position mondiale de l’Inde et identifier les goulots d’étranglement qui empêchent les entreprises et les particuliers fortunés d’investir dans ces entreprises. L’Inde se classe au 136 e rang pour «créer une entreprise» dans le tableau de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale contre un classement global de 63.

Le ministère avait lancé une demande de propositions en mars et les propositions de présélection ont été ouvertes le 15 mai.

Le consultant définirait une «vision futuriste» d’objectifs temporels pour améliorer la position mondiale de l’Inde et développer des «indicateurs mesurables», comme les investissements dans les startups, le nombre de startups et la création d’emplois. Ce sera également le nœud unique d’accès aux ministères techniques pour que les startups présentent leurs idées et testent des technologies perturbatrices et mettent en œuvre des pilotes.

« Cependant, la date de présentation technique devrait être reportée en raison des restrictions de voyage dues à la situation de Covid-19, et de nouvelles dates seront bientôt annoncées », a déclaré le DPIIT.

Cette évolution intervient à un moment où le secteur des startups en Inde est durement touché par les perturbations commerciales causées par la pandémie de Covid-19.

Selon Nasscom, organisme apex de logiciels et de services, 40% des startups ont temporairement interrompu leurs activités ou sont en train de fermer, avec environ 70% ayant des réserves de trésorerie pour une durée inférieure à trois mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *